Magazine Culture

Le droit à l’oisiveté

Publié le 09 novembre 2010 par Tnlavie


Un peu de philosophie en cette époque bassement matérialiste n’est pas coutume. Allons y gaiement et sans retenue !

Jéhovah, le dieu barbu et rébarbatif, donna à ses adorateurs le suprême exemple de la paresse idéale; après six jours de travail, il se reposa pour l’éternité.

«Ô Mélibée, un Dieu nous a donné cette oisiveté», Virgile, « Bucoliques ».

 Habere otium faciendi  : avoir le temps de faire …

Le droit à l’oisiveté

A Rome, et dans tout l’Empire, les citoyens romains consacraient beaucoup de leur temps à pratiquer l’otium, que l’on peut traduire par oisiveté, loisirs, détente, paix et vie privée. Pour les romains les loisirs sont déjà pluriels (théâtre, courses de char, combats de gladiateurs, thermes, nourriture comprise comme un moment de détente et non une simple alimentation).

Le Christ, dans son discours sur la montagne, prêcha la paresse: «Contemplez la croissance des lis des champs, ils ne travaillent ni ne filent, et cependant, je vous le dis, Salomon, dans toute sa gloire, n’a pas été plus brillamment vêtu »

Deuxième moitié du XVIIIième siècle, on attribue à Gotthold Ephraim Lessing, écrivain dramaturge allemand, la citation « Paressons en toute chose, sauf en aimant et en buvant, sauf en paressant. »

On trouve alors rapidement en 1880,  le pamphlet  de Paul Lafargue : « Droit à la paresse ». La bible, enfin si l’on peut dire, et dont deux extraits à une époque où la journée de travail était de douze heures et les enfants embauchés dès le plus jeune âge, permet de résumer la pensée :

« Travaillez, travaillez, prolétaires, pour agrandir la fortune sociale et vos misères individuelles, travaillez, travaillez, pour que, devenant plus pauvres, vous ayez plus de raisons de travailler et d’être misérables. Telle est la loi inexorable de la production capitaliste. Parce que, prêtant l’oreille aux fallacieuses paroles des économistes, les prolétaires se sont livrés corps et âme au vice du travail, ils précipitent la société tout entière dans ces crises industrielles de surproduction qui convulsent l’organisme social. Alors, parce qu’il y a pléthore de marchandises et pénurie d’acheteurs, les ateliers se ferment et la faim cingle les populations ouvrières de son fouet aux mille lanières. Les prolétaires, abrutis par le dogme du travail, ne comprenant pas que le sur-travail qu’ils se sont infligé pendant le temps de prétendue prospérité est la cause de leur misère présente, au lieu de courir au grenier à blé et de crier: «Nous avons faim et nous voulons manger ! … Vrai, nous n’avons pas un rouge liard, mais tout gueux que nous sommes, c’est nous cependant qui avons moissonné le blé et vendangé le raisin...
 

On fait à nouveau un petit saut dans le futur, et on tombe sur Bertrand Russell qui symboliquement publie pour la première fois en 1932 dans Review of Reviews, un essai aussi court, que sa flemme est grande à traiter le sujet.

D’après lui : l’ homme observe un culte non raisonnable du travail qui l’amène à travailler toujours plus ! Je cite d’après Wikipédia :

« La production industrielle est aujourd’hui suffisante pour assurer, avec un minimum de travail, les besoins de tous les êtres humains. La rationalisation de la production en temps de guerre a démontré qu’un petit nombre de personnes peut produire le nécessaire pour toute une population. A plus forte raison, si ce travail est partagé par toute la population, il s’ensuit qu’un individu n’a pas besoin de travailler beaucoup pour produire les ressources indispensables à la vie, et même le superflu. »

« Sans une somme considérable de loisir à sa disposition, un homme n’a pas accès à la plupart des meilleures choses de la vie ».

Le droit à l’oisiveté

Russell affirme en conséquence que quatre heures de travail par jour suffiraient à faire vivre toute la population dans un confort suffisant, tandis que le reste du temps serait consacré au loisir, à l’oisiveté. Nous sommes en 1932, en pleine crise économique qui allait déboucher vers le fascisme et la deuxième guerre mondiale, pour redistribuer les cartes de la surproduction industrielle.

Qu’en est t’ il aujourd’hui en 2010, quelles en sont les observations dans le microcosme de la biologie médicale ?

Jamais au cours de son existence l’humanité n’a disposé de tels moyens techniques. Depuis Lafargue, Russel pour qui le progrès était un métier à tisser, un appareil de levage pour remplir et vider les cargaisons de bateaux dans les docks, l’apparition de la voiture, l’évolution du progrès prend l’allure d’une asymptote, tellement le rythme s’est accéléré dans le temps, informatique, transport, robotisation, applications de la physique nucléaire…

La journée de travail a t’ elle évoluée dans le même sens, certes il y a eu la semaine de 40 heures, puis de 35 heures, les congés payés, créant une société de loisir. Mais si cette dernière, a permis de dégager du temps libre, toutes les classes sociales n’ont pu en profiter, dès lors que l’indexation des salaires basées de par les conventions salariales, automatiquement sur l’inflation,  a été supprimée et qu’il s’en est suivi, un période de modération salariale qui a considérablement affaibli le pouvoir d’achat.

La société des loisirs a certes existé, créant un débouché à toutes les marchandises ainsi crées, mais la régression sociale à laquelle nous assistons actuellement, tend à revenir dessus, comme un facteur de crise aggravante, sur le plan économique.

L’évolution de ces dernières décennies, crée un activisme, une pression sur les salariés, d’autant plus importantes, qu’ils sont cadres supérieurs et de haut niveau, les suicides dans la téléphonie et dans les bureaux d’études de l’industrie automobiles sont là pour en témoigner.

La dépression salariale, le syndrome du burne out sont dans leur importance qualitative et quantitative, des symptômes nouveaux d’une société qui ne place plus l’humain au premier plan, mais lui substitue, la plus value produite par la vente de marchandise et tous les produits titrisés sur les actions, qui ne sont que des spéculations sur la valeur à produire l’année en cours et qui   deviennent chiffons de papier quand une crise économique survient.

La biologie par définition a bénéficié des apports techniques les plus considérables puisque  elle a associé les progrès en biochimie, biologie moléculaire, robotique, informatique, et intelligence artificielle (système expert). Au sens de la production capitaliste, à laquelle la biologie bien sûr ne se résume pas, mais dont veut faire intégrer le moule producteur, c’est le schéma idéal de la productivité. Production en flux tendus  sans stock, délais rapides, traitement informatique de la saisie de commandes, des fournitures, connexions avec les automates, avec les médecins,  les organismes sociaux pour le paiement qui dans la grande majorité des cas se fait en quinze jours.   Risque d’impayés quasi nul (moins de 1 %) pour les laboratoires bien gérés. Et ajoutons cerise sur le gâteau, milieu très peu syndicalisé.

Ce qui hier était fait manuellement, puis transcrit avec une machine à écrire (années 70) est produit entièrement automatiquement ou semi automatiquement « microbiologie » dans 95 % des cas.

Posons la question : qu’à t’ on fait de ces gains de productivité gigantesques ?  En a t’ on profité pour alléger la charge de travail des biologistes,  en leur créant des horaires décents qui ne les amènerait à travailler paisiblement, et profiter eux aussi de la société des loisirs et de la culture ?

Qu’est devenu le temps libre dans tout cela ? Les loisirs, le plaisir de vivre tout simplement, de lire des revues professionnelles, d’avoir des activités. Les techniciens sont boostés au maximum de leur rentabilité, il se susurre qu’au delà d’un certain volume de B, valeur seuil, ils risquent de  craquer.

Des chiffres sont donnés ! Les jeunes biologistes sont recrutés au moins disant.

Les biologistes constamment harcelés par de nouvelles mesures administratives, qui vont jusqu’à la mise en place l’hiver dernier, d’un plan  pour faire face dans leur structure à une d’endémie H1N1, qui n’a existé que dans les plans  des laboratoires pharmaceutiques, avec la complicité hypocrite de soit disant experts de l’OMS, sont débordés par la charge de travail et se demandent, pour tous ceux qui n’avaient pas anticipé la 15189, comment ils vont pouvoir  faire accréditer la moitié de leur plateau technique avant 2013.

« Creusez creusez un trésor est dedans » Le laboureur et ses enfants. Mais ce travail socialement nécessaire à une époque où les laboureurs louaient leur services, est devenu aliénant à une époque où les forces productives de l’humanité permettraient de s’en libérer, pour se consacrer  soit à des des tâches plus nobles, soit aux loisirs.

Quelle est la réalité actuelle du marché de l’emploi dans le secteur privé ?

1° Biologiste cadre salarie

Rappelons l’accord des cadres annexe IV de la convention des Labm extra hospitaliers :

« Les cadres dirigeants sont ceux auxquels sont confiées des responsabilités dont l’importance implique une grande indépendance dans l’organisation de leur emploi du temps, qui sont habilités à prendre des décisions de façon largement autonome et qui perçoivent une rémunération se situant dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération pratiqués dans le laboratoire. Ces cadres ne sont pas soumis à la réglementation sur la durée du travail et sont exclus du présent accord » ;

Pas question des 35 heures, même si dans le passé, à l’époque du manque de biologistes, certains confrères ont pu obtenir ce statut, mais souvent empreint de « non dit, non écrit » et qui peuvent être redressés si la situation l’exige. Le texte est simplement modéré par le statut cadre de la loi générale :

« Pour les cadres, l’employeur pourra aussi demander à chaque cadres de renoncer à des jours de repos et de travailler jusqu’à 235 jours par an (au lieu de 218 auparavant) ». 

 2° Biologiste Travailleur Non Salarié

 Je ne développe pas, tout a été dit : le statut TNS ultra minoritaire qui tend à devenir la règle car revenant moins cher, en raison de charges sociales allégées, n’a que des inconvénients quand on n’est pas propriétaire de façon significative de son affaire. Notant simplement qu’il n’y a plus la limitation précitée à 235 jours et que dans la pratique, ils ne dépendent pas de l’inspection du travail.

Témoignages vécus confiés à ce cher Billy, les jeunes confrères  racontent tous leurs malheurs en confession :

Le droit à l’oisiveté
-   « j’en ai marre, je dirige un site et je fais 70 heures par semaine, je ne suis que rarement remplacé, parce que il y a souvent un événement extérieur type maladie, retard pris sur l’accréditation ».

-   « Grosse lassitude, c’est à moi de maintenir la paix sociale, alors que le personnel a vu supprimer une partie des ses acquis au moment de la fusion pour uniformiser les statuts ».

-   « Si j’avais su, j’aurais fait médecin généraliste » et sa variante « si j’avais su, j’aurais fait industrie ou préparé le pharmacopat ».

-   « Je me suis fait viré au bout de 6 mois, j’avais pas le niveau m’a t’ont dit, normal on m’a débarqué là directement après ma thèse, et sans aucune expérience … »

Constatons, qu’en ce qui concerne l’après ordonnance de la réforme Ballereau, que le droit à l’oisiveté s’est complètement dégradé. Le plus écoeurant est probablement qu’y est associé un discours moralisateur : « il faut faire vos preuves, on a commencé comme cela nous aussi, cela s’est pas fait tout seul, et parfois le terrible : les jeunes ne pensent plus qu’aux loisirs », avec le chantage induit immédiatement « si vous voulez qu’un jour on vous vende des parts, il faudra l’oublier un peu votre contrat de travail ! ».

Mais alors, c’est quoi pour un jeune, un biologiste confirmé, un sénior, l’oisiveté-paresse ?

Définissons le :

D’abord, c’est le droit à un congé récupérateur décent, qui va permettre d’oublier transitoirement les difficultés actuelles de la vie professionnelle : pression des patients, des médecins, des services et de sa hiérarchie en remarquant au passage, que la nomenclature définissant les droits du Directeur adjoint, nouveau biologiste cor-responsable, sont très souvent bafoués par une personne n’ayant pas les diplômes acquis et qui au fil des ans « co-dirige » le laboratoire ou partie. Il s’agit souvent du conjoint, mais aussi de responsabilités confiées, lors d’un moment d’intimité.

C’est ce congé d’oxygénation qui permet de ne pas aboyer au bout d’un moment et de régénérer sa force de travail ou plutôt son potentiel d’écoute et de patience et d’abaisser le niveau où on explose.

C’est le droit d’avoir du temps pour se former : ne croyons pas qu’un cadre biologiste va suffisement se former d’un stage annuel dans le cadre des Diff. L’idéal serai de prendre le temps dans le cadre du temps travaillé, mais ne rêvons pas, nous ne sommes pas dans l’enseignement avec des syndicats très présents. Les biologistes qui partent en formation parlent d’un réel plaisir, plus de pression, de responsabilités stressantes pendant ce temps entièrement dédié à l’étude. On se retrouve entre confrères, ou techniciens, on blague, la vraie vie quoi.

C’est le droit de s’occuper de sa famille, et d’éviter de transformer les enfants en futurs petits monstres.

C’est le droit d’avoir un jardin secret, des hobbies un violon d’Ingres, c’est le droit aux travaux manuels, au  footing, au sport, c’est le droit aux voyages, pour ouvrir ses horizon intellectuels.

C’est le droit de participer à la vie associative, locale, syndicale, politique et pour certains d’assumer un certain prosélytisme, droit qui est de plus en plus uniquement assuré par la population retraitée.

Le droit à l’oisiveté

C’est aussi le droit de ne strictement rien faire, qui n’a pas rêvé en cours d’année de ce moment où allongé sur un transat, regardant les montagnes enneigés  rêvassant à la vie qu’on aurait si ….

C’est le droit d’inventer de nouveaux horizons

C’est tout simplement la vie !

Terminons en guise de conclusion tout simplement en citant, une strophe de la si belle chanson de Georges Moustaki intitulée : le droit à la paresse

«Il rêvait d’une vie que l’on prend par la taille
Sans avoir à la gagner comme une bataille
Nous disait que la terre était pleine de fruits
Et de pain et d’amour et que c’était gratuit
Je voudrais rendre grâce à ce maître en sagesse
Qui ne demandait que le droit à la paresse ».

On en est à la fois si loin et pourtant potentiellement si proche de cette civilisation où les hommes se libéreront de leurs propres chaînes et s’appuyant sur les épaules des générations précédentes, fonderont pour l’humanité, les bases d’ un avenir en établissant un juste équilibre entre le travail socialement nécessaire pour  libérer les hommes, des besoins naturels et fondamentaux, et l’oisiveté-paresse à définir comme une nouvelle entité et non pas le diamétralement opposé, du travail aliénant. Et n’ayons pas peur de faire un rêve, celui d’une société ou travail valorisant et loisir, boulot et violon d’Ingres fusionneront dans une même entité. Qui les différenciera alors ? Même si cela peut paraître du domaine de l’utopie, tel doit être l’objectif me semble t’ il des générations de jeunes biologistes à venir car sans les rêves, on ne vit pas mes ami(e)s.

Billy Rubin


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tnlavie 379 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte