Magazine Cinéma

Le fait d'habiter Bagnolet

Par Gaby
Le fait d'habiter BagnoletSolander - Berlin

La semaine dernière j'ai acheté une retranscription de pièce de théâtre. C'est une chose assez rare pour être remarquée car je n'en lis en général jamais, trouvant que ça passe mal à l'écrit. Ce qui m'a poussé à acheter celle-ci, est qu'elle a été écrite par Vincent Delerm, et que je suis de nouveau dans une période Vincent Delerm (l'hiver sans doute).
La pièce s'appelle Le fait d'habiter Bagnolet, titre très delermien, et raconte les pensées d'un homme et d'une femme lors d'un repas précédant la soirée où ils deviennent couple. La lecture de ce texte est exquise pour tous les fans de Delerm tant c'est au coeur de son univers. Moi, j'ai vraiment adoré. Je pourrais lire ce genre de texte en continu, c'est exactement ce que j'aime : drôle, captivant, émouvant et vrai. Le texte est court (ce qui l'amènera probablement en haut de la liste de mes livres les plus lus dans quelques années) et difficilement trouvable en librairie, aussi vaut-il mieux le commander. Pour ceux qui ont du mal avec la voix de Delerm, il constitue un parfait aperçu de ce qu'il fait. Pour ceux qui ont du mal avec ses allusions au quotidien et ses références culturelles, par contre, ce livre ne vous réconciliera pas avec lui ...
Cette pièce m'a montré une fois de plus à quel point j'aimais VD. Il fait partie de ces artistes qui m'ont marqué, qui ont eu de l'influence sur ce que je suis aujourd'hui, sur ma personnalité. De la même manière, Woody Allen compte beaucoup pour moi. Ses films (surtout les anciens) sont une mine d'informations et de réflexions sur les relations humaines. A tel point que la plupart des films que je peux voir après Manhattan, par exemple, me semble fades et vides de sens.
Le fait d'habiter Bagnolet
Vincent Delerm et Woody Allen, m'ont montré également qu'on pouvait plaire aux filles sans être grand et beau. Et plaire aux filles qui m'attirent moi en plus. Celles qui savent que Sidney Bechet n'est pas le nom d'un aéroport en Australie. Celles qui connaissent le Depardieu d'avant Astérix et Obélix. Celles qui préfèrent la beauté de New-York au soleil de Los Angeles.
Je me rappelle du soir où j'ai découvert Vincent Delerm. C'était un samedi d'Août 2004, dans la 206 grise de Martin. Une fois rentré chez moi, j'ai tout de suite filé sur internet pour télécharger des morceaux de celui qui allait m'accompagner jusqu'à aujourd'hui. Je ne pouvais pas attendre. Curieusement, je suis tombé sur une version mp3 de son spectacle Un soir boulevard Voltaire que, jusqu'à ce que je le trouve (et achète) dans les rayons DVD, j'ai longtemps imaginé comme un CD classique. Aujourd'hui c'est sans doute l'album que j'ai le plus écouté.
Bref, je vous conseille cette pièce de théâtre, c'est du Delerm pure souche. Et puis ça m'a donné envie de faire une playlist de chansons françaises francophones, avec plein d'artistes différents dedans. Si j'étais né un peu plus tôt j'aurais fait une mixtape, mais plus personne n'écoute de cassette aujourd'hui ; alors je cède à la facilité de Spotify.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gaby 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines