Magazine Caricatures

Borloo a la banane !

Publié le 03 novembre 2010 par Ruminances

borloo.jpgJean-Louis Borloo, notre probablement futur fou-fou du Roi, est un facétieux aux multiples facettes. S’il n’avait pas été ministre, Val aurait pu l’employer à France Inter pour épauler Stéphane Bern dans l’émission du Tout va bien entre 11h et midi.

L’air de ne pas y toucher, il sait s’y prendre avec son plan de carrière, l’environné de la mèche. A la morgue d’un Fillon ou aux sinistres tronches de Lefebvre, Hortefeux et autres Besson, avec sa trogne, il offre à la politique la touche de bonhommie qui manquait à la Sarkozie. Ce rôle de presque Premier ministre, Borloo l’endosse déjà avec une joie juvénile. Nous n’avons pas fini de nous tenir les côtes. A défaut de nous tuer avec la matraque, il nous fera mourir de rire. Dans les deux cas, la mort est certaine, direz-vous, non sans raison.

Ministre de l’Écologie, du développement et autres bricoles attrape-gogos, il s’est illustré par son fameux « Grenelle de l’environnement », une tambouille dont on connait les effets sur l’organisme et dans les esprits. Entre échec et ridicule, nous avons définitivement frôlé le néant en la matière. Le bidule était tellement nul que même ce pauvre Nicolas Hulot, prosélyte pour mamies à qui on veut chourer le chat, d’abord très enthousiaste, en est resté perplexe. Du coup, il est reparti de là où il était venu, faire la causette  à des marsupiaux arboricoles, beaucoup plus nonchalants. A grands coups de CO2 médiatiques, Jean-Lou a failli nous faire fumer la moquette, tant la chose apparaissait fumeuse. Le sommet de Copenhague ayant été en la matière un des pics de la débilité du milieu politique ambiant. Passons, mais n’oublions pas.

Fort de cet échec, il a ruminé du positif pour nous revenir plus fort que jamais. C’est souvent avec l’échec qu’on bâtit son avenir, n’est-ce-pas ? Pas démonté pour un centime de décroissance, notre fou-fou, continue comme si de rien n’était à écumer plateaux télé et ondes radiophoniques avec son air goguenard de looser sympatoche, prêt pour un nouveau tour de micromagie.

S’il apparaît sympatoche aux yeux d’une certaine opinion, pour qui un homme qui boit et qui rigole tout le temps ne peut être mauvais, il en va autrement pour son matricule du côté de sa propre majorité. A commencer par le très hilarant Alain Juppé qui, rêvant peut-être d’un retour au premier plan, le considère comme une bille et ne se prive pas de le faire savoir d’un air aussi sévère que possible. D’autres le traitant carrément de « paradoxe » pour son côté « Radical » – le parti, pas le nom masculin – ne voient en lui qu’un potion n’ayant rien de magique. Même son de cloche chez ce bon Éric Raoult, UMP, ce transfuge de l’extrême – fou le nombre de transfuges dont s’est entouré Mínimus – qui le considère comme un ignorant des choses de la ville, ce qui ferait peur à « certains députés ruraux ». Toujours dans la dentelle, ce bon Raoult !

Même François Bayrou y va de son couplet sur la « solidité » et la « stabilité » sans lesquelles la charge de Premier ministre ne peut être assumée. « Tiens, prends ça dans les gencives ! », dit le patron du Modem à celui qui fut en 2002 son porte-parole de campagne. On a les haines qu’on peut chez saint François.

Quel que soit le look affiché par l’auteur de «Un homme en colère » et de « l’architecte et l’horloger » la pilule a du mal à passer au sein de la Sarkozie. Alors, Premier ministre ou écran de fumée ?…

Jean-Lou n’a que faire des jaloux avec lesquels il partage un lopin de vie politique, il met sa montre à l’heure sans autre préoccupation que celle de ne pas rater le train de sa destinée politique. Il continue d’enfoncer le clou avec l’obstination d’un apprenti charpentier. A force, il finira par clouer le bec à tous les jaloux.

Pour l’heure, il nous gratifie d’une nouveauté : « Le grenelle de la fiscalité ». Ne riez pas, c’est du sérieux. Fortement impressionné par le Grenelle ayant mis fin aux grandes grèves de mai 68, Jean-Lou croit dur comme fer qu’il peut coller ce succès historique à la crise politique actuelle.  Là où des gouvernements entiers se sont pétés les dents, lui, pense pouvoir réussir. « Ces sont des choix socio-économiques tellement cruciaux qu’il faut y associer dans le cadre d’un Grenelle, le monde économique, les syndicats, les collectivités, pour définir ensemble les grands choix de la France », dit-il poussé par une foi sans faille. Il a vraiment envie d’être Premier ministre. Une déclaration qui s’inscrit d’ores et déjà à l’exact opposé de la pensée présidentielle. Mínimus considérant toute négociation comme une perte de temps, la loi sur les retraites étant l’exemple le plus récent, Jean-Lou, avec son Grenelle veut mettre tout le monde autour d’une table, syndicats, collectivités et monde économique en général. Il pense pouvoir réussir son nouveau système fiscal dans un délai de six mois.

Mais pourquoi Sarko ne l’a-t-il pas déjà nommer Premier ministre ? On perd du temps là !

http://www.dailymotion.com/videoxfexps

Sarko info


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ruminances 506 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte