Magazine Culture

October Road : 1.04 Secrets and Guys

Publié le 30 décembre 2007 par Nicolas Dumont

      Diffusion originale : 05/04/2007

      Chaîne : ABC

      Audience : 7,68 millions

      

         

          Quatrième épisode, on est déjà dans la seconde partie de la saison mine de rien. Un épisode qui maintient le bon niveau du précédent mais qui réussit à beaucoup plus se diversifier et à se rendre intéressant de par l'exploitation de l'ensemble du casting, là où l'épisode de la semaine précédente s'axait principalement sur la relation Nick/Hannah/Sam.

          Nick est en effet davantage préoccupé par sa relation avec Aubrey lors de cette épisode. Damned, qu'elle est jolie ! Je ne résiste pas à son sourire. Une fille qui a du tempérament pour son âge et qui voit clair dans le jeu des gens. Très psychologue. La doyenne Etwood les surprend en train de s'embrasser et fait comprendre à Nick qu'il doit établir ses priorités car c'est son élève. Une situation vue et revue dans d'autres séries mais qui ne fait pas long feu (et tant mieux) puisque Nick surprend son père avec cette même doyenne en plein rencard. Une situation qui a le don d'énerver Nick et on peut le comprendre car son père a été très cachottier et ils donnaient l'impression de comploter derrière son dos même si c'était pour son bien. Le frère de Nick a enfin quelques lignes de dialogue. Il a quelques traits de Seth Cohen de Newport Beach le bougre mais son rôle est pour le moment bien trop sous-exploité. J'ai quand même aimé la façon dont il se jette dans les brad de la doyenne.

          Comme prévu, Big Cat sort les griffes et commence à jouer les emmerdeurs. Son objectif ? Pourrir la vie de tous les amis de Nick afin que celui-ci reparte. Premiers méfaits ? Piquer des clients à Eddie et Ikey (qui semblent être une sorte d'ouvriers communaux) et faire venir s'installer à Ridge une confrérie peuplée de jeunes peu recommendables...J'aime bien le concept du méchant qui vient foutre la merde. Ca amènera des conflits intéressants.

         On fait ici bien passer Eddie pour quelqu'un de méprisant avec ses réflexions à la "On s'attend de moi que je fréquente des bombes sexuelles". Une intrigue pourtant tellement réaliste et qui pose le problème de l'importance que l'on accorde au regard des autres et de la place que l'on est censé occuper dans la société. Qui en effet pourrait se vanter de ne jamais avoir hésité à faire quelque chose de peur des réflexions des autres ?

          On remet sur le tapis l'histoire d'adultère entre Ikey et Alison. L'avantage, c'est que l'on peut apercevoir Alison en petite tenue. L'inconvénient, c'est que l'on sent très bien que tout cela va finir par éclater pour le dernier épisode de la saison. Ca a le mérite d'entretenir une tension entre les différents personnages.  Les arguments d'Alison pour justifier son adultère "Je veux quelque chose à moi" sontquand même très légers...

          La partie la moins palpitante de l'épisode reste sans conteste l'intrigue de Physical Phil. Sa reconstitution d'un restaurant italien au sein même de son salon était amusante mais rien de bien palpitant.

         Cet épisode aura permis d'enfin montrer que le départ de Nick durant 10 ans sans nouvelle n'a laissé personne indifférent et que c'est élément qu'il doit être prêt à se prendre en pleine figure à tout moment. Eddie ne l'a jamais caché depuis le début ainsi que Hannah. Mais on voit ici apparaître la rancoeur d'Alison qui lui dit clairement qu'il ne peut pas revenir et foutre la merde comme ça en allant tout dire à Owen ainsi que celle d'Ikey.

          Deux musiques de l'épisode, toujours aussi bonnes :

"Name" des Goo Goo Dolls (un très bon groupe)

"Waiting for now" de Bryan Greenberg (oui, il chante !)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas Dumont 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte