Magazine Info Locale

BD : Thierry robin voit à nouveau rouge

Publié le 16 novembre 2010 par Bordeaux7
BD : Thierry robin voit à nouveau rougeThierry Robin, dessinateur du premier volume de «La mort de Staline» était à Bordeaux samedi pour présenter l’ouvrage paru le mois dernier. Interview express avec un passionné du sujet. Pas mal d’albums évoquent le communisme ces derniers temps, d’où est venue l’envie d’aborder les derniers instants du dirigeant soviétique ?
J’accumule depuis dix ans des documents sur le dictateur, le monde communiste et Khrouchtchev pour me distraire le week-end ! Il y a quelques années, je me suis mis en tête de réaliser la biographie de Staline mais c’était trop colossal alors j’ai abandonné. De son côté, Fabien Nury (le scénariste) avait déposé un diptyque chez Dargaud uniquement sur son décès. J’ai trouvé le scénario, qui se concentre en trois jours, fabuleux, et grâce à un ami commun on s’est embarqué dans l’aventure. Je trouve que par rapport à mon idée, la sienne de décrire l’entourage de Staline s’avère plus forte. Le lecteur possède ainsi une vision très large des rouages du système soviétique.
Certaines scènes comme l’autopsie dans le garage de Joseph Staline ou le concerto sont-elles inventées ?
Beaucoup le croient. Mais les événements les plus aberrants de l’Histoire sont les plus véridiques ! On a retrouvé l’épisode du concert dans des mémoires. (ndlr : Staline demande la copie du disque d’un concert qui n’a pas été enregistré. Les musiciens sont donc obligés de le réinterpréter mais la pianiste refuse car Staline a envoyé sa famille au goulag).
Que présager pour la suite ?
Dans ce tome, à l’angle à la fois documentaire et grotesque, on décrit l’agonie du «camarade», dans le second, qui s’annonce plus compliqué, on va basculer dans l’après-mort : de la répétition de l’enterrement aux coulisses de la guerre de succession jusqu’au fils du défunt qui crie encore à l’assassinat ! Et puis, on se promènera dans toute l’URSS où Staline est pleuré par l’ensemble du peuple. J’ai moi-même un oncle stalinien qui n’a jamais reconnu le totalitarisme !
Propos recueillis par CC
«La mort de Staline, Tome 1 : Une histoire vraie... soviétique», 60 pages, Dargaud, 13,50€. à

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine