Magazine France

La douleur des victimes

Publié le 23 novembre 2010 par Malesherbes

Ce que l’on désigne sous le nom de l’affaire Karachi s’articule autour de trois moments principaux :

- Le 21 septembre 1994, un contrat a été signé entre la Société française de matériel d’armement et le Pakistan. Il prévoyait que des commissions seraient versées à des intermédiaires.

- Fin 1996, à la demande de Jacques Chirac qui suspecte la rétrocession par ces intermédiaires d’une part de ces commissions à des Français, Charles Millon, ministre de la Défense, met fin à leur règlement.

- Le 8 mai 2002, quatorze personnes, dont onze Français de la Direction des constructions navales, sont tuées dans un attentat à Karachi. On évoque l’hypothèse d’un attentat terroriste mais aussi celle d'une action de représailles menée par le gouvernement pakistanais suite à la suppression des commissions dues.

Etant donné la difficulté pour les autorités françaises de mener une enquête criminelle à l’étranger, surtout dans un Etat éventuellement impliqué dans cet attentat, on conçoit qu’il soit très ardu de déterminer si l’attentat a été perpétré en représailles du non-paiement des commissions. Mais une enquête judiciaire peut établir si, comme un certain nombre d’indices le laissent supposer, il y a eu des rétro-commissions.

Notre Président de la République, toujours très compassionnel, s’est engagé à laisser la justice faire son travail et le secrétaire général de la Présidence de la République a publié le 20 novembre un communiqué dans lequel on peut lire : « Aucun obstacle n'a été opposé à la manifestation de la vérité dans cette affaire : l'enquête judiciaire a débuté dès le jour de l'attentat et les procédures suivent depuis normalement leur cours ». Fort bien. Malheureusement :

- le secret-défense a été invoqué pour s’opposer à des demandes du juge d’instruction

- Jean-Louis Debré n’a pas accepté de transmettre au juge le délibéré du Conseil Constitutionnel ayant conclu à l’approbation des comptes de campagne d’Edouard Balladur

- Bernard Accoyer a de même refusé de lui transmettre les auditions des personnes reçues par la mission parlementaire

- François Fillon s’est opposé à une perquisition dans les locaux de la DGSE.

Que notre guide injustement attaqué laisse enfin toute liberté à la Justice. Au lieu de la contraindre à demander la permission pour récupérer tel ou tel document dont elle peut suspecter l’existence et qui, comme l’expérience l’a parfois démontré, lui sera fourni tronqué, quel inconvénient y a-t-il à la laisser opérer elle-même, dans le cadre de perquisitions, découvrant éventuellement des éléments dont elle n’avait pas même l’idée ? Quand un quidam a plaisanté après un propos malheureux de Madame Dati, a-t-on hésité une seconde, pour une affaire aussi cruciale, à perquisitionner chez lui et emporter son ordinateur ?

Assez de ces hypocrites protestations de bonne volonté ! Plutôt que de lever des arguties juridiques à chaque détour de la procédure, laissons la probité candide de Nicolas Sarkozy jaillir, et la vérité éclater. Sinon, on sera tenté d’assumer que c’est sa manifestation qui est redoutée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Malesherbes 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte