Magazine Société

Avec le bus volant, continuons à prendre la voiture

Publié le 02 novembre 2010 par Bix

Il y a une constante dans les imaginaires du futur : la voiture. Les tenants d'une ville toujours saturée de bagnoles rivalisent d'imagination pour développer des solutions nouvelles, parfois vraiment séduisantes, avec comme point incontournable : ne pas gêner la voiture. Souterrains, viaducs, ponts à double-niveau... on veut bien des transports en commun ou de la place pour les piétons mais sans retirer un centimètre carré aux automobilistes.

Caradisiac remet le couvert sur le "bus volant", en fait un bus haut sur pattes qui passe au-dessus des voitures. Pour mieux comprendre, regardez la vidéo ci-dessous.

Je vous une haine particulière à ce genre de vidéos. Dans mon enfer personnel, les concepteurs de ce genre d'animations ont leur place réservées, à côté des artistes de dessins d'architectes où tout le monde est beau, blanc, roule en BMW sous des arbres toujours feuillus et artistiquement disposé sur un trottoir maculé et lisse comme un billard. Dans les animations en pauvre 3D comme ci-dessus, les gens marchent doucement, personne ne se bouscule, il n'y a jamais de foule mais juste ce qu'il faut de passagers pour que ça ne soit ni vide, ni trop plein. Un mélange de Bienvenue à Gattaca et The Island. Loin de la réalité, qu'elle soit pékinoise ou parisienne.

Le bus volant est annoncé et présenté comme une solution face aux embouteillages. Pourquoi pas. Mais on continue à laisser toute la place aux voitures. Le risque est que ce soit pris pour la solution miracle aux problèmes de congestion automobile.

J'en veux pour preuve cette vidéo un peu naïve d'un Américain (?) pour qui c'est LA solution aux problèmes d'embouteillages.Alors que si j'en crois les statistiques annoncées, en résorbant de 20 à 30 % les bouchons, ça laisse entre un cinquième et un tiers d'espace supplémentaire aux voitures, un peu comme si on ouvrait une voie à chaque rue ! D'expérience, on sait que les ouvertures de voies ne tardent pas à être inutiles en terme de décongestion automobile : l'offre crée la demande, toujours supérieure à l'offre au final.

N'en déplaise aux utopistes de la bagnole, pour réduire les embouteillages, il n'existe en réalité que 2 solutions :

  1. diminuer le nombre de voitures
  2. diminuer les besoins en déplacements

Le reste n'est que cosmétique technologique aveugle : la voiture sature l'espace urbain et il est nécessaire de récupérer de l'espace pour les piétons, les espaces verts, les transports en commun. Les bus volants ne font que contourner le problème, si j'ose dire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bix 96 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine