Magazine Info Locale

Différences hommes / femmes : il vaut mieux être une femme cadre en Suisse qu’en France

Publié le 28 septembre 2010 par David Talerman

En Suisse et en France, cela fait plusieurs années que les autorités se penchent sur un problème jugé sérieux : les différences de salaire entre hommes et femmes. Ce qui est étonnant avec ce sujet, c'est que malgré des textes de loi et une égalité inscrite dans la Constitution pour les 2 pays, il subsiste encore des inégalités très importantes.

Ces quelques chiffres suffisent à montrer à quel point les différences sont importantes :

Différence de salaire Hommes / FemmesSuisseFrance

Cadresentre 18,2 et 26,5% (selon les secteurs)27%

Non cadresentre 12,8% et 15,9% (selon les secteurs)5,7%

Total19,1%27%

Ecarts salariaux dus à des facteurs inexpliqués40% du salaire des femmes7% de la différence salariale hommes - femmes

En Suisse, le travail et la condition des femmes ont été pendant très longtemps peu considérés

Différences hommes / femmes : il vaut mieux être une femme cadre en Suisse qu’en France
Dans les deux pays, les statistiques mettent en avant des critères subjectifs et irrationnels, qui représente tout de même 40 % de la différence de salaire entre hommes et femmes en Suisse. Pendant longtemps, tout le monde a été d'accord pour dire que le travail des femmes était secondaire, et représentait une sorte de salaire d'appoint dans le ménage, le plus important étant apporté par l'homme. C'est en réaction à la déclaration de l'ONU de 1948 ("le droit à un salaire égal pour un travail égal" inscrit dans les droits de l'Homme) que la question de l'inégalité salariale revient dans le débat publique. Mais malgré tout, le Conseil fédéral recommande en 1952 de ne pas signer la convention de l'Organisation Internationale du Travail (OIT). Elle sera finalement ratifiée en 1973, mais ne pourra être appliquée que pour l'administration fédérale.

Une répartition des tâches ménagères qui a un impact direct sur la progression professionnelle et le salaire

En France, les taches domestiques sont à la charge de 80 % des femmes (voir étude de l'INED de novembre 2009). En Suisse, selon la structure familiale (couple avec ou sans enfant), ce pourcentage varie entre 62 et 81% selon l'étude "Vers l'inégalité entre femmes et hommes" de l'Office fédéral de la Statistique. En Suisse, les études montrent qu'en 10 ans, les hommes ont pris davantage de responsabilités dans les tâches, notamment lorsqu'il n'y a pas d'enfant. La tendance est donc dans le bon sens pour les femmes, mais la différence reste encore très importante.

Et les lois dans tout ça ?

En France comme en Suisse, il y a la Constitution et des lois qui traitent les inégalités.
D'après l'article 8 sur l'égalité de la Constitution suisse, "L’homme et la femme ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale". Côté français, c'est l'article 3 qui stipule que "la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme".

En Suisse, la loi sur l'égalité du 1er juillet 1996 interdit, en principe, toute discrimination. En France, la loi du 23 mars 2006 oblige les entreprises d'une certaine taille à mettre en place les mesures anti discriminatoire. À ce jour, seuls 220 entreprises ont signé un accord d'égalité professionnelle. Dans les deux cas, il semble bien difficile pour les femmes de faire valoir des différences.

En Suisse la première plainte pour discrimination salariale a été déposée en 1977 par une institutrice du canton de Neuchâtel. Il a fallu attendre 1981 pour que les femmes du secteur privé puisse déposer une plainte pour discrimination salariale. Mais c'est seulement en 1985, dans le canton de St-Gall, qu'une plaignante du privé obtient gain de cause pour des discriminations.

Un logiciel mis en place par les autorités suisses pour mettre en avant les différences salariales, y compris dans les PME

En Suisse la mise en place par les autorités fédérale, d'un logiciel téléchargeable gratuitement par les entreprises (Logib), permet facilement aux entreprises de plus de 50 salariés de vérifier les différences de salaires entre les 2 sexes. En particulier, ce logiciel, très simple d'utilisation, permet de dire aux responsables des ressources humaines si les différences de salaires sont liée à des questions de qualifications ou au poste occupé. Une fois cette analyse faite, si l'entreprise n'est pas capable d'expliquer les différences de salaires, alors c'est qu'il y a un risque de discrimination.

Le logiciel intéresse d'ailleurs quelques pays de l'Union européenne. En France, ce sont, une fois de plus, les employées des grandes entreprises qui vont bénéficier des mesures de réduction d'écart. Alors alors que ce sont probablement celles qui en ont le moins besoin, les salaires dans les PME étant plus faibles.

Les calculateurs officiels de salaires

Des calculateurs officiels de salaires, mis en place par les autorités fédérales et certains syndicats, permettent de mesure les différences salariales entre hommes et femmes. En particulier, il y a un point que je trouve extrêmement choquant, mais très révélateur, c'est que pour connaître le salaire auquel vous pourriez prétendre en Suisse, il faut saisir des informations relatives à votre formation, votre expérience... et votre sexe. L'outil résume bien le problème. Consultez la liste des principaux calculateurs officiels de salaires en Suisse.

Le rôle des syndicats en France et en Suisse

En France, les syndicats ont pour ainsi dire abandonné le terrain des différences de salaire entre hommes et femmes. Ce qui est très étonnant, car ayant la loi et la Constitution pour eux, il semble plus facile de revendiquer dans cette configuration. Par ailleurs, les syndicats français faisant grand bruit en ce moment sur les retraites, et sur les problèmes que la réforme va poser aux femmes (elles seront les plus impactées), on peut se demander pourquoi ils n'ont, jusqu'à présent, pas fait grand chose, les problèmes des retraites pour les femmes n'étant que le reflet accentué des inégalités salariales dont elles sont victimes depuis toujours. Bref, une bien belle hypocrisie en France sur ce point.

En Suisse, les syndicats n'ont, jusque dans les années 30, pas franchement revendiqué pour l'égalité de salaire des femmes, mais étaient plutôt occupés à se battre pour l'amélioration des conditions des hommes. Leur vraie prise de conscience semble commencer vers le milieu des années 90, avec une intensification dès le début des années 2000, avec notamment la mise en place du projet pour la promotion sur l'égalité des salaire par l'Union syndicale suisse. Les syndicats suisses accompagnent par ailleurs régulièrement leurs membres dans leurs démarches au Prud'hommes.

Avec un gouvernement suisse à majorité féminine, espérons qu'à l'avenir les lois soient respectées. En France, d'après les spécialistes, il semblerait que cette inégalité ne soit pas prête de se réduire.

Et vous ? Comment cela se passe-t-il dans votre foyer et dans votre entreprise ?

Ressources complémentaires à lire :

RSS_32
Recevez par mail directement tous les nouveaux billets du blog de Travailler en Suisse et devenez fan du Groupe Facebook "Travailler et vivre en Suisse"


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


David Talerman 6776 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine