Magazine Info Locale

Rapport sur le droit à l'eau et à l'assainissement - Articles

Publié le 26 septembre 2010 par Comité Citoyen Romainvillois

jeudi 23 septembre 2010, l'approbation du Rapport de l'Experte indépendante Catarina de Albuquerque sur le droit à l'eau et à l'assainissement était prévu d'être adopté.

Ce rapport représente une régression considérable par rapport à la Résolution de l'Assemblée Générale des Nations-Unies du 28 juillet qui a reconnu l'accès à l'eau comme un droit humain fondamental, surtout en raison de deux paragraphes:

  • Le premier stipule que les Etats sont libres d'impliquer le secteur privé dans la gestion de l'eau;
  • Le deuxième insiste sur l'importance des acteurs non-étatiques dans la politique et le gestion de l'eau. 

C'est pourquoi, nous proposons d'envoyer dès à présent, au Président du Conseil des Droits de l'homme des Nations-Unies (hrcpresidencyteam@ohchr.org), le texte suivant:


A Son Excellence Mr. Alex Van Meeuwen
Président du Conseil des Droits de l'Homme des Nations-Unies

cc. Membres du Bureau du Conseil des Droits de l'Homme

Objet: Approbation du Rapport de l'Experte indépendante Catarina de Albuquerque sur le droit à l'eau et à l'assainissement.

Votre Excellence,

Ayant pris connaissance du rapport de l'experte indépendante sur le droit à l'eau et à l'assainissement, nous demandons avec force que le paragraphe OP7 qui stipule que les Etats sont libres d'impliquer le secteur privé dans la gestion de l'eau et le paragraphe OP 11 qui souligne l'importance des acteurs non-étatiques dans la politique et le gestion de l'eau soient éliminés en considération du fait que par ces deux paragraphes, si le rapport est approuvé, le Conseil des Droits de l'Homme légitimerait la privatisation des services hydriques et la marchandisation de l'eau en flagrante contradiction avec la Résolution qui affirme que le droit à l'eau et à l'assainissement est un droit fondamental et dès lors, non soumis aux mécanismes du marché.

En outre nous dénonçons le fait qu'en approuvant ledit rapport, les instances des Nations-Unies continuent leur action de transfert aux entreprises privées de la responsabilité de la gestion de l'eau et abandonnent ainsi leurs prérogatives au plan international de défense du droit à la vie pour tour tous les habitants de la planète.

Cordialement,


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine