Magazine Politique

ATTENTAT DE KARACHI : QUOI DE NEUF SOUS LA MER ?, par HIMALOVE

Publié le 25 novembre 2010 par Lalouve

Un point de vue intéressant sur l'affaire de Karachi...

----------------------------------------------------------------------

"A l’heure où le rapport "Nautilus", écrit par un barbouze qui n’a jamais mis les pieds au Pakistan, est confirmé par la justice française, je republie la critique du bouquin de Fabrice ARFI et Fabrice LHOMME, "Le Contrat ; Karachi, l’affaire que Sarkozy voudrait oublier", aux éditions Stock, mai 2010, 361 pages, 20 euros 50.

« Ce contrat Agosta est vraiment une ânerie, une ineptie, et ce de tous les points de vue. Il ne sert à rien aux Pakistanais, qui ne pourront pas s’opposer à l’Inde avec trois pauvres sous-marins. Pour Cherbourg pareil, c’est peanuts. Par ailleurs, cela coûte beaucoup d’argent à l’État français, puisque le contrat est largement déficitaire. En fait, cela a servi côté pakistanais, à blanchir l’argent sale, l’argent de la drogue. Et côté français, à financer les politiques. » p. 317

Ainsi parle librement l’un des principaux adjoints du secrétaire général de la Défense nationale...

Pour ces révélations, les Dupond et Dupond de "Mediapart" ne risquent pas la mort, à coup de parapluie, à Cherbourg, ou finir lestés, dans le béton, au large de l’île Longue.

La thèse développée, dans leur ouvrage, ne s’écarte pas d’un iota de la version officielle (1) et correspond exactement au but recherché par l’alliance atlantique dont la France - en guerre en Afghanistan - fait, aujourd’hui, pleinement partie.

Le mobile du crime du 8 mai 2002, à Karachi, que tout le monde s’apprête à accepter, semble se dessiner ainsi :

Les 11 ouvriers de la DCN seraient morts à Karachi, le 8 mai 2002, parce que Jacques Chirac refusa, « avec raison », après son élection présidentielle, d’honorer d’infâmes dettes contractées par son rival politique, Édouard Balladur, lors de la très regrettable vente de trois sous-marins Agosta 90 B, au Pakistan, en septembre 1994.

Cependant pour arriver à ce point de vue « moral », partagé par le plus grand nombre, il faudra longtemps tordre le cou à la réalité et mutiler l’Histoire avec une grande hache...

UNE VÉRITÉ COUPÉE EN MORCEAUX

Dans leur livre « Le Contrat », Arfi et Lhomme décrivent, de manière très limitée, la scène de crime.

Nos reporters font complète confiance à un officier de sécurité du Consulat des États-Unis pour la première description des faits.

La plupart de leurs rapports sur le Pakistan sont de seconde main.

Lors de l’assassinat de Daniel Pearl, en 2002, Bernard Henri-Levy se déplaçait et avait fait œuvre d’imagination afin de saluer la mémoire du journaliste de "Wall Street"...

Là pour les prolétaires français, carbonisés dans un bus, tombés au champs des erreurs balladuriennes, rien !

Par même un documentaire fiction, abordant toutes les pistes, réalisé sur place par un journaliste.

On se contente de recracher les rapports de la police judiciaire, à distance, et de mépriser, en même temps, tout ce qui pourrait émaner des autorités indigènes.

Arfi et Lhomme sont incapables de citer cinq reporters locaux ou policiers pakistanais, dans un pays qui compte 170 millions d’habitants !

Leur référent politique s’appelle Robert Baer, un ancien de la CIA, qui disait récemment sur « France-Culture » : « Le Pakistan, dans deux ans, sera démantelé ! » (2)

Alors, pourquoi écouter les complotistes pakistanais ?

ATTENTAT DE KARACHI  : QUOI DE NEUF SOUS LA MER ?, par HIMALOVE
http://pakalert.wordpress.com/2009/12/14/obama-declares-war-on-pakistan/

Les victimes françaises quant à elles sont présentées, dans le récit d’Arfi et Lhomme, presque comme des imbéciles, incapables d’analyser l’actualité et leur environnement immédiat.

Page 29, les journalistes écrivent : " Les survivants de Karachi expliquent les uns après les autres que les conditions de sécurité n’avaient rien de drastique et qu’aucun événement inhabituel était à signaler. RAS."

Pourtant le Pakistan et l’Inde sont, en mai 2002, au bord d’un conflit nucléaire !

Plus d’un million de soldats mobilisés lors de l’opération Parkaram...

De part et d’autre des frontières, une hystérie collective gagne de nombreuses villes.

Depuis l’attaque du parlement indien, le 13 décembre 2001, les deux armées sont sur le pied de guerre et listent les objectifs potentiels.

R.A.S ! R.A.S !

La formule "rien de particulier" revient plusieurs fois, sous leur plume page 29.

Arfi et Lhomme gomment la montée du péril et le contexte de mai 2002 afin de suivre, pendant deux cent autres pages, la piste des rétro-commissions.

Le mépris et la manipulation du lecteur, sept après l’événement, sont total.

Pour faire accepter une thèse controversée, périphérique à l’affaire, les journalistes censurent la période historique où a lieu l’incident.

Or, les causes de l’attentat de Karachi pourraient, peut-être, très simples pour l’observateur de terrain.

Depuis les six explosions nucléaires pakistanaises (3), en mai 1998, au Balouchistan, et le 11-Septembre 2001, les ventes de sous-marins au Pakistan ne sont plus souhaitées par le département d’état américain qui a choisi de confier la protection des routes maritimes à l’Indian Navy, du détroit d’Ormuz à celui de Malacca (opération Sagittarius).

Les trois sous-marins furtifs, « Khalid », « Saad », « Hamza », destinés à protéger le terminal pétrolier, construit par les chinois (4), à Gwadar, pourraient éventuellement gêner le déploiement des flottes américaine et indienne, dans l’océan indien, en cas d’élargissement du conflit en Af-Pak.

En outre, la technologie apprise des mains des ingénieurs français pourrait accessoirement traverser les frontières vers l’Iran et aider les iraniens, dans leur course à la vectorisation de l’arme nucléaire.

La vente, la livraison de sous-marins Agosta 90B, décidés en 1994, vers la république islamique du Pakistan, qualifiée, aujourd’hui, de « fabrique du mal », sont à l’heure des opérations Enduring Freedom, Sagittarius et Parkaram parfaitement antagoniques à la stratégie de l’OTAN et celle du CENTCOM.

Dés décembre 2001, toute opération de sabotage, pour réduire l’armement pakistanais, est possible.

Ce constat est complètement occulté par Artif et Lhomme.

Et on les comprend : les journalistes risqueraient en plus de leur place, bien rémunérée, leur peau.

Ce risque ne toucherait pas un journaliste au chômage...

Aussi, poserai-je les questions directement sur le forum :

Les alliés américains, anglais, indiens voire israéliens ont-ils exercé des pressions sur les sociétés Thalès et Marcel-Dassault qui équipent, depuis des décennies, l’armée pakistanaise de leurs meilleurs produits ?

L’attentat sanglant du 8 mai 2002 a-t-il été le point d’orgue d’un chantage, exercé par une puissance étrangère, qui a abouti finalement à l’ouverture d’un marché beaucoup plus vaste sur l’Inde (5) ?

Question technique : comment la DCN a-t-elle pu livrer les sous-marins Agosta 90-B pendant les longues années d’embargo, décidée par les américains ?

Contrairement à ce qu’écrivent nos journalistes du "Contrat", la vérité sur l’attentat au Pakistan ne réside pas dans un coffre-fort et n’a pas besoin d’espions ou de voyous pour émerger mais de citoyens matures, capables de poser publiquement ces questions.

HIMALOVE

PS : A bien des égards le rapport de la commission de l’Assemblée nationale sur les circonstances de l’attentat de Karachi, entravée par l’actuel gouvernement (elle n’a pas eu accès au contrat d’armement) est de meilleure facture que le livre d’Arfi et Lhomme ; le rapport laisse ouverte la réflexion et considère les rétrocommissions versées ou non au clan Balladur comme quelque chose de périphérique à l’affaire.

1.Le fameux rapport « Nautilus », écrit par Claude Thévenet, un ancien agent de la DST, travaillant pour une société privée, a été commandé par la DCN, après l’attentat du 8 mai 2002 ; cette note, restée longtemps confidentielle, accuse nommément des intermédiaires saoudiens, Abdul Rahman el Assir, un amiral pakistanais limogé pour corruption, Mansurul Hacq, entre autres, d’être les commanditaires de l’attentat. Cette accusation, controversée, sert, aujourd’hui, de base aux enquêtes des magistrats français. A souligner : la plupart des marchands d’armes et intermédiaires cités ont été, à un moment ou un autre, des agents de la CIA... Les commissions aux militaires pakistanais, par ailleurs, ont été intégralement versées selon monsieur de Villepin.

2.Interview entendue sur « France Culture », à l’automne 2009.

3.Les 6 essais nucléaires pakistanais, dans les collines de Chagaï, font suite aux cinq essais indiens, qui ont eu lieu dès le 13 mai 1998, à Pokhram, dans le désert du Rajastan. Comparativement, selon les experts de la chose nucléaire, les essais pakistanais, en particulier ceux de la bombe H, ont été plus « réussis » que l’essai thermo-nucléaire indien...

4.Début mai 2004, des ingénieurs chinois et leurs collègues pakistanais sont victimes d’un attentat similaire à Gwadar, à celui du 8 mai 2002. Or à ce jour, aucun magistrat français n’a tenté d’en savoir plus...

5. L’Union indienne - qui n’est pas comme le Pakistan un acheteur historique d’armes françaises - commandait à Thalès six sous-marins de type Scorpène, fin 2002. Au moment où le rapport « Nautilus » était rendu public, en décembre 2008, le journal « Le Figaro », entre autres, annonçait la livraison de trois cent tonnes d’uranium enrichi à l’Union indienne et les commandes de plusieurs centrales nucléaires. Ce rapport officialisé, aujourd’hui, par la justice permet de clore définitivement les autres pistes."


De : himalove

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lalouve 152 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines