Magazine Politique

Sarkozy dérape sur l’étron Karachi

Publié le 23 novembre 2010 par François Collette

sarko-2.1290489665.jpg

« Amis pédophiles, à demain »… 

Ce n’est pas à des membres du clergé que s’adressait le Président de la République française, mais à des journalistes français qui assistaient à un de ses points de presse en marge du dernier somment de l’OTAN à Lisbonne. Une mini conférence qu’il avait convoquée pour lire et commenter un communiqué rédigé par son fidèle Guéant à propos des rumeurs « malveillantes » qui circulent autour de l’affaire ‘Karachi’.

Le Président, excédé par les rumeurs qui le touchent directement (et auxquelles Villepin n’est pas étranger), à « pèté un plomb », lit-on et entend-t-on ci et là sur la toile et dans les médias… non français. Faut-il s’en étonner ? On sait que Nicolas Sarkozy est un personnage aux nerfs à fleur de peau qui n’a pas peur de la violence des mots et qu’il a parfois des comportements de vilain garnement mal élevé. Le show qu’il a présenté à Lisbonne le confirme une fois de plus. Une griffure supplémentaire dans l’image peu amène qu’il donne de lui.

Sarkozy n’aime pas les journalistes – ‘la presse raconte n’importe quoi’ - car la plupart d’entre eux n’entrent pas dans son jeu. Ici il a fait fort en gerbant sa hargne sur ces infâmes péquenots qui osent l’apostropher sur un sujet calamiteux. La cause de l’ire présidentielle tient dans la réplique d’un outrecuidant qui osa lui rappeler que son nom figurait dans des documents montrant qu’il avait donné son aval à la création d’une société-écran luxembourgeoise pour recevoir les fameuses ‘rétro-commissions’.

Je ne voudrais pas prendre la défense de Nicolas Sarkozy car l’injure est bien là, mais il faut tout de même replacer sa violente diatribe dans le contexte de plus en plus populiste et délétère de la rumeur médiatique. Dans l’esprit du président qui se dit victime, il s’agissait de dénoncer ceux qui accusent sans preuve. Le naturel sarkozyen a pris le dessus sur la diplomatie qui sied à sa fonction.

Ce nouveau Sarko Show restera sans image et sans son car la presse française a préféré écraser. Vous l’aurez remarqué, la « grande » presse hexagonale est restée très discrète sur l’incident. Le message sous forme de coup de sang du locataire de l’Elysée a fait mouche.


Photo AFP empruntée au journal Le Soir


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


François Collette 246 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines