Magazine Humanitaire

Saint Louis est mort à Tunis, Dunant y est ressuscité (le temps d’une soirée…)

Publié le 02 novembre 2010 par Frédéric Joli

 Je reçois beaucoup d’appels, de mails, d’interpellations en tout genre grommelant en substance : Mais comment “L’humanitaire dans tous ses Etats” a-t-il pu louper ce 30 octobre le centenaire de la mort d’Henry Dunant ? Un blog d’habitude si bien tenu, quelle honte !

Non, je n’avais pas oublié. Figurez-vous que ce week end, j’étais à Tunis à l’invitation conjointe de la délégation régionale du CICR  et du Croissant-Rouge tunisien pour fêter comme il se doit le centenaire de la mort de “Dunant le maghrébin”. Et oui, tout suisse qu’il fut (et un peu français par défiance en exil forcé après 1867), le vieil Henry forgea une part de son engagement humanitaire en Algérie où il était “colon atypique” et en Tunisie où il séjourna durant l’hiver 1856-1857.

Deux ans avant le traumatisme de Solférino (1859) qui ouvrira la grande saga de l’action et du droit international humanitaires modernes, il rédigea une sorte de carnet de voyage, “La régence de Tunis” dans lequel il rend hommage au Bey pour avoir notamment aboli en 1846 l’esclavage (*).

Durant la cérémonie tenue au siège du Croissant-Rouge Tunisien, sous la houlette de son président fondateur en 1956, le docteur Brahim El Gharbi, a été diffusé la petite vidéo du blog ; histoire de ne pas oublier qu’en 1910 mourut également l’ennemi juré de Dunant, Gustave Moynier.

Voilà pourquoi, déplacement à Tunis oblige je n’ai rien posté le 30 octobre sur le blog, ni hier, Toussaint oblige - Dunant n’en était pas un ; aujourd’hui, 2 novembre, fête des morts, voilà qui est plus logique.

A une prochaine Deglet Nour, date pardon, je publierai une vidéo réalisée à Tunis avec Mohamed Ben Ahmed, conseiller communication de la délégation et “docteur es-Dunant”.

PS : Merci pour l’accueil de l’équipe du CICR en Tunisie et de son chef, Jean-Michel Monod pour l’hébergement (”Doyen” des délégués CICR d’active, il racontera bientôt ici ses 34 ans de carrière…).

A lire, deux biographies, courts textes efficaces, l’une sur Henry Dunant, l’autre sur Gustave Moynier, l’une signée Roger Durant, l’autre François Bugnion.On peut se les procurer ici .

éééé

éééé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frédéric Joli 39757 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte