Magazine

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition

Publié le 14 octobre 2010 par Jekyllethyde

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition

Avant de t’attaquer au reste du monde, tente déjà de sortir du lot dans ton petit bled… Voilà une citation que j’entendais encore hier, et qui me semble idéale pour illustrer la carrière du plus Kerouacien des toulousains, Tilt.

Après s’être consacré à la noble tâche d’orner de mille couleurs la ville rose, au sein des collectifs Truskool puis Le Club, il est parti sur les routes avec en tête l’envie d’étancher une soif incommensurable de voyages, de rencontres, de graffitis, mais aussi de jolies filles… il faut le dire ! Une vie qui l’aura mené aux quatre coins du globe, une bombe, un marqueur, ou un skate à la main nourrissant l’obsession frénétique d’y apposer son emblématique throw up, seul ou accompagné de son fidèle acolyte Mist.

Mais comme tout traveler qui se respecte, il y a un moment où l’on a envie de se poser, et de mettre les choses au clair. Une chance pour nous puisqu’il est en ce moment de passage à Paris pour sa prochaine exposition « My love letters ». Nous en avons donc profité pour le rencontrer et lui poser quelques questions sur son parcours, sa vision, ses rencontres… et bien plus encore.

Before thinking to conquire the world, try to be famous in your little hometown ! Here is a quotation I heard yesterday, which in my opinion fit perfectly with the carreer of the most Kerouacien of the toulousains, Tilt.

After many years rockin the streets of the pink city, with his famous old school crews – Truskool & Le Club, he leaves for a world tour full of encounters, graffitis, but also beautiful girls… ! A « Good Life » which have led him in every corner of the globe with a spray, a marker, or a skateboard in the hand feeding the fervent obsession to affix it symbolic throw up, alone or accompanied with his faithful accomplice Mist.

But as any traveler which respects himself, there is a moment when you want to step back to put things in the light. A chance for us, thus we met him before his next exhibition  » My loves letters  » in Paris october 25th. Encounter,


Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition

Salut Tilt, petite question récurrente pour commencer : quelle heure est-il, et où es-tu alors que tu réponds à notre interview ?
Je vais vous faire rêver, il est 13h51 et je suis a Toulouse…!

Hi Tilt, lets start with our classic shit ; Where are you, and what hour is it while you are answering to our questions ?

Oh man ! I’ll make you dream, it’s 1h51 PM and I’m in… Toulouse !
Peux-tu rapidement nous parler de ton parcours ?

Né à Toulouse en 1973, je commence le graffiti sur le petit banks de Skate de ma cité et les garages en sous sol en 1988, avant de voyager autour du monde, USA, Hong Kong, Japon, Mexique, Thaïlande, Australie, Nouvelle Zélande, Laos, Chine, Canada, Philippines, Taiwan, Indonésie, Maldives et plus de 12 pays d Europe.
Puis je pars m’installer à NY pendant deux ans, un passage de quelques mois à Manille avant de retourner dans ma ville natale il y a 6 mois… I love Toulouse !

Can you quickly introduce yourself for those who don’t know you ?

Born in Toulouse in 1973, I begin graffiti on the little skate’s banks of my city and underground parkings in 1988. Then I start graffiti which makes me travel a lot, USA, Hong Kong, Japan, Mexico, Thailand, Australia, New Zealand, Laos, China, Canada, Philippines, Taiwan, Indonesia, Maldives and more than 12 Europe’s countries. I’ve lived in NY for two years and then Manille, before coming back to my hometown six months ago… I love Toulouse !

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition


Tu as fais parti de l’époque « phare » du graffiti toulousain. Celle de la Truskool, des collaborations avec Fafi, Der, Tober, et toute la clique… Peux-tu nous décrire l’ambiance de l’époque, et qu’elle était la motivation de votre « crew » ?

C’était incroyable de vivre cette époque où la ville était overdosée de graffs, tags, flops, affiches, tickets. On peignait tout le temps avec des fausses autorisations ou même comme ça, au culot… Et ça passait !
J ai vécu de vrais moments de bonheur picturaux et tout ça sans parler des sessions nocturnes où on était de vrais boulimiques (chromes, flops et beaucoup de trains). Ce sont tous ces bon souvenirs, et la recherche de l’Histoire avec un grand H, qui me poussent encore aujourd’hui à continuer…

You were present at the « gold age » of Toulouse graffiti, working in the street with the famous Truskool crew and collaborating with Fafi, Der, Tober, and many others… Can you describe how was the atmosphere at that time, and what was the motivation of your team ?

It was incredible living in this era, when the city was cramed of graffs, tags, throw ups, posters, tickets. We were painting daytime, with false autorisations as well to bluff… And it was going down! I lived real pictorial’s moments of happiness, not to mention of night’s session… We were veritable bulimics (chromes, flops and a lot of trains). I’ve kept in my mind so many good memories of that time and that’s a big part of the reason why I’m still painting by night. Beside the painting itself, all the little stories are always a plus !

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Je sors peindre plus souvent seul mais la ville est trop propre et mes vieux partners in crime sont devenus des papas…

And what’s up now ?

I paint a lot more alone, but the town is sooooo clean now and my old partners in crime are dads too ! But i wont stop painting !
Depuis tu as pas mal laissé traîner ta patte sur la peau de jeunes, et moins jeunes filles… De l’extérieur on pourrait croire à un délire ego-machisto-centrique, est-ce le cas ?

C’est un projet qui a beaucoup été médiatisé… Mais à mon grand regret je dirais mal médiatisé ! Il n’y a rien de « ego-machisto-centrique », ça serait même le contraire.
Un des principes du concept des BBGirls c’est de leur offrir un moment de liberté. Je ne force jamais rien dans ces chambres d’hôtel. Les filles timides ne se retrouvent pas face au photographe relou qui leurs demande de montrer un peu plus d’épaule. Et à contrario, la fille qui veut délirer sur un trip « exhib », mais qui a peur de se faire juger par son mec, sait qu’elle peut le faire avec cet étranger qu’elle ne reverra jamais. D’où le côté naturel et léger qui se dégage des shoots…

Cedar Lewisohn, qui organise le show à la Tate Modern gallery de Londres, m’a dit une fois qu’il voyait mon travail des BBG comme une sorte de carnet de chasse. Mais après une longue discussion dans un pub allemand, il a totalement changé d’avis !

Since then you have been drawing on the skin of young and not so young girls…When one don’t know you, we can think about an ego-machisto-centrical delirium, is it the case ?

It’s a project which occupied a real place among the medias but for my great regret a bad one. There is not at all of « ego-machisto-centrical », and it should be the contrary ! One of the principe of BBGirl’s concept is to offer to the girl a moment of liberty. I never forced anything in theses hotels rooms. Shy girls aren’t in front of an oafish photographer who asks her to show a little bit more of her shoulder, and at the contrary, the girl who wants to flaunt herself for kidding but who fears the judjment of her boyfriend, knows that she can do it with this stranger which she will never see again. That’s why girls seem so natural, loose… Painting them is an excuse, a way to make them feel comfortable because they’re from the street and they aren’t used to pose in front a camera.

Cedar Lewisohn, who organized the show on the Tate Modern of London, told me the day of our first meeting, that he was seeing my work like an huntingbook.
But after a pretty good party in an german’s pub and a long discussion he totaly changed his opinion, which pleased me a lot.

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition


Comment choisis-tu tes participantes ?

Au hasard des rues, ce sont des rencontres magiques… Et la magie est quelque chose de rare de nos jours !

How do you choose your participants ?

On my walks… It’s a magical meeting… And magic is rare nowadays !
Tu sais que tu alimentes quand même pas mal les fantasmes sur de telles pièces… Alors, est-ce déjà allé plus loin que la simple « collaboration artistique » avec une Bubble Girl ?

Pour résumer, c’est arrivé avec ma BBG toulousaine Virginie et je suis avec elle depuis plus de 5 ans.

You know that you feed fantasies with this kind of piece… So, did you ever came over the simple « artistical collaboration » with a Bubble Girl ?

To resume, it happened with my Toulouse’s BBG Virginie, ,and I’m with her for more than 5 years now.

Laquelle de ces sessions « body-street painting » t’a le plus marquée ? Pourquoi ?

Une des dernières à NYC où je me suis retrouvé avec une bombe latine qui répondait au doux nom d’Alexia et qui, après plus d’une heure à discuter des photos que nous allions faire ensemble, m’a avoué qu’elle était un garçon… Les photos sont superbes et son histoire tellement intense !

Which body-painting’s session will you remember all your life ?

One of the last in NYC, when I was with a foxy latin lady named Alexia who after one hour of discussing about the photos we will make together, confessed me that she was a boy… Photos are beautiful and her story so amazing !

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition

J’ai d’ailleurs eu des echos de ton expo solo à Paris, à la galerie Celal, qui a lieu ce mois d’octobre… comme quoi tu nous aurais concocté une petite surprise, à base d’installations et de Bubble Girl. Peux-tu nous en dire plus ?

C’est une surprise comme tu le dis.

I’ve heard about your solo exhibition in Paris, at the Celal gallery, which takes place on october… that you have cooked a little surprise, a kind of installation with a Bubble Girl inside. Can you tell me more about it ?

It’s a surprise as you said !
Tu présenteras également une série d’oeuvres exclusives, qu’elle est la ligne directrice de l’expo ?

Après deux ans passés à NY, je me suis « presque » fait influencer par la culture américaine à mon insu. Ensuite, ça fait un moment que j’essaye de garder la lettre au centre de mon travail et depuis peu j ai trouvé une manière de faire de l’accumulation calligraphique figurative… disons donc que l’expo reflète ce « tout ».

You will also present a set of exclusives works. What was the consistency behind the exposicion and this new serie ?

After two years living in NY, I almost got carried away by american culture without knowing it. Then, i aIways try keeping the letter in the center of my work and recently I found a way to make some figurative calligraphic accumulation… So that’s what about !

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition

De quelle pièce es-tu le plus fier ?

L’installation surprise !

What piece are you the proudest of ?

The « surprise » !
Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour présenter ton travail en solo ?

Je l’ai déjà fait en Australie, Nouvelle Zélande ainsi qu’à Paris il y a un moment, mais cette fois-ci c’est différent ! Ca fait longtemps que je voulais montrer plus que mes photos et pour cela il fallait une grande galerie, de l’espace pour pouvoir montrer des peintures grands formats, réaliser des installations, des dessins, des vitraux, des sculptures…

Why did you wait so long to do a solo exhibition ?

I did it yet in Australia, New Zealand as well in Paris but this time it’s different. It’s been a while since I wanted to show more than my photos but for that I needed a big gallery, space to be able to prepare an installation, large painting format, drawings, stained glass window, sculptures…

Parle-nous de l’illustration que tu as faite, spécialement pour nous, sur le thème Jekyll et Hyde ?

C’est simple, mon expo arrive dans 10 jours, je suis à la bourre alors j’ai décidé d’aller faire un petit flop illégal la nuit pour vous… Real Graffiti quoi!!!!

Tell us a little bit about the illustration you made for us on the theme Jekyll & Hyde ?

It’s simple, my exhibition arrive in 10 days, I’m pushed for time so I decided to go out to make a little illegal flop by night for you… Real graffiti !!!!

Tilt, Graffitiartiste en pleine ébullition


Comment envisages-tu l’évolution de ta carrière d’ici 5, 10, 15 ans ?

J’essaye de pas y penser…. C’est un fantasme mais je voudrais vivre au jour le jour pour continuer à prendre le même plaisir qu’il y a 5, 10, 15 ans…

How do you plan your career’s evolution in 5, 10, 15 years ?

I try to not thinking about it… It’s a fantasy but I would like to live one day at a time to still taking the same pleasure i felt 5, 10, or 15 years ago…


Mini Itw – (Question/response) spécial Old school / New school
Le morceau qui tournait en boucle dans ta Hifi à l’adolescence ? Bruce Springsteen, « Born in USA »
La tête d’affiche de la dernière soirée où tu es sorti ? Africa Bambaataa

L’âge de la première Bubble que tu as peinte ? 24 ans
Celui de la dernière ? 24 ans

Lieu « d’élaboration » de ton premier Flop ? New York
Lieu « d’élaboration » de ta dernière oeuvre ? Toulouse

La personne qui t’a versé ton premier cachet d’artiste ? La MJC de ma cité de naissance.
Le dernier cachet que tu as perçu ? Un vitrail vendu chez Speerstra en Suisse lors de notre expo avec Mist.

La première fois où l’on t’a dit « ahhh c’est toi TILT!? » Il y a bien longtemps dans une usine désaffectée de Toulouse, il s’appelait JOE…
La dernière fois où tu as reconnu quelqu’un ? Kate Moss a l’aéroport de NYC
Special Street trick (answer with one other word) :
The track you were always listening to when you were a teenager ? Bruce Springsteen, « Born in USA »
The main artist at the last party you went ? Africa Bambaataa

Age of the first Bubble you painted ? 24 years
Age of the last one ? 24 years

Place of conception of your first flop ? New York
Place of conception of your last work ? Toulouse

The person who gave you your first fee ? The MJC (Home of young and culture) of my hometown.
The last fee you received ? A stained glass window sold in Speerstra in Switzerland during our exhibition with Mist.

The first time when someone tell you « ahhhh it’s you TILT !? » For a long time, in a disused factory in Toulouse, his name was JOE…
The last time you recognize someone ? Kate Moss in NY’s airport
Comment décrirais-tu ton univers en un mot ?
Bubblicious…!
Comment définirais-tu la société actuelle en un mot ?
Parano…
Comment définirais-tu le milieu de l’art en un mot ?
Fatiguant
Et enfin je te laisse le dernier mot pour la fin ?
Love…!
How would you describe your universe in one word ?
Bubblicious…!

How would you describe present society in one word ?
Paranoiac…

How would you describe artistic world in one word ?
Tiring…

And finally I let you give the last one (word) ?
Love..!

Question bonus : Quelle question aurais-tu aimé que l’on te pose ? ( et sa réponse )
Peux-tu nous dire qui est-ce que tu admires? Ma grand-mère.

Bonus question : What question wished you to hear from us, we didn’t ask ? (and answer to it)

Can you tell us who do you admire? My grandmother.
Merci les gars j’espère vous voir à l’expo

Pisse Love and GarffiTILT

Tilt Blog

tilt-portfolio-01
tilt-portfolio-02

tilt-portfolio-03
tilt-portfolio-04

tilt-portfolio-05
tilt-portfolio-06

tilt-portfolio-07
tilt-portfolio-08

Invasian-full page ad template-L
tilt-portfolio-10

tilt-portfolio-11
tilt-portfolio-12

tilt-portfolio-13
tilt-portfolio-14

tilt-portfolio-15
tilt-portfolio-16


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jekyllethyde 6625 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte