Magazine Société

Le FMI, inféodé à l'idée européenne, devient un problème

Publié le 28 septembre 2010 par Edgar @edgarpoe

Gilles, qui commente ici régulièrement, m'envoie sa traduction d'un article de Ambrose Evans-Pritchard, du Daily Telegraph. Je la recopie ci-dessous, telle quelle. En gros, la situation que décrit le journaliste est la suivante : l'euro fort et leur appartenance à la monnaie unique coule la Grèce et le Portugal (d'autres suivront). Comme c'est inavouable, on les oblige à une rigueur imbécile (à des "politiques structurelles, dont Paul Krugman dit toute l'inanité pour les Etats-Unis, son analyse étant valable trait ur trait pour l'Europe). DSK essuie quelques critiques méritées, au passage.

 Merci à Gilles donc.

 *

 Le Portugal approchait de la ligne fatidique vendredi, alors que le quotidien Di Ario de Noticias a cité trois ex-ministres des Finances avertissant que le pays devrait faire appel au Fonds monétaire international (FMI).
Un de ces ex-ministres a parlé d'un « recours téméraire sur la dette extérieure », un autre a parlé de « dérive des dépenses publiques ». Peu importe, tous étaient complices pour l'adhésion du Portugal à l'euro, la politique qui incube cette crise et qui maintient le Portugal dans les pièges de la dépression.
Le Portugal a été un créancier net à l'étranger dans le milieu des années 1990. L'Union Économique et Monétaire l'a transformé en débiteur net à hauteur de 109 % du PIB. C'est ce qui arrive quand on coupe des taux d'intérêt tout à coup de 16 % à 3 %.
Quoi qu'il en soit, les commentaires ont touché une corde sensible. Les rendements sur la dette portugaise à 10 ans ont bondi à 6,15 %, au niveau de la crise du mois de mai, lorsque l'UE fit face à son « moment Lehman-Brother » et a lancé un plan de sauvetage de 750 milliards d'euros (625 milliard de £ ).
António de Sousa, le représentant du secteur bancaire au Portugal, a déclaré que ses membres sont dans une situation désespérée. Les banques ne peuvent lever des fonds à l'étranger, demeurent « extrêmement fragiles », et n'auront « tout simplement » plus rien à prêter tant que les capitaux étrangers ne seront pas de retour.
Les banques portugaises ne peuvent pas survivre sur les économies locales. Ils comptent sur des financements étrangers pour couvrir 40 % des actifs ( données du FMI ). C'est pourquoi une réunion d'urgence entre le gouverneur de la banque centrale et le président Cavaco Silva a eu lieu vendredi. Le gouverneur a déclaré que le financement global pour le Portugal est en train de s'assécher. Les Marchés ne toléreraient plus le rythme trop tranquille du resserrement budgétaire du Portugal.
Quelques heures plus tard, les dirigeants du Portugal ont accepté le principe de présenter le nouveau budget 2011. Ceci dans l'espoir qu'ils pourraient à la fois éviter les coupures budgétaires et réduire le déficit de 9,3 % du PIB en 2009 à 7,3 %. La première victime de ce budget est susceptible d'être les trains à grande vitesse vers Madrid.
Pourtant, à quoi va aboutir l'austérité budgétaire ? La dette publique et privée combinée est de 325 % du PIB ( 247 % pour la Grèce ), de sorte que le pays est déjà entraîné dans la spirale de la dette. Lisbonne a supprimé des emplois publics depuis plusieurs années. Cela a certainement servi à racoler un peu de croissance, mais ne guérit pas le problème. La productivité est bloquée à 64 % de la moyenne de l'UE.
La vérité brutale est que le Portugal a perdu sa compétitivité sur une grande échelle depuis l'adhésion à l'UEM et n'a jamais été en mesure de la récupérer. La Convergence n'est jamais venue.
L'Irlande a montré ce qui se passe lorsque vous saisissez le fouet fiscal, en réduisant les salaires du secteur public de 13 % - sous les applaudissements de l'élite de l'UE - sans compensation ni relance monétaire. Les obligations irlandaises ont encore grimpé à un record de 6, 38 % depuis.
Cela a été déclenché par deux notes de conjoncture des banques : La Barclays a déclaré l'Irlande peut-être besoin de l'aide du FMI et le Citigroup Willem Buiter a déclaré que l'Irlande « ne peut pas être en mesure de faire face en même temps aux créanciers de la dette souveraine et aux créanciers bancaires ». Le Dr Buiter a également déclaré qu'un défaut par la Grèce est « un événement forte probabilité ».
Deux ans après sa purge, l'Irlande a un déficit budgétaire près de 20 % du PIB. Il est 12 % si nous enlevons le sauvetage des banques. Mais la raison pour laquelle les créances douteuses des anglo-irlandais maintiennent leur spirale vers le haut, c'est que l'économie continue à baisser en spirale. Les prix des logements ont chuté 35 %. Le PIB nominal s'est contracté de 19 %.
« La dette de l'Irlande monte comme une montgolfière sans pilote, alors que sa capacité à payer s'est effondrée », a déclaré Simon Johnson, ex-économiste en chef au FMI. Il a dit que le pays a fait un pacte faustien avec l'Union Européenne. Grâce à un accord de la BCE, l'Irlande est capable d'emprunter des fonds à la BCE pour 75 % du PIB tant que les contribuables irlandais serviront de bouclier pour les créanciers européens.
Dans tous les cas, le FMI lui-même est devenu le problème, fonctionnant comme un bras armé de l'idéologie de l'UE en vertu de son directeur Dominique Strauss-Kahn. Il n'offre pas de recours car il acquiesce à l'interdiction de l'UE sur les restructurations de la dette.


En Grèce, il soutient une politique qui va laisser le pays avec une dette publique de 150 % du PIB après son épreuve - permettant aux créanciers français et allemands de passer une grande partie du risque vers les contribuables d'Asie à travers le FMI, et vers les contribuables de l'UE grâce au système de soutien de la zone euro .
M. Strauss-Kahn s'est engagé jusqu'à 250 milliards d'€ d'argent du FMI pour « sauver » l'Union Européenne sans l'approbation préalable du Conseil du FMI, à la fureur des membres asiatiques. Il a promulgué une doctrine insidieuse qui proclame que les défauts sur la dette souveraines sont « inutiles, indésirables, et sont peu probables ».
Soyons honnêtes, le Fonds Monétaire International est devenu le moteur d'une politique d'incohérence, un moteur de l'aléa moral. En août, il a aboli son plafond de crédit et a créé un nouvel outil pour précipiter dans les dettes nouvelles les États qui auraient autant besoin de plus de dettes comme ils auraient besoin un trou dans la tête.
Simon Johnson indique que la solution pour les orphelins de l'Union Économique et Monétaire est la réduction de la dette dans le sens des « obligations Brady » en Amérique latine dans les années 1980, obligeant les créanciers à partager la douleur des débiteurs, comme dans l'ancien temps, en donnant aux débiteurs un moyen de sortir du bourbier.
En toute équité pour les décideurs de l'UE, peut-être le problème est vraiment si grand que s'ils laissent la Grèce, le Portugal, l'Irlande restructurer leur dette, ils risquent la contagion instantanée à l'Espagne, et de là en Italie. Peut-être qu'ils n'ont pas vraiment le choix. Si oui, l'union monétaire a créé un monstre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Edgar 4429 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine