Magazine À la mer

Avoriaz : la Grande Odyssée

Publié le 07 janvier 2008 par Eparsa

Le coup d’envoi de la 4ème édition de la Grande Odyssée, course internationale de chiens de traîneaux sur plus de mille kilomètres dans les Alpes françaises et suisses, a été donné dimanche à Avoriaz devant un millier de spectateurs. Près de 300 chiens conduits par 21 mushers, dont trois femmes, venus de neuf nations différentes, participent à cette course, qui comprend 13 étapes et s’achèvera le 16 janvier.

Désormais considérée comme une course de niveau mondial, au même titre que l’Iditarod en Alaska et au Canada, la Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc 2008 est celle qui présente le plus de difficultés techniques en raison de la dizaine de cols et 25.000 mètres de dénivelé que présente le parcours. “C’est une course d’endurance très physique.

Ce qu’il faut savoir c’est que le musher court souvent à côté de son attelage dans les montées”, souligne l’explorateur français Nicolas Vanier, parrain et organisateur de la course. “Si vous voulez être compétitif sur cette course, une préparation spécifique est nécessaire”, explique Emil Inauen, un musher et alpiniste suisse de 35 ans, qui a commencé les entraînements au début du mois d’août. L’Américain Timothy Hunt, 42 ans, qui participe à sa troisième Grande Odyssée, indique avoir soumis tout l’été ses chiens à des séances de natation dans une piscine où ils devaient nager à contre-courant. Durant l’automne, l’entraînement à la course est monté en puissance, passant de 14 à 70 km par jour. “Je n’ai jamais participé à une course si difficile que celle-ci. Il faut régulièrement s’alimenter car l’on perd toujours du poids”, assure M. Hunt, arrivé 3e de la Grande Odyssée en 2006.

De leur côté, les chiens, qui parcourent en moyenne 60 km par jour lors de cette compétition, ingèrent jusqu’à 3.500 calories quotidiennement, essentiellement sous forme de croquettes enrichies en matières grasses et en vitamines. Pour préserver les animaux, qui sont exposés à des blessures diverses en raison des descentes multiples où leurs membres antérieurs sont extrêmement sollicités, une “rotation est imposée” aux mushers, chacun disposant de quatorze chiens, mais n’ayant besoin que de six d’entre eux pour constituer un attelage. Les organisateurs se réjouissaient dimanche des bonnes conditions d’enneigement en ce début de saison dans les Alpes, à l’inverse de l’an passé, où le manque de neige les avait contraints à annuler la majeure partie de la course. Les compétiteurs se partageront des gains d’un montant total de 100.000 dollars (67.902,50 euros)



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eparsa 1770 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog