Magazine Poésie

Pub

Par Balder

P1040484Tes arbres s'animent lorsque sous les fenêtres il cesse de pleuvoir. Jane accueille en son verre, le temps ruisseau. Et sous les vestiges de la nuit quelques danseuses créoles des cercles polaires s'harnachent goulûment d'un hermétisme difficile à transcrire pour la main à l'affût, attendant ses symboles dans le charbon du tableau noir. Reprend matelot une dernière bière et pousse la mousse sur la bordure du grand lac où Le saumon et les huîtres dans le même panier avancent vers la naissance d'un nouveau soleil. Même le samedi il reste des mouvements incoercibles pour une muleta. La fougue est là, dans le berceau en feu de la bête il faut plonger. A en croire ce matin les odeurs du courrier, les bric et les broc ne sont pas en reste. Une parcelle d'humain, une vitrine à l'étage, un trottoir, un comptoir, un calepin, un sous bock en sous main et l'inconnu s'affiche sourire exigu. De l'aube à la fermeture de la grande galerie citadine, il restera des chapeaux dans les plis de la ville, des murailles cadenassés par les vieilles peurs inhérentes au solfège des nations emportées par les armes. Meurtrière et meurtrissures des vanités propices aux exactions en tout genre. Stigmates méticuleux, sous les ciels enragés ils n'ont pas mis de gomme pour enrayer les crayons dans leurs esquisses destructrices. Peu à peu les propensions iréniques sont réapparues telles des évidences. Une fois la matrice évidée de ses marasmes, tous se sont assis autour d'un monde à faire renaître. Nous sommes encore ici... avant la fin des temps. La ville est jonchée de statues sur les bancs, dans les yeux des égouts, sur les tronches muettes des immeubles à carreaux. Des statues aux ailes enfermés par des catogans outre mer, mobilisant la foule sur les intervalles des trottoirs. Eléments dessalés, l'heure est advenue une chose immobile, qui si on la regarde, au fond n'existe plus. Brouillon du port, versatilité des échanges entre le mortel et l'irréel, tous se côtoient  et s'observent, pupilles de bronze et rétine de granit, clignant leurs paupières d'éternités sous les assauts fournis des percepteurs d'images de la ville. Fini ton verre matelot, le fond est encore loin des pontons du navire.

Balder


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Balder 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines