Magazine Autres sports

Littérature (nov 2010)

Publié le 08 novembre 2010 par Altim58

LA CARTE ET LE TERRITOIRE (Michel Houellebecq)

lacarteteleterritoire


Prix Goncourt 2010
Quand on lit Houellebecq, on y va à reculons, presque méfiant,  curieux de savoir s'il va franchir certaines limites
Auteur adulé, critiqué, accusé de plagiat, il n'en reste pas moins symptomatique d'une époque toute dédiée aux médias, à la dévalorisation de la culture.
Ici, qu'en est -il ?
Presque poétique, le livre s'articule autour de deux personnages, un photographe reconnu pour des clichés artistiques de cartes Michelin et Michel Houellebecq lui-même, écrivain, exilé en Irlande, en accord avec une certaine vision du monde, suscitant un questionnement permanent autour de l'utilité de l'art face à l'industrialisation (le consumérisme galopant de ce XXI° Siècle).
Dans ce livre on y croise Jean-Pierre Pernaud et surtout Frédéric Beigbegger, et on y suit une enquête policière.
On est un peu surpris par la retenue exprimée, que l'on peut, à tort ou à raison, suspecter de cibler une forme d'elligibilité pour le Goncourt maintes fois promis. Mais quoiqu'il en soit, on le lit sans déplaisir, se prenant parfois en flagrant délit d'accord avec l'auteur.
Pour mieux comprendre l'auteur, on peut se référer à  un article de Frédéric Beigbegger.

.

DES ECLAIRS (Jean Echenoz)

jean-echenoz-des-eclairs

De Jean Echenoz, je ne rate rien  depuis le Meridien de Greenwich.
Difficile de décrire son style. On de lui qu'il écrit des romans géographiques, mais surtout des récits purement romanesques, ironiques, documentés, souvent légers.
Ce dernier ouvrage termine une trilogie sur des destins atypiques commencée avec RAVEL et  COURIR (sur Emil Zatopek).

Ici, il aborde la destinée de Nikola Tesla, un ingénieur serbe né en 1856, parti aux USA et considéré comme l'inventeur du courant alternatif, mais dont la renommée dans le milieu scientifique n'a pas été celle escomptée à cause des brevets déposés par Thomas Edison à la même époque.


Il raconte la destin de ce scientifique imaginatif qui va connaître bien des vicissitudes et peu à peu terminer sa vie, seul, isolé, ruiné. Il est à la fois visionnaire, mythomane, a plusieurs idées à la seconde, les plus farfelues. Mais le style de Jean Echenoz est inimitable et nous fait approcher de très près cette folie de l'invention avec beaucoup de jubilation. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Altim58 145 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines