Magazine Politique

Karachi : tous les chemins mènent à Sarkozy ?

Publié le 30 novembre 2010 par Ncadene

Son implication étant de plus en plus suggéré, le président  de la république a fait diffuser vendredi un communiqué disant que l’affaire ne le «concernait en rien».

Pourtant à l’époque des faits, Nicolas Sarkozy était ministre du Budget -de 1993 à 1995- et porte-parole de la campagne Balladur, rival de Jacques Chirac en 1995. En tant que ministre, il aurait validé le plan de trésorerie de la vente de sous-marins au Pakistan en 1994, incluant le versement de commissions pour un total de 33 millions d’euros à plusieurs intermédiaires.

Par ailleurs, le rapport de la police luxembourgeoise daté de janvier 2010, révélé par le site Mediapart désigne Nicolas Sarkozy comme l’architecte du dispositif mis en place, avec la création au Luxembourg de deux sociétés, Heine et Eurolux, circuits de transit pour les rétrocommissions. «Une partie des fonds qui sont passés par le Luxembourg reviennent en France pour le financement de campagnes politiques françaises», affirment les policiers. De plus, son nom est revenu à plusieurs reprises lors des entretiens avec les juges.

Dernièrement, Roland Dumas, ancien président du Conseil constitutionnel, s’est prononcé, dans une interview publiée par le quotidien Le Monde, pour la publication des débats entre les neuf sages du Conseil concernant les comptes de campagne de 1995, ce que refuse l’actuel président de l’institution, Jean-Louis Debré.

À suivre donc.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ncadene 3555 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines