Magazine

Unstoppable vous fera préférer le train

Publié le 16 novembre 2010 par Antoine Dubuquoy
Le pitch est classique, le scénario doit tenir sur un post-it: c'est un train fou chargé de produits chimiques. Un cheminot et son acolyte jouent aux héros pour éviter une catastrophe. Simple, le truc qui ne fait pas mal aux hémisphères cérébraux. Un zeste d'épaisseur psychologique quand même; le héros ne communique plus avec ses filles, l'acolyte est en pleine crise de couple.
A part ça, Tony Scott a un sens inné de l'image et du rythme. Unstoppable est filmé avec virtuosité. Une virtuosité qui va rendre passionnant un pur moment d'entertainment ferroviaire. Pas un flingue en vue, plutôt un retour aux fondamentaux du film catastrophe des années 70, la belle image et le montage clip en plus.
Ce qui différencie Tony Scott de Roland Emmerich, c'est de se focaliser uniquement sur le cheminement vers la catastrophe. Elle peut arriver, et les héros vont tout faire pour l'éviter. Chez Emmerich, elle la cata est inéluctable, elle arrive, le héros est en mode survie, mais son mode de vie sera définitivement modifié.
Unstoppable est une friandise agréable et digeste!
Enjoy!
Envoyé de mon iPhone

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoine Dubuquoy 2861 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte