Magazine Société

Charters européens "by Frontex" : le silence de Viviane Reding

Publié le 09 octobre 2010 par Edgar @edgarpoe

Viviane Reding a cru revivre la deuxième guerre mondiale après les expulsions de roms décidées par Sarkozy - décisions purement médiatiques destinées à faire oublier l'affaire Woerth.

Elle est visiblement remise de ses émotions. La presse se fait écho des premiers charters rapatriant des nigérians, des ukrainiens, des irakiens et des georgiens vers leurs pays respectifs. Ces vols sont organisés et financés par Frontex, une agence de l'Union européenne. Pour l'occasion, le Monde a dû présenter un peu cette agence à ses lecteurs, faute de l'avoir évoquée plus tôt. Dans quelques années, le Monde "découvrira avec stupeur et indignation" que Frontex finance des camps de rétention de réfugiés en Lybie dans des conditions pas très humanitaires...

Dans l'immédiat, ces charters n'inspirent rien à Madame Reding. On peut la soupçonner, en tant que commissaire européen, d'être ravie d'avoir pu "se payer" un chef d'état, tout en hésitant à faire preuve du même courage à l'égard de ses collègues.

Comme l'écrit le Monde, cette politique de délégation à Frontex des expulsions "soulage les capitales européennes qui n'ont plus à 'porter le fardeau', selon l'expression du directeur adjoint de Frontex, tant ces rapatriements collectifs suscitent la gêne, voire la réprobation, des opinions publiques".

Voilà sans doute pourquoi Jean-Luc Godard estime que les partisans de l'Union sont des salauds sincères : ils sont salauds parce qu'ils n'ont même pas le courage d'assumer les politiques les plus indignes de l'Union, ils sont sincères parce que la presse leur rend la tâche plus facile en omettant systématiquement de parler de ces sujets.

Même dans le monde des blogs on s'arrange avec sa conscience. Vous connaissez le blog d'un juriste spécialiste de la défense des sans-papiers mais uniquement quand ils sont poursuivis par la loi française ? Cherchez-y Frontex :

Ne lui jetons pas la pierre, il n'est pas le seul. Viviane peut continuer à dormir tranquille et à jouer de ses indignations sélectives, les salauds sincères l'assurent de leur entière complicité.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Edgar 4429 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine