Magazine Finances

Vers une nouvelle croissance ?

Publié le 09 novembre 2010 par Jblully

Vers une nouvelle croissance ?Des incertitudes pèsent encore sur la reprise en cours – les difficultés persistantes de l’économie des Etats-Unis, la première du monde, le montrent d’ailleurs suffisamment. Ce constat fait, il existe pourtant un réel sujet de satisfaction : la croissance « verte » est enfin au rendez-vous. Les signes se multiplient. Comme un symbole, l’industrie automobile, qui s’adresse à tous les publics et où l’improvisation n’est pas de mise, a fait la preuve, au Salon de l’Automobile, qu’elle a engagé sa révolution technologique vers la voiture « propre ».

Les raisons de cette accélération sont bien connues. Notre mode de développement actuel n’est plus soutenable à l’ère de la mondialisation : les technologies du 20ème siècle condamneraient, à terme, la croissance des économies les plus avancées comme le rattrapage engagé par les plus dynamiques – à commencer par l’économie chinoise. De fait, les autorités chinoises ont commencé à se préoccuper de trouver les voies d’un développement soutenable.

Il reste à savoir comment nous allons vivre – sans doute dans la durée d’une seule génération – une révolution qui pourrait être non seulement technologique et économique, mais aussi sociale. La Chambre de commerce et d’industrie de Paris ne s’est d’ailleurs pas trompée sur l’ampleur des changements prévisibles, en avançant un vaste ensemble d’analyses et de propositions (lien vers le rapport Karpeles).

1 – Une croissance plus exigeante que la seule croissance « verte »

Les entreprises seront les premières concernées par les changements à venir :

- Il leur faudra mettre en place de nouveaux modes, plus économiques, de gestion de leurs ressources – en matières premières et en énergie, bien entendu, mais pas seulement. Parmi les voies prometteuses : une meilleure exploitation des nombreuses synergies qui sont souvent possibles entre les entreprises d’un même territoire.

La concertation devrait donc s’intensifier entre les acteurs locaux – entrepreneurs, bien sûr, mais aussi aménageurs, élus, chambres de commerce et d’industrie, associations, etc. Avec pour conséquence des modes de gouvernance territoriale variés, adaptés à chaque système productif. Les liens entre les entreprises et leur espace de production devraient donc se transformer sensiblement.

- Il en va de même de leurs relations avec les salariés. Les nouvelles conditions de la compétition économique laissent clairement prévoir un besoin croissant d’adaptabilité et de mobilité des salariés. Sans avancées réelles vers des dispositifs dits de « flexisécurité » qui puissent assurer, au-delà des fluctuations de l’emploi, une protection suffisante des personnes, les obstacles aux changements nécessaires risqueraient de se multiplier : excès de stress, maladies professionnelles, sous-emploi des catégories de salariés les moins intégrées – la liste n’est pas exhaustive. Ce constat laisse penser que les entreprises seront conduites, dans une mesure accrue, à intégrer leurs responsabilités sociales dans leur gestion quotidienne et leur stratégie, en France comme à l’international.

Elles ont donc toutes chances d’être confrontées, dans un proche avenir, à des évolutions profondes, et sans doute à des modes de gestion plus complexes. Très au-delà de la seule prise en compte, dans leur production, de quelques critères environnementaux simples, il s’agit bien d’inventer de nouvelles manières de travailler, de nouvelles relations au territoire et à la société. En bref : une nouvelle croissance.

(A SUIVRE)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jblully 186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte