Magazine

Les critiques sont-elles « derezzed » ? Daft Punk au sommet du monde (ou pas) !

Publié le 13 décembre 2010 par Buckshotgwen

Les critiques sont-elles « derezzed » ? Daft Punk au sommet du monde (ou pas) !

C’est proprement incompréhensible ! Le score commis par Daft Punk pour accompagner la sortie de Tron Legacy récolte ici ou là (liste non limitative) de bien piteuses critiques. Une situation d’autant plus étonnante que depuis 6 mois, et  le début du marketing autour de ce petit film guère attendu au tournant par 8,73 millions de geeks, chacun avait eu le temps de se préparer à l’évidence : ceci est une bande originale, pas un nouvel album des robots déguisés en humains. D’ailleurs, ils n’ont même pas pris la peine de mettre leur site à jour…

Et autant l’avouer la rencontre entre un philharmonique et les synthés cracras du duo fait autant d’étincelles qu’un combat de motos lasers dans un univers virtuel. N’en déplaise aux esprits chagrins qui espéraient pouvoir se dandiner sur un nouveau tube calibré pour pubs iPod, l’exercice de style de la BO sied parfaitement aux Daft Punk. Ils ne sont plus ces deux histrions qui refusaient qu’on leur tire le portrait pour déjouer les règles de la société du spectacle pop. Ils arborent désormais casques de Goldorak et mitaines en métal. Un penchant légèrement grandiloquent pour la « meta humanité » qui les éloigne chaque jour davantage des blips de leurs premiers maxi, les rapproche de deux GI Joe pour post-ados de la génération Y et leur permet  de tutoyer une forme d’universalité musicale difficile à atteindre en 2010 entre deux tweets.

Et si en réalité Disney avait offert  aux Daft l’aire de jeu idéale ? Celle qu’une simple collection de chansons ne leur offrait plus. Human After All, leur dernier effort datant de 2005 enquillait les gimmicks mais pas les nouveautés. Alors que l’électro, au sens large, a contaminé tous les autres genres musicaux (de Kanye West au dernier Pole Dance"> Pole Dance">Jenifer, si si), cette pièce pour film totem constitue un challenge digne de Daft Punk.  A l’écoute, l’exercice de style ne laisse d’ailleurs entrevoir aucune aspérité. Tout y est, le classicisme de John Williams, la paranoia des meilleurs Hans  Zimmer et même les épiques silences d’Ennio Morricone. Pourquoi donc bouder son plaisir comme sur cette version extended de Derezzed, le seul morceau qui ressemble à un single potentiel sur ce disque ?

Listen :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Download :

Daft Punk – Derezzed (mp3)

Watch :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Buckshotgwen 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog