Magazine Société

Pousse-au-crime

Publié le 31 décembre 2007 par Jlhuss

Peu importe l’âge, à l’image des enfants, on est toujours heureux de se précipiter sur ses “petits souliers” au matin de Noël pour voir ce que vous a réservé le “petit papa”. Juste retour des choses, nos enfants nous gâtent ! … Consommation!

Dans mes souliers il y a toujours des livres, des petits, des gros, du papier glacé et richement illustré ou du papier recyclé plus discret. Cette année, ma fille, sans doute guidée par mes appréciations bien connues sur la mondialisation et son cortège de désillusions, m’a offert un petit livre au format réduit à la poche mais combien passionnant : la “décroissance sereine” écrit par Serge Latouche.

Je me suis précipité … et vous livre ici quelques indications liminaires en promettant d’y revenir souvent, ne serait-ce que pour permettre à Guess, Makhno et Benjamin de dialoguer sur un sujet qui ne les laisse jamais indifférents ! Guess pourra enfin constater que j’ai changé de référence

“Notre société a lié son destin à une organisation fondée sur l’accumulation illimitée. Ce système est condammé à la croissance. Dés que la croissance se ralentit ou s’arrête, c’est la crise, voire la panique. Cette nécessité fait de la croissance un corset de fer. L’emploi, le paiement des retraites, le renouvellement des dépenses publiques (éducation, sécurité, justice, culture, transports, santé, etc.) supposent l’augmentation constante du produit intérieur brut. Le seul antidote au chômage permanent , c’est la croissance martèle les uns et les autres. A la fin le cercle vertueux devient un cycle infernal… La vie du travailleur se réduit le plus souvent à quelqu’un qui métabolise le salaire avec les marchandises et les marchandises avec le salaire, transitant de la fabrique au super marché et de l’hyper marché à la fabrique.

Trois ingrédients sont nécessaires pour que la société de consommation puisse poursuivre sa ronde diabolique : la publicité, qui crée le désir de consommer, le crédit, qui en donne les moyens, et l’obsolescence accélérée des produits, qui en renouvelle la nécessité. Ces trois ressorts de la société de croissance sont de véritables “pousse-au-crime”

Ca commence bien! Il y a aussi du “religieux” dans cette affaire … A suivre.

<>éé<éé>éé<><><><&><><><><><><><>éé<éé>éé<><><><><><>

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine