Magazine

Etat chronique de poésie 1052

Publié le 09 novembre 2010 par Xavierlaine081

1052 

J’ai écrit à l’encre rouge sur les nuées opaques 

Ton nom de code barré d’un soupir d’aise 

Nous savions la rencontre improbable 

Tant la prudence nous imposait de marcher 

A l’ombre où se dessinait nos rêves fous 

Je t’ai attendue et tu es venue 

Descendue d’une lune blafarde 

Entre deux rais de lumière étoilées 

Telle une goutte de rosée 

Perlant au front des brumes matinales 

Tes doigts accrochent à ma boutonnière 

Une décoration d’avenir

Un zeste d’espérance 

Un mouchoir dans ma poche 

Pour éponger mon front luisant 

D’émotions trop longtemps retenues 

Ce que nous avons à construire à nom de ville et d’eau 

Sertie de jardins où cacher nos ultimes misères 

Un bassin de soupirs 

En maintient la verdure 

Et l’automne ne vient à bout de nos feuillages 

Nos mains cueillent les fruits 

Nous avions tant attendu 

Rêvé 

Rêvé 

Nous marchons solitaires 

Notre pas décidé 

Porte les germes de nos lendemains 

Nous ne savons quoi dire 

Quelle parole proclamer 

Qui nous rende à notre humanité primitive 

Long songe qui nous traverse 

Comme le temps 

Nous savons simplement 

Ce dont nous ne voulons plus 

C’est raison suffisante 

A tous nos débordements 

Nous sommes la tempête 

Et le sable 

Nulle digue pour arrêter notre vent 

Il a le parfum de notre dignité retrouvée 

Manosque, 18 octobre 2010 

©CopyrightDepot.co 000455677

sceau1.gif


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xavierlaine081 5039 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog