Magazine France

racisme, antisémitisme, anti-sionisme, xénophobie et tutti quanti : Faut pas tout mélanger !

Publié le 16 novembre 2010 par Gédécé @lesechogaucho

 racisme, antisémitisme, anti-sionisme, xénophobie et tutti quanti : Faut pas tout mélanger !Variante specifique du racisme et de la xénophobie, l’anti-sionisme est à la mode en ce moment… La noirceur de la toile dans ce qu’elle a de plus détestable ressurgit  sur les blogs, les twitts, et même dans nos journaux… Pays de merde !

 Normal, c’est la crise… Climat propice à la recherche de boucs émissaires faciles… d’autant plus que les puissants de ce monde en général et nos dirigeants français en particulier (qui devraient pourtant davantage donner l’exemple… que Mr Hortefeux, ministre de l’immigration par inadvertance, choix symbolique de la considération que l’on fait des droits de l’homme dans notre pays),  ne se privent pas pour stigmatiser tour à tour les Roms, les arabes, les juifs (ah non pas eux), les gauchistes… (ah non ça c’est les socialos qui s’en chargent) au point que certains se voient aussitôt autorisés à en profiter, le signal étant donné d’en haut, pour insulter et mépriser… les noirs. Les excuses faciles de Guerlain n’y changeront rien, le mal est fait.

 Aussi, dans ce climat délétère, Nicolas Bedos a eu le malheur de nous donner à voir un sketch (d’ailleurs pas très intéressant de mon point de vue) à l’humour effectivement limite qui a donné lieu à polémique ici et là…

 D’illustres beaux esprits ont cru déceler derrière le discours de »l’humoriste » un anti-sionisme larvé, dissimulé derrière les outrances du jeune homme emporté par ses accès langagiers toutefois particulièrement maîtrisés (j’admire. Ça et seulement ça). Ce qui lui a valu la saisine du CSA par le BNCVA… Une nouvelle affaire Desproges ? Je ne me prononcerai pas. S’il voulait faire parler de lui alors qu’on ne le connaissais pas, C’est réussi. Précisons cependant qu’il a décidé peu après d’en remettre une couche…dans laquelle il répond à sa façon à ses détracteurs. Et qu’Elisabeth Lévy, qui m’insupporte pourtant d’ordinaire, s’est montrée là plus intelligente que je ne le pensais. Malgré son positionnement politique qui m’insupporte.

 Sur ce même thème circule actuellement depuis plusieurs mois sur le net et même dans la rue (horreur !) un appel au boycott des produits israéliens , et si possible des territoires occupés au plus grand mépris de la législation internationale, ce qui a valu aux auteurs de la campagne internationale BDS (voir ici) et à ses militants des poursuites pour «provocation publique à la discrimination». Dont Stéphane Hessel, rien que cela… Mon héros. C’est absurde , comme le démontre cet article de Rue89.  Le gouvernement continue donc de criminaliser la résistance, même passive, et la désobéissance, même justifiée, et cela quand elle ne touche pas notre pays. Quelle belle leçon d’action désintéressée…

 Mon avis sur la question est cependant plus nuancé, pour une fois. Sur le sujet, on ne peut être que divisés… (même moi, à l’intérieur). Je vous invite donc à lire le billet utile d’un collègue, Le nouvel Hermès, sur ce sujet, qui nous rappelle à davantage de bon sens, bien que je ne sois pas d’accord sur tout, comme je l’exprime très pacifiquement en commentaires. J’aime les endroits où l’on peut s’exprimer sans être aussitôt pris pour un con, ou jeté aux oubliettes des commentaires censurés parce que  l’on a le malheur de ne pas être d’accord avec le taulier…

 Je ne suis pas la brute qu’on croit : j’aime le dialogue. Et le débat. Sauf quand on m’insulte. Ou qu’on se fout de ma gueule plutôt que de donner simplement son avis. CQFD.

 En savoir plus sur le(s) sujet(s) pour se faire sa propre idée :

 Le Monde

 Le PS qui dit non

 Rue89 (à propos d’Hessel)

l’ami de Plume de presse, Olivier Bonnet (in éternam respectum)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 133672 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte