Magazine

Un triste mais nécessaire anniversaire

Publié le 09 novembre 2010 par Mpbernet

Ainsi que le déclarait Max Gallo : " Le général de Gaulle semble être au Panthéon de l’unanimité nationale ".

Marianne_Jacques_Faizant

C'est chouette, le temps, cela arrondit bien des angles.

Pourtant, Dieu sait combien de haines le Général a suscité tout au long de sa vie exemplaire ! Il faut avoir été, comme moi, élevée dans la ferveur du 18 juin 1940, pour se souvenir des positions outrancières que prirent ses opposants, des pensées dictatoriales qu'on lui pretait, celle du "Coup d'Etat permanent" en particulier de la part d'un François Mitterrand qui gouverna sans aucun remord selon les institutions qu'il avait données à la France.

__Londres
Cette émouvante vignette signée Jacques Faizant, qui servit d'éditorial au Figaro du 11 novembre 1970, résumait bien la tristesse qui étreignait une grande part des Français, mais pas le 9 novembre...le lendemain seulement. Car si le Grand Charles a effectivement quitté brusquement ce monde, d'un seul coup, au soir du 9 novembre, la nouvelle ne nous en est parvenue que le lendemain matin.

Etrange. Je me souviens très précisément des couleurs et des circonstances dans lesquelles je l'ai apprise, et je me revois revivre le film de l'instant où la nouvelle m'a assaillie, en même temps qu'une immense tristesse. Je travaillais alors rue La Boëtie, et je venais de passer la porte des bureaux de la BRED. Il devait être 8 heures du matin car nous devions très tôt être disponibles à la clientèle de PME de la banque. Je me souviens de la couleur de la moquette, du placage d'acajou du meuble d'accueil....Comme si c'était hier. Et j'ai éclaté en sanglots....Pourtant, le Général s'était retiré depuis longtemps à Colombey...Il ne jouait plus aucun rôle dans la politique de tous les jours, depuis que les électeurs l'avaient une fois de plus renvoyé.

Mais il avait déjà, et depuis 1952, lui-même tout prévu de la manière dont  il entendait que soient célébrées ses funérailles. Les obsèques nationales, le catafalque, le cortège funèbre et les femmes en voile noir...Non, surtout pas. Une étroite tombe blanche où reposait sa fille Anne, dans le petit cimetière entourant l'église de Colombey, à quelques mètres de la Boisserie, avec la famille, quelques militaires....et c'est tout. Et c'est pour respecter ce voeu que la famille n'a pas communiqué immédiatement au moment du décès, mais seulement au matin du 10, quand tout fut organisé, sans les officiels....

discours
Mes parents avaient beaucoup d'estime pour Charles De Gaulle. Ils l'avaient servi à Alger. Ils avaient souhaité son retour aux affaires en 1958, approuvé la fin des combats en Algérie, voté OUI à tous les référendums....regretté son départ en 1969 tout en le comprenant.

Moi, je me souvenais des extraordinaires Conférences de Presse, suivies à la télévision, des voyages dans toute la France, des visites de chefs d'Etat africains après la décolonisation ...Je me souviens en particulier d'une image fugace : côte à côte à l'Opéra, l'abbé Fulbert Youlou (Président du Congo Brazzaville) , toute petite silhouette en soutane blanche, auprès de l'immense général...Tellement surréaliste...

Aujourd'hui, tout le monde a "récupéré" le Général. Avec le recul, chacun mesure ce que cet homme d'exception a apporté à l'honneur d'un pays vaincu, à la stabilité d'une nation sans cesse divisée et pétrie de rancunes, à l'histoire d'un peuple qui ne le méritait sans doute pas.

Même le fait que ses écrits soient inscrits pour étude au programme de l'Education Nationale a fait débat !

Pauvre France .....


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte