Magazine

Opération Don Quichotte

Publié le 16 décembre 2007 par Tom Vanderstichele

...(suite)...


Nous sommes arrivés à l’aéroport une demi-heure plus tard, dans l’escalator qui nous menaient vers le hall des départs, nous n’étions pas seuls, 5 ou 6 autres bonhommes ressemblants à mon guide. Comme je l’ai dis auparavant, ni sale, ni puants, mais ils portaient tous leur garde-robe complète sur le dos. Je précise pour ceux qui auraient compris que ces gens portaient une armoire sur leur dos, que ce n’est évidemment pas cela, il serait inutile de transporter du bois de chauffage vers un pays pauvre et chaud, d’autant plus que là-bas le bois exotique pousse sur place.
Bon, je m’égare, parmi ces Colons, certains portaient également un grand sac, décoré de larges bandes roses et bleues, ou parfois le bleu est remplacé par du blanc. Tous identiques, ces sacs de toile synthétique leur ont certainement étés offert par le Ministère chargés de ces Nouveaux Colons. Je me demande d’ailleurs sous quelle tutelle ministérielle, les Sans-logis s’exilaient. Le Ministère de l’Action Sociale, le ministère des Affaires étrangères, celui de la Défense ou encore ceux du Tourisme (En Belgique, il y a en effet plusieurs Ministres qui s’occupent du Tourisme, presque un par Touriste) ?

Il est 2h13, le hall des départs n’est pas rempli du tout, Les Colons peuvent faire la file chacun à un guichet, mais non, au lieu de ça, ils se dirigent tous vers le fond, là où traîne encore quelques chaises de la cafeteria. Chacun s’installe dans son coin, moi je reste avec mon compagnon de la Gare du Midi. ….On attend, mon guide me dit :

- «je m’appelle Jean, et toi ?»

- «Y….Yo, les gens m’appelle Yo»

- «eh ben Yo faudra te trouver un banc, pour roupiller ce sera plus confortable»

- «ah, le vol c’est pas pour tout de suite ?»

- «Eh là, DEGAGE D’ICI TOI, je suis honnête moi, si tu veux voler, tu retournes en ville !»

Je sursaute de ma chaise, je m ‘éloigne de lui, j’ai pas tout compris… je décide de retourner lui demander des explications :

- « Monsieur Jean, je n’avait pas l’intention de voler avec vous, je ….. »

- « EHH ! LES GARS ! Y A UN VOLEUR ICI, FAITES GAFFE À VOS AFFAIRES »

Il n’est pas loin de 5h36, lorsque je monte dans le train en direction de Bruxelles, j’ai dus attendre tout un temps dans les toilettes, car il n’y a pas de train la nuit. Heuu, enfin je veux dire, comme il n’y pas de train la nuit ET que j’étais poursuivis par les SDF, qui eux-mêmes étaient suivis par les vigiles de l’aéroport, je me suis cachés dans les toilettes, dans une cabine avec vue sur l’horloge, pour ne pas rater mon train.

J’avais beau leur expliquer en courant que je ne volerai pas avec eux, ils me criaient que personne ne volera avec personne. Il était évident que toute cette opération était secrète, et que les vigiles étaient là pour éloigner toute personne n’ayant pas fait la demande de Colonisation des Sudéens. Il n’y avait plus aucun doute là-dessus, même les Français voulaient en faire partie, j’ai vu ça sur les écrans quand j’étais à la Gare du Midi. Il n’y avait pas le son, mais on voyait distinctement les futurs Colons faire la file dans des tentes le long de la Seine. Et comme dans mon cas, les CRS ont dus déloger ceux qui ne devaient pas faire partie du voyage. Chose bizarre, les policiers parisiens ont chassé tout le monde……ils ont appelés ça l’Opération Don Quichotte, pour ne pas éveiller les soupçons, tout en gardant un lien avec la Conquête, En effet, Don Quichotte vivait dans La Castilla-La Mancha, région adjacente de l’Extremadura, d’où étaient originaires la plupart des Conquistadors Espagnols. Subtil comme raisonnement, mais on ne me la fait pas à moi.
à suivre...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tom Vanderstichele 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte