Magazine F1/moto

Alain Prost revient sur la disparition du GP de France

Publié le 23 novembre 2010 par Toutsab @toutf1com

 

 
Alain Prost revient sur la disparition du GP de France

Alain Prost continue de se battre pour le retour du GP de France au calendrier mais il ne se bat pas seulement contre Bernie Ecclestone, pour lui, le pouvoir public français est en cause !
La France n’organise plus de course de F1 depuis 2009. En effet, le circuit de Magny Cours ne plaisait plus à Ecclestone et aucun n’arrangement financier n’a pu être trouvé entre la Fédération Française du Sport Automobile, promoteur de l’épreuve et Bernie Ecclestone pour continuer à organiser le GP à Nevers. Des propositions ont été apportées mais en vain.
Durant une ITV sur RMC, Prost a déclaré que le problème était avant tout économique. «Le premier projet à Disneyland Paris a soulevé beaucoup de critiques à cause du bruit des moteurs et pour Flins avec les écolos, alors que toutes les qualités nécessaires pour accueillir un GP étaient exceptionnellement réunies. L'idée a été abandonnée à cause des élections régionales et des complications écologiques. Aujourd'hui, la question est strictement économique, le prix d'une place sur le calendrier de la F1 c’est 15 millions par an » a déclaré Prost. « En France, quel que soit le circuit, les recettes des billets rapporteraient 60 000 euros, étant donné que les recettes publicitaires sont verrouillées. La perte serait d'environ huit millions d'euros pour tout organisateur. Les politiciens seuls pourraient décider d’organiser un GP en France et le groupe Lagardère et moi étions dans la file d'attente, mais le projet économique doit être viable... Qui peut mettre jusqu'à 8 millions? Si les hommes politiques ou le gouvernement ne dit pas «C’ est important pour la France d'avoir un Grand Prix, alors ce n'est pas peine d'en parler. Un sponsor ce n’est pas nécessaire, si on prend le cas de Disney…»
Le quadruple champion du monde de F1 a admis être frustré de ne pas avoir un GP dans son pays. “Rien ne doit être enterré. Il y avait de belles occasions. Il y avait un vrai programme pour l'utilisation du circuit, avec un avantage économique et social. Il y aurait eu 100.000 personnes supplémentaires, près de Paris. Tout le monde était enthousiaste, en particulier Bernie Ecclestone. Mais le projet fut abandonné quand tout fut prêt et financés. C’est frustrant. »
La question est simple “ Voulons-nous un Grand Prix de France? Aujourd'hui, il n'ya pas de pilote français en F1, Renault ne s’appellera bientôt plus Renault ... c'est un peu compliqué et c’est une question financière. »


Sabrina Beaudoin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Toutsab 4688 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines