Magazine Médias

Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

Publié le 05 décembre 2010 par Bubblefrog

Le dernier épisode de l’année 2010 de Grey’s Anatomy « Adrift and at Peace » a été diffusé jeudi dernier sur ABC. Il est donc temps de faire un premier point sur cette septième saison forte en rebondissements.

Every cell in the human body regenerates on average every seven years. Like snakes, in our own way we shed our skin. Biologically we are brand new people. We may look the same, we probably do, the change isn’t visible at least in most of us, but we are all changed completely forever. – Meredith Grey

Après le final exceptionnel de la saison 6 « Sanctuary » et « Death and all his friends », il fallaît pouvoir rebondir de manière intelligente et touchante, ce qui a été chose faite de l’épisode 1 « With you I’m Born Again » à l’épisode 10 « Adrift and at Peace« .

Le sujet majeur de cette septième saison est la conséquence psychologique d’un tel événement sur un être humain, et les diverses façons d’y faire face. Où d’autres auraient rapidement abordé ce sujet dans le premier épisode et auraient immédiatement passé à autre chose, quitte à passer du coq à l’âne, Shonda Rhimes a préféré étudier le sujet en profondeur sur ses personnages du Seattle Grace.

Le personnage le plus touché psychologiquement est la brillante Cristina qui devient mi-zombie/mi-adolescente insouciante, soit tout le contraire de ce qu’elle est vraiment. Pour preuve, dans le premier épisode « With you I’m Born Again », elle se marie avec Owen Hunt, et ne fait que chercher la robe parfaite pour son mariage : une fuite de la réalité totale. Comme elle le dit si bien lorsqu’elle parle avec le psychologue « I think your either born simple or you’re not. I want to be the person who gets happy over finding the perfect dress. I want to be simple because no one holds a gun to the head of a simple girl » (Je pense que soit l’on naît simple, ou bien pas. Je veux être la personne qui devient heureuse simplement en trouvant la robe parfaite. Je veux être simple parce que personne ne met un flingue sur ta tempe lorsque tu es simple »).


Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

Mais cette situation donne l’occasion de sortir un peu des sentiers battus, puisque il y a plus de scènes tournées à l’extérieur de l’hôpital par rapport aux saisons précédentes et cela, grâce à Cristina : Le Centre commercial en plein milieu de la journée, avec Callie, le bar de Joe, où Cris se déchaîne et devient Barmaid (exceptionnel…), et la partie de pêche avec Derek (Paysage absolument superbe soit dit en passant). Donc, il s’agit bien du personnage le plus touché, mais qui, d’un autre côté nous amène les scènes les plus drôles et loufoques de cette saison.

Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

D’ailleurs, tout cela a brisé l’amitié entre Meredith et Cristina (de manière temporaire probablement), ce que je trouve bien. Car, c’est sûr depuis le début de la série, les deux amies étaient inséparables, cependant, grâce à cette dispute, Cristina a pu se rapprocher de Derek (c’est d’ailleurs lui qui va l’aider à s’en sortir, parce que comme disait Shonda Rhimes, c’est Cristina qui lui a sauvé la vie, et il se sent redevable envers elle). Je trouve qu’il y a une bonne alchimie entre les deux acteurs, ce que je n’aurai pas pensé. La scène sur le toit de l’appartement à Yang est d’ailleurs super sympa.

En parlant de Derek, lui aussi a été profondément touché par cette fusillade. Du coup, il joue un peu avec le destin et teste ses limites lors des premiers épisodes de la saison, notamment en roulant beaucoup trop vite et en se faisant arrêter par la police (bien choisi d’ailleurs, car Patrick Dempsey est un passionné des courses de voitures). Mais comme le dit si bien Derek :

Life is short. So now I think less and just do. (La vie est courte, alors maintenant je pense moins et je fais).

Tout cela nous amène un super changement, et cela dès le premier épisode : Derek décide de quitter son poste de chef de l’hôpital et de le rendre à Webber. OUIiiii enfin! Sincèrement, Shepherd en chef de l’hôpital la saison précédente, c’était rasoir, et le personnage me tapait entièrement sur le système. Quant à sa relation avec Meredith, je la trouve froide, je soupçonne Shonda de nous préparer quelque chose entre ces deux durant la deuxième partie de la saison. Parce que, personnellement, je n’ai pas trouvé qu’il avait réagit très fort lorsque Mer lui a annoncé qu’elle avait perdu leur bébé…

Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

Meredith supporte par contre assez bien tout cela je trouve. Malgré le choc de voir son mari blessé grièvement et d’avoir perdu son enfant, elle reste plus ou moins la même. D’ailleurs ce n’est pas étonnant puisque c’est elle qui aura le plus de peine à retrouver son droit de pratiquer, mais qu’elle retrouvera néanmoins! Du coup, le reste de la saison, et s’inquiète plus pour Cristina que pour elle-même, et juge Owen sur sa manière de réagir. Un sujet intéressant a été abordé avec Meredith mais de manière assez court : le fait qu’elle même pourrait avoir Alzheimer, j’espère que ce thème sera abordé plus tard dans la saison, car cela me paraît important. A suivre, mais personnellement, j’ai trouvé Meredith un peu inutile en ce début de saison..Il ne lui arrive rien de bien palpitant.

Karev est toujours Karev par contre. A faire le petit malin avec la balle qu’il  encore dans le corps (que Bailey devra enlever quasiment de force puisqu’il préfère la garder en souvenirs), a rejeter Lexie (qui lui a quand même sauvé la vie et qui était amoureuse de lui) ainsi que cette poire d’April, a deux doigts de perdre sa virginité avec lui.

Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

Mais Karev, c’est aussi un personnage très touchant, car malgré le fait qu’il ne montre pas ces peurs, l’air de rien, il ne prenait plus l’ascenseur, c’est Webber qui a remarqué son cirque et l’a aidé à faire face à cela. Et puis Karev, c’est celui qui est complètement fait pour la pédiatrie. L’épisode ou il trouve une solution pour aider un enfant, et où Dr Stark lui pique son idée. Sans oublier ses problèmes familiaux qui ont resurgi durant l’épisode 8 Something’s Gotta Give. Par contre, et c’est bien dommage, il ne parle plus d’Izzie. Evidemment, vu la situation c’est un peu délicat car il y a très peu de chance que Katherine Heigl revienne faire un tour au Seattle Grace, mais il serait temps de faire passer Karev à autre chose je pense. Et puis Lexie lui a lancé très justement :

You think that you are so badass because you lived. I am the reason that you lived, and while you were dying, you were crying out for the wife who left you. So that’s the opposite of badass, for whatever it’s worth.

(Tu penses que tu es un dur à cuire parce que tu as survécut. Je suis la raison pour laquelle tu es encore en vie, et pendant que tu mourrais, tu pleurais la femme qui t’a quitté. Donc c’est complétement l’opposé d’un dur à cuire, pour ce que ça vaut…)

Lexie a bien craqué en début de saison, et j’ai adoré parce que c’était tellement elle ainsi. Les réactions étaient justes et j’ai trouvé ça vraiment trop fort (probablement car il s’agit du personnage ou je me retrouve le plus dans la série). Le craquage en plein eséance alors que personne ne veut parler de ce qui s’est passé (Cristina qui préfère encore parler de Tacos), bref, la petite Lexie a été bien marquée et comme je l’ai mentionné plus haut, elle a même remis Karev à sa place.

Une rivalité s’est instaurée aussi entre April et Lexie, notamment parce que Meredith s’est confiée à April et non pas à sa demi soeur, et puis au niveau professionnel aussi car April est une grosse tête. Dans l’épisode 10 « Adrift and at peace », April, Jackson et Lexie se lancent dans une compétition et April se trouve être redoutable aux yeux de Lexie…

Après s’être séparé durant la sixième saison, Sloan et Little Grey remettent le couvert durant l’épisode « Adrift and At Peace » après s’être cherché durant 9 épisodes (c’était bien mignon d’ailleurs), mais en fait, tout compte fait, après avoir voulu qu’ils se remettent ensemble, je me suis mise à rêver d’une relation Lexie-Jackson. Ce dernier lui courrait d’ailleurs un peu après… alors à voir ce que cela va donner.

Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

Bailey cartonne toujours autant cette saison et gère malgré la fusillade. Ironie du sort, la patiente qui avait vécut la fusillade avec elle, décède cette saison après une opération… Cela va bien marquer notre tyran. Et puis dès le dernier épisode, Bailey retrouve gentiment l’amour en se faisant draguer par le beau Eli… Alors à suivre.

Callie/Arizona : Après nous avoir cassé les pieds en début de saison avec les deux personnages (trop méga Marshmallow cette relation en ce début de saison), une petite séparation a fait beaucoup de bien à la série je trouve et a remis un peu plus l’amitié Sloan/Callie sur les rails. Et puis le craquage de Callie était juste exceptionnel aussi!

Grey’s Anatomy – Critique première partie de la Saison 7

Les deux petits nouveaux April / Jackson : Cette saison April est beaucoup plus mise en avant que la saison précédente (malheureusement, elle me tape sur le système), elle ne court plus après Derek mais après Karev (mon Dieu j’ai eu peur qu’ils nous les mettent ensemble…). Quant à Jackson, je trouve très dommage qu’il soit un peu plus en retrait. La scène ou il prend la défense d’April pendant la petite fête chez Cristina était bien sympa d’ailleurs. Au niveau des traumatismes, lui aussi a bien souffert de ce qui s’est passé, et fait même des cauchemars. Et puis il a une peur de l’échec qui mérite d’être développée plus tard.

Owen/Webber/ Teddy : Ces trois personnages ne m’inspirent pas grand chose. Owen me tape sur le système, je le trouve extrêmement mou cette saison. Webber lui, est très bien de retour sur son siège de chef, mais il n’a pas été spécialement développé cette saison. Quant à Teddy, je n’accroche pas vraiment, et après avoir vu « Adrift and At Peace » j’ai un peu peur du remake Izzie-Denny… Alors à suivre.

Quoi qu’il en soit, vivement la suite de cette saison qui est très prenante et passionnante. Grey’s Anatomy a su se renouveler de manière extraordinaire et a eu le courage de se débarrasser des boulets (George, Izzie si vous m’entendez…) et la série en a sacrément gagné en qualité!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bubblefrog 802 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte