Magazine Internet

HADOPI : les poids lourds sont pas contents

Publié le 09 novembre 2010 par Olivier Laurelli
HADOPI : les poids lourds sont pas contents

Propagande

Il est bien loin temps où Christine Albanel, alors ministre de la Culture et Franck Riester, rapporteur du projet de loi se targuaient d’un magnifique accord populaire où dans un large consensus, industriels, fournisseurs d’accès, associations d’utilisateurs du Net et ayants-droit signaient les yeux fermés les accords de l’Elysée qui ont engendré HADOPI.

Les moyens de sécurisation que la HADOPI doit labelliser sont la cible d’une nouvelle attaque, et pas des moindres. La mastodonte du Net, Yahoo, Microsoft et Google, par le biais de la CCIA (Computer and Communications Industry Association) s’inquiètent de voir une autorité administrative dicter ce que le marché de la sécurité tenait bien en main jusque là. Selon Numerama, cet appel serait renforcé par le fait que la HADOPI a le pouvoir d’obliger les concepteurs de logiciels à se plier à ces spécifications « même au delà de la lutte contre le piratage« . La CCIA semble également craindre que la HADOPI ne vienne entraver l’apparition d’autres solutions technologiques.

L’argumentaire de la CCIA tient en trois points :

Le premier concerne la pressante obligation faite aux particuliers d’installer un dispositif qui ne répond pas forcément à ses besoins. Même si l’utilisateur est libre de l’installer ou de ne pas l’installer, s’il veut prouver sa bonne foi, l’installation de cette solution pourrait lui valoir les faveurs devant le tribunal. La CCIA pointe du doigt le sentiment que certains utilisateurs pourraient avoir en se sentant « présumés coupables » à moins qu’il n’acceptent d’installer ce dispositif. La CCIA rappelle le risque non négligeable d’ « encourager des comportements indésirables par des gouvernements répressifs« .

Le second argument, un peu plus discutable à mon sens car il glisse vers le procès d’intention, stigmatise un comportement du logiciel dont je n’ose croire qu’il finisse par être validé : celui de la liste de blocage. Je disais « discutable » car cette « fonctionnalité » est tout simplement inacceptable, nous avons déjà pu constater qu’un gouvernement, même démocratique, devant une telle tentation, ne sait résister à rayer du Net quelques sites qui n’ont rien à voir avec la mission initiale qu’il souhaitait confier à un tel outil. La liste de blocage consisterait en une liste transmise par la haute autorité aux éditeurs de ces solutions, elle serait tenue secrète (enfin jusqu’au moment où elle fuitera ou sera récupérée par un petit malin qui aura sniffé sa connexion ou décompilé son client)… Dans cette perspective, j’espère que la HADOPI ne commettra pas la bourde de spécifier un tel outil, ni même AUCUN mécanisme opaque visant à altérer l’accès à certains contenus sans que l’utilisateur n’en soit informé en toute transparence..

Dernier argument auquel j’adhère pleinement : le projet stigmatise des protocoles, particulièrement le P2P et la technologie de Bittorent qui sert à acheminer également des contenus légaux et qui représente une providence pour de nombreux créateurs qui souhaitent se faire connaitre et qui n’ont pas forcément les moyens de s’offrir un hébergement et de la bande passante. Faut-il encore rappeler qu’HADOPI est en train de profondément modifier la topologie du réseau et les usages (j’entends par usage le fait que les utilisateurs migrent vers des solutions centralisées, s’éloignant encopre un peu plus du modèle acentré et neutre sur lequel l’Internet repose.

Le message de la CCIA est assez clair pour être pris au sérieux et surtout, il démontre, une fois de plus, qu’HADOPI est un texte bâclé, ni fait ni à faire, pour lequel les professionnels n’ont pas été consultés, ou pas écoutés. Les signataires du large consensus des accords de l’Elysée, comme Xavier Niel l’avait d’ailleurs souligné, la méthode Olivennes n’était qu’une mascarade convenue.

Cet épisode est bien là pour nous rappeler que les labs d’HADOPI auront bien du mal à nous faire oublier les carences des parlementaires qui inconscients, ont muselé l’opposition pendant les débats contre tout bon sens. En muselant toute opposition, le gouvernement a réussi a créer une situation bien embarrassante pour lui même, brandissant des sondages bidonnés qui indiquaient que l’HADOPI étaient plébiscitée par les Français, sans parler des pétitions bidons signées par des enfants et même des personnages de science fiction.

Comment une loi si populaire peut-elle rencontrer autant d’obstacles pour son application ? Peut-être parce qu’à force de demander des enquêtes bidons, les commanditaires finissent par y croire… bêtise ou naïveté ? Toujours est-il qu’il est temps que le législateur se réveille et comprenne enfin qu’on ne peut passer en force sur Internet comme on le fait pour d’autres choses. Internet est un écosystème complexe, vivant, auto suffisant, et auto régulé, basé sur les concepts d’ouverture et de neutralité.

Les politiques qui se félicitaient du fait que les français n’aient pas de mémoire vont devoir s’y faire… le Net en a une, lui, de mémoire, et les mensonges des défenseurs de ce texte de loi remonteront, uns par uns, ils seront à chaque fois bien plus destructeurs que n’importe quel déni de service sur le site de la HADOPI.

On adapte pas le Net à une politique, on adapte sa politique au Net…

Possibly Related Posts:

  • Le député Ayrault demande des comptes à la HADOPI
  • HADOPI : j’adore l’odeur des octets au petit matin
  • La super méga Haute Autorité Indépendante de l’Internet civilisé
  • Contourner HADOPI pour les nuls (partie 19) : le Dead Drop
  • La carte à 25 patates par an… jeunes les patates


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Laurelli 9300 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine