Magazine Société

Gilles Leclerc :  » A l’Elysée, personne n’imaginait le départ de Borloo »

Publié le 16 novembre 2010 par Delits

L’Elysée s’attendait-il au départ de Jean-Louis Borloo, la gauche peut-elle retrouver des couleurs ? Pour Délits d’Opinion, Gilles Leclerc, journaliste politique et Président de la chaine Public Sénat, a accepté de revenir sur les dessous du remaniement.

Délits d’Opinion : lorsque Nicolas Sarkozy décide de garder François Fillon, répond-il d’abord aux attentes de l’opinion ?

Gilles Leclerc : La question de l’opinion n’est qu’un aspect des choses. Le fait de garder François Fillon répond d’abord à une pression des parlementaires, et à un choix du candidat Sarkozy qui préfère tenir ses éventuels concurrents au sein de son équipe plutôt que dehors…Mais le Président n’avait pas imaginé une seule seconde que J-Louis Borloo allait sortir du gouvernement.

Délits d’Opinion : quelles sont les conséquences de la sortie surprise de Jean-Louis Borloo ?

Gilles Leclerc :  » A l’Elysée, personne n’imaginait le départ de Borloo »
Gilles Leclerc : D’abord, il faut savoir que l’Elysée a tout fait pour le retenir. Ils ont tout proposé. Jean-Louis Borloo a tout refusé. Nicolas Sarkozy se retrouve donc aujourd’hui avec un problème Borloo, qui recouvre une liberté de parole à l’extérieur du gouvernement. Le Président n’est plus le seul à droite. Avec Bayrou et Villepin, les choses étaient déjà compliquées. Borloo en liberté ne fait que compliquer les choses pour le Président. Une situation d’autant plus problématique que Sarkozy a une obsession : son résultat du premier tour. A moins de 25%, il compromet très sérieusement ses chances d’être élu au second tour.

Délits d’Opinion : Comment peut fonctionner le trio Sarkozy à l’Elysée, François Fillon à Matignon et Jean-François Copé à l’UMP ?

Gilles Leclerc : Les choses vont s’équilibrer. Fillon va gouverner. Sarkozy va s’occuper de l’international et de sa campagne, et Copé va essayer d’exister en préparant 2012, tout en bétonnant l’UMP pour 2017. En réalité, la pression repose surtout sur Sarkozy. S’il gagne, il leur sera redevable de quelque chose, proposant peut-être à J-F Copé Matignon. Et si Sarkozy perd, Fillon et Copé viseront 2017, avec à la clé une bagarre probable entre les deux hommes.

Délits d’Opinion : Face à un gouvernement que l’on dit en ordre de bataille pour 2017, quelle peut-être la stratégie de la gauche ?

Gilles Leclerc : Malgré les erreurs de Nicolas Sarkozy, malgré le mécontentement, notamment contre la réforme des retraites, la gauche ne parvient pas à capitaliser. Sarkozy est au plus mal, mais parvient quand même à réaliser 49% contre Martine Aubry. On commence par ailleurs à voir des divergences poindre à gauche lorsque des questions de fond sont abordées.

Mais la gauche a bien-sûr de bonnes raisons d’espérer. Ses leaders peuvent aussi penser que le temps travaille pour eux et que Sarkozy perd la main. En tout état de cause, cette séquence compliquée du remaniement doit faire réfléchir Dominique Strauss-Kahn, s’il n’a pas encore pris sa décision.

 Propos recueillis par Matthieu Chaigne


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Borloo a la banane !

    Borloo banane

    Jean-Louis Borloo, notre probablement futur fou-fou du Roi, est un facétieux aux multiples facettes. S’il n’avait pas été ministre, Val aurait pu l’employer à... Lire la suite

    Par  Ruminances
    CARICATURES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • En attendant Borloo…

    attendant Borloo…

    La pièce qu’écrit actuellement Nicolas Sarkozy présente au moins un point commun avec celle de Samuel Beckett : comme Godot, on ne sait toujours pas si Borloo v... Lire la suite

    Par  Arnaudgossement
    ENVIRONNEMENT, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le Nom des gens, de Michel Leclerc

    gens, Michel Leclerc

    Difficile de ne pas se casser les dents lorsque l’on s’attaque à des questions aussi complexes et épineuses que la politique, l’identité ou encore le... Lire la suite

    Par  Vivons_curieux
    CULTURE, SOCIÉTÉ
  • Après Leclerc, Auchan lance sa « prime énergie »

    Après Leclerc, Auchan lance prime énergie

    La grande distribution s’interesse de très près à la tendance des économies d’énergie. Trois mois après Leclerc, Auchan lance à son tour une « prime énergie »... Lire la suite

    Par  Lenergiedavancer
    ENVIRONNEMENT, SOCIÉTÉ
  • Jean-Louis Borloo, agrégateur de loosers

    Jean-Louis Borloo, agrégateur loosers

    Borloo voit double. Un pied à l’UMP l’autre au Parti Radical, l’ex-futur Premier ministre excelle dans un numéro d’équilibriste destiné à servir les intérêts... Lire la suite

    Par  Hmoreigne
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La fin des maisons Borloo ?

    maisons Borloo

    Murs fissurés, conduits de cheminée qui fuient, volets qui ne ferment pas, gouttières non raccordées au réseau, installation électrique non-conforme… non il ne... Lire la suite

    Par  Accessionsociale
    SOCIÉTÉ
  • Monopole des pharmacies : Leclerc repart à l’attaque !

    Monopole pharmacies Leclerc repart l’attaque

    C’est reparti pour un tour ! Deux ans après son premier assaut, Michel-Edouard Leclerc revient à la charge en lançant une nouvelle campagne publicitaire... Lire la suite

    Par  Tnlavie
    ENTREPRISE, SANTÉ, SCIENCE & VIE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Delits 5050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine