Magazine Société

Rétropédalages

Publié le 23 novembre 2010 par Charlesf

Le rétropédalage (ou rétro-planning) est

  • Une technique qui consiste à construire un échéancier à rebours depuis une date prévue correspondant à l’aboutissement d’un événement programmé.
  • Ce peut être aussi un moyen de freiner dans la perspective d’éviter un accident dommageable dont on ne se relèverait pas.
  • Ou encore une façon élégante de renoncer à ses croyances ou convictions. Si l’on en a. Le cas échéant, un double rétropédalage s’impose et dans ce cas, on ne renonce à rien, vraiment.

Plus couramment, l’actualité en fait la démonstration, il s’agit d’administrer la preuve de ses facultés d’adaptation dans la pure tradition d’un populisme bien compris et d’une témérité mesurée. Le rétropédalage présume une lutte contre soi-même difficilement supportable. Mais, à part une réputation d'instabilité, qu’est-ce que les adeptes du rétropédalage y auront finalement gagné ? …

Duane_Michals copier.jpg

Exemples :
  1. Jean-Luc Mélanchon, chantre du «bruit, de la fureur, du tumulte et du fracas», n’hésite pas à se commettre avec Voici, revue-du-peuple (1) ou revue-pour-le-peuple-puisqu’il-en-raffole et se refreine presqu’aussitôt en apercevant dans son rétroviseur (très utile pour rétropédaler) le PC qui lui signale ne pas vouloir viser un Front populiste mais un Front populaire. (2)
    JLM, ne tenant pas à se faire de nouvelles inimitiés, et appréciant du coup la remarque doucereuse «avec gratitude», se justifiera en proclamant humblement : «je suis du peuple». Au moins aura-t-il tenté par là, de passer pour plus populaire que populiste sans pourtant faire illusion sur sa capacité à enrayer le système ultralibéral que l’on dénonce bien au-delà du Front de Gauche.
  2. Benoît XVI qui avait cru bon de prendre position contre le préservatif au point de le mettre à l’index sans aucune précaution, (1) revient sur sa bévue (2) pour en commettre une autre à propos de son prédécesseur Pie XII.
    Le saint père peut donc très bien prendre sa vessie pour une lanterne, rétropédaler et finir par dérailler. Le Vatican veille.
  3. Tenté par Venise aussi bien que par Montréal, Alain Juppé, ayant trouvé l’atmosphère détestable à Bordeaux et à Paris, et l’ayant proclamé à plusieurs reprises avec courage et virulence, apparemment pour que ça se sache (1),  a finit par se raviser.
    Toujours aussi «droit dans ses bottes» et quitte à se faire une entorse, la meilleure cheville ouvrière des emplois fictifs à la mairie de Paris s’offre un petit retour (2), juste quelques mois, parmi ses amis délinquants de l’UMP via le ministère de la défense. Les bordelais devraient apprécier.
  4. Partant du principe qu’une cible mouvante n’est atteinte que par hasard, Dominique de Villepin, lui, a choisit de courir de clearstream à Karachi (1), tout empanaché de déclarations flamboyantes, puis de Karachi à clearstream (2) en ravalant cette fois un peu de sa superbe jusqu’en mai 2011, date à laquelle il saura si, oui ou non, il peut concourir pour la grande finale élyséenne.

La course aux rétropédalages est ouverte. Malgré les apparences, Jean-Luc Mélanchon, Benoit XVI, Alain Juppé, Dominique de Villepin ont au moins en commun de frôler la schizophrénie, comme tant d’autres avant eux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Charlesf 5251 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine