Magazine

L’Ame du chasseur

Publié le 23 novembre 2010 par Iti1801

L'âme du chasseur, Deon MEYER Après l’Algérie l’année dernière, grâce au défi littérature policière sur les 5 continents, cette fois cap à l’extrême-sud du continent africain avec la découverte de Deon MEYER, auteur connu de best-sellers (comme on dit en bon français) mais que, pour ma part, je découvre.

L’histoire est assez simple : celle d’un homme rattrapé par son passé d’ancien tueur à gages. L’écriture aussi. C’est la première fois que j’ai l’impression de « voir » un polar comme on regarde un film. Car on se croirait véritablement dans un film avec cette écriture nerveuse et abreuvée de rapports en tout genre des différents services qui ne laisse aucune minute de répit. Et c’est bien ce qui m’a gêné un peu au début… Ai-je été trop abreuvé de Conan Doyle et d’Agatha Christie dans ma jeunesse ? Suis-je trop « classique » dans mes lectures ? Allez savoir. Toujours est-il que j’ai bien failli ne pas poursuivre…

Mais, comme l’histoire se passe en Afrique du Sud, pendant la période qui suit juste la fin de l’apartheid, j’ai été pris par le virus de l’Histoire (aussi bien la grande que la petite) qui m’est si cher. Car, ce livre – même s’il reste une fiction – permet de se rendre un peu mieux compte des bouleversements qu’a occasionnés l’élection de Nelson MANDELA. Bien entendu, les anciens services secrets se livrent une guerre farouche pour avoir le pouvoir dans le nouveau régime. Bien entendu une jeune femme « caucasienne », comme disent nos amis d’outre atlantique, a du mal à s’imposer dans ce nouveau monde toujours masculin. Mais surtout un ancien bras armé révolutionnaire se retrouve du jour au lendemain sans activité, sans aucune reconnaissance officielle. Lui qui a servi au péril de sa vie la cause du pays. Lui dont on s’est servi… (à commencer par son propre oncle). Lui dont on se sert une dernière fois ?

L’autre intérêt – intérêt principal même – du roman réside dans la découverte d’un pays largement méconnu avec ses nombreuses ethnies, et surtout la description de ces paysages sauvages ou, du moins, encore suffisamment épargnés par la main de l’homme. Parce que la sempiternelle lutte de pouvoir entre les différents services ça fait tellement hollywoodien que ça en devient bien vite lassant… Heureusement, reste aussi le héros, P’tit, si attachant malgré son passé trouble, parce qu’en quête d’une rédemption qu’il ne connaitra pas, à croire que le destin s’acharne contre lui. D’ailleurs, j’ai bien envie de laisser une seconde chance à Deon MEYER et lire la première aventure de P’tit (oui, je n’arrive toujours pas à commencer une série par le bon bout…).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Iti1801 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte