Magazine

Ne tirez plus sur Colomb

Publié le 11 novembre 2010 par Anh2

Une dépêche  tombe aux Quat'Sardines : le 11 novembre jour de la Saint Martin (jour non chômé pour une sardine) serait lié à l'histoire de l'île de la  Martinique découverte par le grand navigateur Christophe Colomb. N'ayant pas accès aux minutes du bord, voulant bien croire aux poétiques déclinaisons de l'Histoire, voici quelques versions de l'appellation Martinique:

"Des versions contradictoires attribuent la paternité du nom à Christophe Colomb, au cours de son deuxième voyage, en 1493. Celui-ci aurait aperçu - de loin seulement - l'île le 11 novembre 1493, jour de la Saint-Martin : de ce fait, il lui aurait donné le nom de Martinica, ou Martinina (Petite Martine). Il n'y débarqua finalement que neuf ans plus tard."
http://charlescatorc.unblog.fr/2007/08/06/3/
Lorsque Christophe Colomb débarqua en Martinique, le 15 juin 1502 (lors de son quatrième voyage), il fit la connaissance des Caraïbes puisque les Arawaks avaient déjà disparu depuis le XIIIe siècle. Les Amérindiens auraient appelé l’île Madinina, ce qui signifie «l'île aux fleurs». Colomb aurait baptisé l’île du nom de Martinique en l’honneur de son patron, saint Martin. Redoutant les terribles Caraïbes pour leur anthropophagie, Colomb quitta l’île et, par la suite, les Espagnols ne s’intéressèrent plus à la Martinique.
http://cristobal-colon.net/lieux/n_w/Antilles.htm
Le nom que ses découvreurs européens ont donné à la Martinique serait une déformation phonétique de son nom indien : Matinino, que l'on traduit approximativement par «l'île aux fleurs». Une version plus vraisemblable vient de ce que Christophe Colomb avait déjà
donné à une autre île le nom du saint du jour, Saint Martin (fêté le 11 novembre). Il aurait en conséquence appelé cette nouvelle découverte «petite Saint Martin», soit, en espagnol Martin nino, nom qui figure sur des cartes espagnoles ou hollandaises du XVIIe siècle, puis fut francisé en Martinique.
http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=16350915

20

Une certitude, il y a quatre-vingt douze ans était signé l'Armistice d'une terrible guerre mondiale mettant fin à d'assourdissantes canonnades. Chaque année la ville de Concarneau rappelle à sa façon le martèlement belliqueux en accueillant la foire Saint Martin et ses manèges tonitruants. De hautes décibels sous les bourrasques de novembre qui inciteraient à traverser l'océan et mouiller sa caravelle à l'abri des îles sous le vent.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anh2 7530 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte