Magazine Conso

Mort ou vie du produit, consommateur, tu décideras !

Publié le 08 janvier 2008 par Vanina Delobelle
*Le web 2.0 a introduit de nouveaux usages dans les comportements des consommateurs du web. Les notions de communication ont évolué, le recours aux réseaux sociaux et le fonctionnement par grappes ont donné de nouveaux pouvoirs aux utilisateurs, devenus véritables acteurs actifs de leur propre environnement.

De « je veux », le consommateur est passé au « je fais », le rendant ainsi véritable contributeur ou encore créateur de son propre espace. Les communautés initiées sur Internet ont permis de créer des liens entre les membres tout en accroissant leur force à l'égard du produit.

Seul, son poids reste limité, membre de sa communauté, il est la voix de tous et tous parlent ensemble sur un même sujet, démultipliant indéniablement l'impacte de leurs dires. Ainsi on parle de « word of crowds ». Le « peuple » peut alors parler d'une voix unanime sur un sujet et influencer fortement son environnement. Internet démultiplie ces tendances et fait du consommateur un communiquant de plus en plus puissant.

Le consommateur Internet a pris le pouvoir de la communication, d'abord par le biais des forums et des blogs mais il a pris aussi le pouvoir de l'idée, de la création, de l'innovation. Il crée désormais le contenu qui est diffusé sur Internet, il parle des marques et décide de leur sort, il dénonce et proclame et il influence les produits en émettant ses critiques et ses désirs ouvertement.

De l'autre côté, l'entrepreneur qui souhaite lancer un produit et qui par conséquent souhaite trouver un marché pour ce produit. Comme le consommateur est aujourd'hui tout puissant, il lui faut s'y référer mais comment ? Lui donner les rennes, lui demander son avis, écouter ses critiques, lui donner les clefs de l'innovation ?

L'entrepreneur n'est rien d'autre que le chef d'orchestre du consommateur. Il se doit d'écouter et de mettre en œuvre. La sanction sera rapide et sans pitié. Une des devises des start ups de la Silicon Valley est « Succeed fast or fail quickly », les entrepreneurs sont poussés par le marché à agir de la sorte.

En effet, les consommateurs plébiscitent, les consommateurs achèvent. On a un peu l'impression de se trouver dans une arène du temps des romains, où au centre se trouve l'entrepreneur et son produit et tout autour les utilisateurs. Ils décident de la façon dont l'entrepreneur doit se battre, ils décident des adversaires de l'entrepreneur, ils décident de la durée du combat et ils décident de l'issue du combat. Certains produits vivront, d'autres non, le choix leur revient.

Dans cette mise en scène, le pouvoir, c'est le consommateur et l'entrepreneur n'en est qu'un outil. Il est tenu par les foules et par ses désirs, il se doit de réussir, il se doit de plaire aux foules. Plus que ses investisseurs, plus que les problématiques de gestion d'une entreprise, l'entrepreneur doit désormais en référer à son marché et par là même, à ses utilisateurs qui sont les vrais décideurs.

*Extrait de la Thèse de Vanina Delobelle

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vanina Delobelle 14413 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog