Magazine Environnement

100 000 cafés pour la biodiversité

Publié le 07 décembre 2010 par Sequovia

100 000 cafés pour la biodiversitéDans le cadre de l’ « Année Internationale de la Biodiversité » initiée par les Nations Unies, la Fondation Prince Albert II de Monaco, la Société des Bains de Mer et les Cafés Malongo lancent l’opération « 100 000 cafés pour la biodiversité » afin de sensibiliser le grand public à la préservation de la biodiversité.

  • Les objectifs de la démarche

Cette action poursuit trois objectifs. Le premier est d’être le relais de cette « Année Internationale de la Biodiversité ». Le second, de communiquer sur trois projets en faveur de la biodiversité de la région méditerranéenne soutenus par la Fondation Prince Albert II de Monaco. Enfin, une partie des sommes issues de la vente de 100 000 cafés de cette opération sera reversée à la Fondation pour participer au financement de ces projets.

  • Le contexte

Sur les 1,8 million d’espèces recensées dans le monde, et nous n’en connaissons qu’une faible part, la communauté scientifique estime que la moitié d’entre elles pourrait s’éteindre d’ici un siècle compte tenu du rythme actuel de leur disparition : 100 à 1000 fois supérieur au taux naturel d’extinction. Cette érosion accélérée de la biodiversité est largement liée aux activités humaines. Chaque espèce joue un rôle dans l’équilibre des écosystèmes dont nos sociétés et notre bien-être dépendent. La surexploitation des ressources naturelles, l’élévation du niveau des émissions des gaz à effet de serre qui contribuent aux changements climatiques ou à l’acidification des océans fragilisent très fortement ces écosystèmes.

  • 2010, Année Internationale de la Biodiversité

Avec, notamment, la Conférence de Nagoya sur la Biodiversité, 2010 a été une année décisive dans une prise de conscience internationale de l’importance de préserver la biodiversité et d’inverser le mouvement de son érosion. Cette érosion, qui résulte de la surexploitation de nos ressources et de la dégradation des milieux naturels, n’est pas irrémédiable. Elle nous invite à repenser notre place dans l’environnement, notre responsabilité vis-à-vis de la nature et nos modèles économiques.

  • Les actions

L’initiative « 100 000 cafés pour la biodiversité » est née de la volonté de trois acteurs : la Fondation Prince Albert II de Monaco, la Société des Bains de Mer et les Cafés Malongo qui conjuguent leurs efforts afin, d’une part, d’informer le public sur ce qu’est la biodiversité et les moyens de la préserver et, d’autre part, de soutenir trois projets régionaux en faveur de la biodiversité : la protection du thon rouge en Méditerranée, la réintroduction du gypaète barbu dans les Alpes et l’inventaire de la flore régionale.

  • Informer et éduquer

La technologie QR-Code permet à tout utilisateur d’un téléphone portable récent d’avoir accès à des informations en scannant un QR-Code. Dans le cas de l’opération « 100 000 cafés pour la biodiversité » ce code donnera accès à un site Internet dédié http://malongo.qrmobile.fr directement depuis les chevalets disposés sur les tables des établissements de la SBM. Ce site Internet proposera des informations sur la biodiversité et les actions des partenaires de l’opération visant à sa préservation. Il permettra notamment de découvrir les détails des projets visant à protéger la biodiversité locale.

  • Préserver et protéger

La région méditerranéenne est classée parmi les 34 « hotspots » de la biodiversité mondiale (le terme « hotspot » désignant une aire géographique qui possède une biodiversité à la fois exceptionnelle et particulièrement menacée par les activités humaines). Au coeur de cette région, le seul département des Alpes-Maritimes concentre 60% de la flore française et un quart de la flore européenne. Ainsi le gypaète barbu pour les Airs, la flore pour la Terre et le thon rouge pour la Mer sont les meilleurs ambassadeurs de cette biodiversité régionale.

  • La Fondation Prince Albert II de Monaco

La Fondation Prince Albert II de Monaco qui intervient aussi bien dans le domaine de la biodiversité, que celui des changements climatiques ou des ressources en eau soutient, en collaboration avec le WWF, un programme de protection visant à sauver le thon rouge méditerranéen en voie d’extinction. Programme également soutenu par la SBM et les restaurateurs et les métiers de bouche de la Principauté qui ont supprimé le thon rouge de leurs cartes. La Fondation Prince Albert II de Monaco s’est également associé en 2007 à un programme de réintroduction du gypaète barbu, l’une des espèces d’oiseaux les plus menacés de notre continent, initié, en 1989, par le Parc National du Mercantour et le Parco Naturale Alpi Marittime. Enfin, la Fondation est partenaire de deux programmes dont l’un vise à établir un inventaire systématique de la biodiversité des Alpes-Maritimes et l’autre, à mettre à disposition du grand public, un « Guide de la Flore des Alpes-Maritimes » qui vient d’être publié aux Editions Gilleta-Nice Matin.

  • L’avis Sequovia

Selon l’étude onusienne Millenium Ecosystem Assessment, environ 60% des écosystèmes qui rendent la vie possible sur terre sont en voie de dégradation ou ne sont pas utilisés de manière durable. L’implication des entreprises et des associations dans la préservation de la biodiversité est primordiale. L’initiative lancée par les Cafés Malongo en collaboration avec la Fondation Prince Albert II de Monaco est louable. Espérons que ce projet puisse continuer sur la durée et ne soit pas uniquement un moyen de communication ponctuel.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte