Magazine Environnement

Biodiversité : Chantal Jouanno explique l'accord historique de Nagoya

Publié le 02 novembre 2010 par Bioaddict @bioaddict
Interview de Chantal Jouanno par RFI
" C'est un accord extrêmement important parce que c'est la première fois qu'on a un grand accord sur la biodiversité..., qui a pour principal objectif de permettre qu'on ne puisse plus exploiter les ressources naturelles sans payer un prix... ", explique t-elle ainsi dans une interview pour RFI.

Réunis à Nagoya, au Japon, les Etats parties à la Convention sur la diversité biologique ont adopté un nouveau plan stratégique comportant des objectifs clairs pour lutter contre la perte de biodiversité d'ici à 2020.

Lire : Nagoya : le premier pas pour la sauvegarde de la biodiversité

Les gouvernements ont notamment convenu d'augmenter la superficie des terres protégées et des parcs nationaux à 17% de la surface terrestre de la Terre, contre près de 12,5% aujourd'hui, et d'étendre les zones marines protégées à 10% de la surface maritime de la planète, contre moins de 1% actuellement. Un autre défi du plan adopté prévoit de sauver d'ici à 2020 toutes les espèces connues et menacées à l'heure actuelle d'un risque d'extinction.

La réunion a aussi convenu d'étudier les ressources mobilisables pour aider les pays en développement à atteindre les nouveaux objectifs prévus dans le plan, en se basant sur une méthodologie qui lie les soutiens offerts aux besoins et lacunes identifiés.

Autres décisions comprises dans l'accord de Nagoya, la mise en oeuvre d'une " approche de précaution " dans l'exploitation de zones riches en biodiversité dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et le développement des biocarburants de synthèse.

" La réunion de deux semaines, en s'appuyant sur les dix mois écoulés de cette Année internationale de la biodiversité, a aussi débouché sur un changement radical dans la perception et la compréhension globale de l'importance de la biodiversité, des forêts, des sources d'eau douce et d'autres écosystèmes, en terme de revenus, pour l'économie mondiale et les économies nationales, en particulier, pour le PIB des pays les plus pauvres ", a souligné le Directeur du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et administrateur de la Convention sur diversité biologique, Achim Steiner.

" C'est peut-être l'ultime épreuve de vérité, mettre sur un pied d'égalité le capital naturel et le capital humain et financier. L'histoire peut nous montrer que ce sera cela le véritable succès et l'héritage de la réunion de Nagoya ", a-t-il ajouté.

Selon lui, " Nagoya a en effet permis d'établir de nouvelles normes sur lesquelles les nations du monde seront jugés par leurs citoyens ". " Cette fois ces objectifs doivent être une source d'inspiration et de changement fondamental pour aller réellement vers un développement durable et une économie verte pour tous, pas seulement pour quelques uns " a-t-il conclu.

La secrétaire d'Etat de l'Ecologie Chantal Jouanno, qui était présente à Nagoya, nous éclaire sur cet accord qualifié d'historique dans une interview pour RFI. (voir vidéo ci-dessus)

Mathilde Emery

voir les sources de l'infos

www.unep.org

www.rfi.fr


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte