Magazine

Hôpital de jour de psychiatrie. Chronique , suite.

Publié le 23 novembre 2010 par Jmesnil5
Madame Lejeune a encore frappé (on sait qu'elle ne s'appelle pas madame Lejeune mais que je lui ai donné ce surnom qui lui va si bien, en hommage à Gombrowitz).
Personne bien pensante qui croit à l'alimentation équilibrée et au supplément d 'âme.
Prête à envoyer tout ceux qui ne vivent pas comme elle (boulo, famille, budget et o r g a n i s a t i o n)en HP.
Confusion sans cesse répétée de l'adaptation et de la santé mentale.
Pourquoi s'acharner contre  une faible d'esprit? Parce que cette faiblesse d'esprit a des effets catastrophiques sur la vie de certains patients.
Madame Lejeune a ses têtes de turcs. Des patients d'un niveau intellectuel généralement supérieur au sien et dont elle dit, l'air embêté: "j'ai du mal à être soignante avec lui". Que ne renonce-t-elle pas!
On n'est pas dans une dictature.
Non.
Mais les Madame Lejeune sont les plus zélées, pour vous y précipiter avec douceur mais fermeté. Avec  de la bonne volonté et  le désir forcené de bien faire.Le noble sentiment du devoir accomplis si elles réussissent.
J'évoque en réunion toutes sortes de gens que je connais et qui eux non plus ne se lèvent pas à 7 heures pétante tous les matins et n'ont pas envie d'aller faire le guignol chez les fonctionnaires. (je ne le dis pas exactement comme ça, j'aurais peut-être du).
Madame Lejeune  finaude et un peu énervée à la fois suggère:
"Ils ont peut être besoin de soin ces gens là".
Bah voyons!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jmesnil5 46 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte