Magazine

Badr Chaker es-Sayyâb/La maison s’est vidée

Publié le 10 janvier 2008 par Angèle Paoli
« Poésie d'un jour
(Pour faire défiler les poésies jour après jour,
cliquer sur les flèches de navigation)


LA MAISON S’EST VIDÉE

La maison s’est vidée, la lumière du soir
se glisse vers le lit de l’absence
où a pris fin l’écheveau des routes
par la grâce de deux enfants
  dont le soleil du crépuscule
éteint, à leurs cheveux, sa rutilance.
Et si viennent à se fermer sous l’heure ombreuse de midi
leurs paupières hospitalières au sommeil
voici qu’ils cherchent refuge
  en un récit fait d’un prince
enlevé par quelque génie puis porté en maison de cuivre
et d’une princesse aux fenêtres
laissant vers lui glisser sa natte
afin que vers elle il grimpe.
La maison s’est vidée, mais non d’une rumeur de plainte
qui monte comme nostalgie, de quel rivage ?

Badr Chaker es-Sayyâb* in Philippe Jaccottet, Un calme feu, Fata Morgana, 2007, p. 81.


* Badr Chaker es-Sayyâb (Irak), fin du poème « La maison s’est vidée », in Les poèmes de Djaykoûr, Fata Morgana, 2000 (traduction de Salah Stétié et Khadhim Jihad).


Retour au répertoire de janvier 2008
Retour à l' index des auteurs

» Retour Incipit du blog

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 39970 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte