Magazine Société

« Ceci est mon corps »

Publié le 30 décembre 2007 par Jlhuss

par Arion

On peut toujours léguer ses kilos de chair froide à la médecine. Ca ne mange pas de pain, mais le charcutage posthume sous les scalpels de carabins farceurs est une perspective qui ne charme que les morbides. D’aucuns trouvent plus convivial d’offrir leur corps à chaud. C’est même le plus vieux des métiers, moins protégé mais plus lucratif que la plupart des emplois publics.

Pour d’autres le don de sa personne est l’aboutissement d’un messianisme. On pense bien sûr à Jésus, ce petit juif qui réussit la rupture sous Tibère. Mais le christianisme n’a pas clos la liste des vaillants donateurs de soi, et chacun citera, selon sa chapelle, un Mishima, un Allende ou tel fou d’Allah trouvant radieux de s’éclater l’anatomie contre le mur d’une ambassade.

En mai 2007, nos compatriotes ont choisi moins définitif : un président de la République. Mais quel président ! De Gaulle incarna la France de Corneille et « l’homme tel qu’il devrait être » (« Je rendrai mon sang pur comme je l’ai reçu ») ; Mitterrand, la France de Racine et « l’homme tel qu’il est » ( «J’aimais jusques aux pleurs que je faisais couler »). Sarkozy incarnerait-il la France de la Star Ac’ (« Pour Carla tapez 3 ») et le Français tel qu’il n’osait pas se regarder ? Court en jambes et fort en mollets : Sarko mouille pour vous le jogging. Gaulois bravache et catho défroqué : Sarko rend visite au pape avec Bigard . Ebloui de paillettes et rêvant de tunes : Sarko sabre la victoire au Fouquet’s. Vaguement fleur bleue et grand trousseur : Sarko à l’Elysée essuie la larme à l’œil d’une descendante d’Albéniz, avant d’emballer chez Disney une croqueuse de people. Bref, Nicolas Sarkozy nous tend son quotidien comme notre miroir : « Regardez-moi, je suis vous. Croyez en vous, je fais merveille. Je suis l’épiphanie et l’offertoire, la pêche miraculeuse et la résurrection de Lazare, l’ostensoir et les noces de Cana. Ceci est mon corps, livré pour vous. »

-On dira ce qu’on voudra et ça durera ce que ça pourra, mais moi j’vous l’dis, m’ame Daube, avec ce gars au moins ça mousse, ça gicle, y a du tintalam, de la rumba dans l’air. Plus de fifille au placard, plus de mémère à pièces jaunes, tous en décapotable et fonce Alphonse ! -Et côté cœur, m’ame Michoux, dites donc ! Avec l’ex à vapeurs c’était déjà pas triste, alors avec la nouvelle, toutes voiles dehors, j’vous dis qu’ ça, on n’est pas au bout du sitcom ! –Mais dites voir, m’ame Michoux, et si en plus il réussissait ? –A quoi donc, m’ame Daube ? –Eh ben, à faire tout ce qu’il a dit : lever tôt la racaille, remplir les porte-monnaie, freiner le réchauffement et réchauffer le commerce, bouter les clandestins, booster les étudiants, loger les SDF et déloger les ronds de cuir, boucler les récidivistes et libérer la Betancourt. –Oh bah, écoutez donc, m’ame Daube, y a pas d’âge pour le père Noël ! Mais vous voulez que j’ vous dise ? ce p’tit coq n’en ferait-y que le dixième en cinq ans, ça serait déjà beaucoup plus que l’autre grand cigogneau en douze. »

Arion est édité, vous pouvez commander !

<>éé<><><><><><><&><><><><«»><><><>éé<><><><><><><«»><><>

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine