Magazine Culture

Morales évoque un troisième mandat

Publié le 22 septembre 2010 par Copeau @Contrepoints

Le président de Bolivie Evo Morales a déclenché une forte polémique mardi dans son pays, en envisageant ouvertement, dans une interview à la chaîne CNN, de briguer un troisième mandat présidentiel en 2014, alors que la Constitution actuelle n’en prévoit que deux.

Morales évoque un troisième mandat
(AFP) Dans l’interview, diffusée lundi à l’occasion du voyage de Morales aux Etats-Unis pour l’Assemblée générale de l’ONU, le président, élu en 2006 et réélu en décembre 2009, considère en effet qu’il n’a effectué qu’un seul mandat aux termes de la nouvelle Constitution adoptée en janvier 2009.

« La Constitution politique de l’Etat (de 2009) dit explicitement qu’une seule élection et une seule réelection sont acceptables; (or) ceci est mon mandat, le premier mandat de l’Etat plurinational » de Bolivie, l’appellation de l’Etat dans la nouvelle Constitution, a déclaré Morales.

Le premier président amérindien (aymara) de Bolivie, qui est l’un des fers de lance du bloc de gauche antilibérale en Amérique latine, a été triomphalement réélu en décembre avec 64% des voix.

Son parti le Mouvement vers le Socialisme (MAS) a également remporté une large majorité aux deux chambres du Parlement et le pouvoir a depuis accentué son contrôle sur la justice, en nommant à titre provisoire les plus hauts magistrats du pays, qui ont ensuite démis une série de juges.

Le sénateur d’opposition (droite) Bernard Gutierrez a dénoncé mardi « le désir totalitaire » du pouvoir actuel. Selon lui, Morales aura besoin d’une réforme constitutionnelle pour se représenter en 2014, mais il n’aura aucun mal à l’obtenir de la part d’un parlement à sa main.

Une des figures de l’opposition, la senatrice Elizabet Reyes, a accusé Morales de vouloir être « le candidat unique, le parti unique et le projet unique pour la Bolivie. « Pour cela quiconque pourra lui faire de l’ombre sera emprisonné, inculpé ou jeté en dehors du pays », ajoute-t-elle.

Une trentaine de procédures judiciaires sont en cours contre des opposants. En outre, deux anciens chefs de l’Etat et une quinzaine d’opposants ont fui la Bolivie depuis la réélection de Morales.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte