Magazine Société

Finances parisiennes : Delanoë joueur de bonneteau !

Publié le 13 décembre 2010 par Lecriducontribuable
Le jeu de massacre des rues de Paris

Comme chaque année à la même époque, la mairie de Paris s’emploie à masquer la réalité financière parisienne, faite de hausse des impôts, d’endettement et de gaspillages divers et avariés.

Revue de détail du Delanopolis !

Comme ont pu le constater à leurs dépens tous les contribuables parisiens, Delanoë est le roi du dérapage fiscal incontrôlé. Les prélèvements pour les taxes d’habitation, foncière et autres taxes d’enlèvement des ordures ménagères sont passés de 1,4 milliards d’euros en 2008 à 2,1 milliards d’euros en 2010. + 48 % en trois petites années, ce maire mériterait de figurer au livre Guinness des records ! Traduit sur les feuilles d’imposition individuelle, ce coup de bazooka représente une augmentation de 30 à 50 % selon les situations individuelles.

La faute à qui ?

Si on fait crédit aux explications données par le projet de budget municipal, pas aux gaspillages delanoiens, bien sûr, mais au méchant Etat, à un effort héroïque de solidarité, à la mauvaise conjoncture, à la relance de l’investissement, à la vitesse du vent, à l’âge du capitaine … cherchez les intrus !

Manque de chance, l’examen attentif du budget 2011 de la mairie permet de dynamiter ces beaux discours.

L’Etat ? Le budget primitif 2011 montre une fois encore que Paris n’est absolument pas défavorisé, bien au contraire. Delanoë passe son temps à claironner que la ville est victime du gouvernement. Pourtant, les chiffres sont clairs. Alors que de nombreux crédits de fonctionnement des administrations étatiques et des dépenses de transfert connaissent des réductions sensibles cette année pour cause d’austérité, les concours de l’Etat à la ville de Paris augmentent de 20 millions d’euros, ce qui n’est pas négligeable dans le contexte budgétaire national. Les contorsions rédactionnelles pour expliquer que cela aurait pu ou dû augmenter davantage sont assez amusantes et le ton général de ce passage, dans la présentation budgétaire, fait nettement plus profil bas que les cris d’orfraie auxquels Delanoë a habitué les Parisiens.

Mais il y a mieux : la fameuse réforme de la taxe professionnelle, qui était censée coûter un argent fou à la ville de Paris, va de son aveu même lui rapporter 19 millions d’euros. Il faut d’ailleurs noter que ce chiffre est difficilement vérifiable car la présentation du budget est particulièrement obscure sur ce point, ce qui est mauvais signe quant à sa sincérité. Pour ceux que cette question technique intéresse, il serait ainsi amusant de savoir de combien ont baissé les prélèvements opérés à la source pour alimenter les fonds de péréquation du fait de la réforme …

Ce qui est clair, c’est que là dessus, Delanoë n’est pas très disert. On devine pourquoi : la réalité ne traduit en rien un désengagement de l’Etat !

La solidarité ? Le maire n’a que ce mot à la bouche. Plus solidaire que lui, on ne doit guère trouver qu’en Poitou-Charentes. Manque de chance, quand on regarde la réalité, celle des chiffres, pas celle des lettres, le compte n’y est pas. Le plus symbolique de tout ? Au budget primitif 2011, la contribution de la ville de Paris au fonds de solidarité de l’Ile-de-France va baisser ! Incroyable mais vrai. Bien sûr, nulle part dans ses documents de présentation, la mairie ne s’en flatte.

Mais les limiers du Delanopolis n’ont pas hésité à chausser leurs bésicles les plus puissantes et à s’armer de courage pour découvrir à la page 17 du document budgétaire lui-même, dans une grille de chiffres rébarbative, l’incroyable vérité : la contribution de Paris au FSRIF va passer de 95 M€ à 89 M€, soit une baisse de 7% !

Moins de solidarité pour l’Ile de France : pourquoi Delanoë, qui se proclame pourtant adepte de la transparence, n’en souffle-t-il pas mot dans ses explications ? Un beau sujet de réflexion à mettre sur l’agenda de Paris-Parlote alias Paris-Métropole.

La sale conjoncture ? Les recettes tirées de la fiscalité immobilière devraient avoisiner le milliard d’euros cette année. La flambée de l’immobilier, entretenue par la politique foncière malthusienne de la mairie (voir en cliquant ICI) ne fait pas que des malheureux : les droits de mutation explosent avec la hausse terrifiante du prix du mètre-carré. Le serpent se mord la queue : refermant la ville sur elle-même, la mairie en tire à court terme un bénéfice fiscal. Derrière une aisance budgétaire transitoire, c’est le repliement de Paris et son déclin qui se dessinent.

En tous cas, des contribuables pourraient bien un jour demander une ristourne sur leurs impôts à cette ville où l’argent coule tant à flot que le maire en est réduit à maladroitement planquer les sous : alors que la recette 2010 sera proche de 1 milliard, il ne prévoit (pour l’instant) que 750 millions pour 2011 ! Une minoration de 25 % des recettes, on n’a jamais vu ça. Mais évidemment, ça permet d’éviter d’engager le débat sur la baisse possible des impôts locaux …

Car alors, s’il y a autant d’argent, à quoi sert-il ?

Pas à investir, hélas …

Dans une présentation assez savoureuse, la mairie prétend qu’elle augmente l’investissement. Le projet de budget fait ainsi apparaître que les autorisations de programme nouvelles de la ville et du département passent de 1, 7 milliard au budget primitif 2010 à 2,5 milliards en 2011. En fait, ces chiffres intègrent 660 millions de « mouvements d’ordre » pour les Halles, dont d’ailleurs on aimerait savoir à quoi ils correspondent. Le Delanopolis enquête sur ce sujet, rassurez vous.

Quoi qu’il en soit, la réalité est que les autorisations réellement nouvelles sont de 1,8 milliard d’euros … et surtout, en neutralisant le trou béant des Halles, on constate que l’investissement s’effondre à 1,24 Md€, soit une baisse de 25 %, après celle de 40 % constatée en 2010.

Le projet fou des Halles, qui risque de défigurer le centre de Paris, absorbe donc la quasi-totalité de l’effort d’équipement de la ville. Quand on sait que Delanoë a justifié son matraquage fiscal par son pseudo investissement, on comprend qu’il ne joue pas la transparence sur les vrais chiffres. On y verrait trop lisiblement les dégâts causés par la tonte de Paris par le groupe Unibail (voir LA).

Alors… à quoi sert donc cette hausse des impôts ? Mais à poursuivre l’accroissement incontrôlé des dépenses de fonctionnement, pardi ! Car les dépenses de fonctionnement continuent de croître fortement : après neutralisation des effets de la réforme de la taxe professionnelle, leur masse va encore une fois augmenter considérablement : +3,7%, soit près de trois fois plus vite que l’inflation prévisionnelle.

On n’observe aucune mesure sérieuse de redressement s’agissant des dépenses de personnel (presque +3%) pour mettre fin aux errements dénoncés par la Chambre régionale des comptes, si ce n’est désigner 60 boucs émissaires à qui on a enlevé quelques milliers d’euros de primes 2010. Et rien sur les emplois à l’utilité fictive comme celui de l’ex-directeur informatique, parmi tant d’autres. Rien non plus sur les remboursements d’emplois par la CGT dont le maire a reconnu lui-même que leur mise à disposition était illégale.

Quant au train de vie de la ville, Delanoë prétend dans son rapport de présentation que les crédits affectés aux charges à caractère général baissent (de 9M€) sous « l’effet d’une politique active d’achat rationalisée et d’économies importantes sur les consommations ».

Mais c’est un mensonge ! Ces inscriptions diminuent car les crédits d’entretien passent de 143 millions d’euros à 131 millions d’euros et cette baisse « résulte pour l’essentiel de la fin des travaux pour compte de tiers liés au chantier du tramway » ! Elle n’a donc aucun rapport avec une quelconque politique d’économies.

En revanche, les dépenses de locations immobilières continuent d’augmenter sans cesse (de 61,4 à 63 M€), les subventions dépassent désormais la barre des 200 M€ (203 M€), ce qui n’étonnera pas nos lecteurs, et les crédits qui baissent le plus sont ceux affectés à la propreté qui passent de 208 à 204,1M€ dénotant d’ailleurs plus une dégradation de la qualité de service qu’une politique de rationalisation des achats (dont on peut voir le résultat dans nos reportages photos hebdomadaires).

Et la dette dans tout ça ?

Malgré la baisse des opérations réelles d’investissement, le financement des opérations pharaoniques et/ou contestables comme Jean Bouin hier, les Halles aujourd’hui et, qui sait ? la tour « Toblerone » demain, crée des besoins d’emprunt colossaux : à nouveau près de 750 millions d’euros en 2011 alors que le stock de la dette a déjà augmenté de près de 75% depuis que Delanoë est maire.

De l’argent qui coule à flot du fait de la spéculation immobilière, un investissement qui s’effondre, sauf pour des opérations pharaoniques contestées par de plus en plus de Parisiens, des dépenses clientélistes qui vont bon train, un endettement qui continue de dériver : la routine quoi.

Articles similaires :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecriducontribuable 47178 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine