Magazine Fitness

Power Plate, j'entretiens mon corps

Par Antoine Dubuquoy

Le quadragénaire sédentaire est menacé par le ramollissement des tissus, l'affaissement généralisé, l'explosion de la ceinture abdominale, la tristesse du fessier, le triceps qui flanche... Bref, le corps qui prend la consistance du Flamby, au risque de lui donner l'apparence d'un Barbapapa grandeur nature. Hup, hup, hup, barbatruc... Mais pas de miracle, le barbatruc a encore quelques année devant lui... La vieillesse étant un naufrage, selon l'adage, il faut éviter de laisser trop de temps au temps, et tenter des ans de réparer l'irréparable outrage.

Power-plate-plateforme-forme-exercices.jpg
Notre héros a donc repris le chemin du centre de Power Plate. Il met sa joli tenue de sportif, en évitant tout ce qui moule. Tshirt XXL, survêt' ad-hoc. Ni Lurex, ni Lycra. Prêt à affronter le regard de son prochain. Moins déprimant que la piscine... où immanquablement l'on ressent cette étrange sensation de ridicule, gainé dans son joli maillot de bain poutre apparente...

Mr Dubuc se positionne sur la plateforme, prêt à suer pendant 30 minutes. La chaise... Aaaargh!Cuisses au bord de l'explosion. On s'attend à voir des lambeaux de chair étalés sur les murs façon bas-relief... Gainage. Mon corps m'appartient. Maaaaaal! Pompes. En statique, en dynamique. Plus bas. Le nez au ras du tapis. Quelques gouttes de sueur dégoulinent le long du nez. Ne pas lâcher. Oh, si, en fait. Lâcher. Paf. La tronche sur le tapis en mousse. Retour aux fondamentayux. Qu'ai-je oublié? Respirer! Damned! Bon sang, mais c'est bien sûr! Faut respirer. Jouer les Jacques Mayol en apnée sur une plateforme vibrante... Fatal error! Abdos. Maaaaal! Toucher ses pieds, jambes tendues. Euuuh? Existé-je aussi en modèle souple? Apparamment non. Aïe-euh! Tendre les jambes vers le ciel, abdos contractés. Respirer, respirer. Biceps, triceps. L'écran LCD sur le mur débite ses clips de Rihanna et de Mylène Farmer.

Fin de séance. Mr Dubuc émerge. 

... 

Deux jours plus tard. Mal aux abdos, mal aux biceps, mal aux triceps, démarche façon John Wayne après une chevauchée fantastique. Y'a pas de mal à se faire mal...

Enjoy!

[Billet non sponsorisé, est-il besoin de le préciser...] 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antoine Dubuquoy 2892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines