Magazine Poésie

Reptile : poème Fatigue de l'horloge

Par Illusionperdu @IllusionPerdu

Infini d'un mouvement

Chaque jour renouvelé

Des étoiles du passé

Une rivière s'écoule

Dans les gouttes rouges, jaunes

Des papillons vivants

Dans la lumière de la lune

Brille ton oeil, qui se referme,

Doucement, sur un ville

Qui disparaît, dans l'espoir d'un soir

Oublions les bruits

L'amour monte dans l'effort

Comme l'oiseau survole les montagnes

Regardant au loin, un soleil qui se dévoile en fines brumes

Animal des précipices

Nous sommes souvent

Un rayon d'un soleil couchant

Qui en admirent les ombres

Train qui roule

Passager incertain,

Préoccupé d'un horaire flottant,

Nous regardons,

Un paysage qui jamais ne s'arrête.

Lumière d'un soleil

Qui souffle l'incertitude,

Demain, il s'arrêtera,

Jamais le train ne déraille


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Illusionperdu 3193 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines