Magazine Santé

psychotpathologie des infirmèeres vol II

Publié le 14 décembre 2010 par Yann Frat / Un Infirmier Dans La Ville

Note importante : Ok je l'admets j'ai écrit ces deux notes quand des collègues me broutaient le mou et elles sont un peu... "brut de décoffrage". Mais bon en même temps je n'arrive pas à les renier complètement alors tant pis je me lance...

...

Adieu classement wikeo, je t'aimais bien pourtant ;))).

Alors donc ce n'est pas fini, travailler avec des infirmières c'est aussi souvent se confronter à des :

Révolutionnaires de tisaneries

Alors là, à la pause déjeuner ou clope, ça y va, je peux te dire que ça bouge... Et il y a toujours un motif pour se plaindre : la paye, les autres infirmières, la surveillante, les médecins, les psys etc... (pas de mention inutile ne rien rayer). Donc ça râle sec en tisanerie et à les écouter elles "n'en peuvent plus" et "si ça continue je vais leur dire moi ce que je pense". Mais étrangement rien ne se passe...

Lâches

Et oui le mot est lâché... Parce que pour râler il y a toujours du monde mais pour signer une lettre ou s'engager ou se syndiquer... Ben il n'y a plus personne (tu es sûr qu'on devrait faire ça ?... Non mais mais bon ils vont finir par comprendre ... Pas mercredi j'ai mes gosses... Il faut que j'amène le chien au veto etc...).

Violences institutionnelles anonymes

Aucune infirmière ne t'attaque jamais de front, tu penses... Par contre pour te démonter dés que tu n'es pas là ou te balancer à la surveillante ou la surveillante chef voire te menacer de "pétition anonyme" (vécu) ou répandre sur toi les bruits les plus débiles (je suis un drogué souvenez-vous) ... Il y a toujours du monde.

Individualistes

L'infirmierus normalicus est bien embêtée avec ses collègues qui manifestent mais bon, elle elle a réussi à avoir son mercredi alors bon, tu comprends, elle voit pas pourquoi elle se bougerait pour les autres... Et puis au fond pour ce que ça change... Et puis bon c'est bien ce qu'ils revendiquent mais ce n'est pas vraiment son problème à elle quoi... Et puis bon qui va s'occuper des patients hein?

Et c'est comme ça que notre profession est à la fois une des moins syndiquées... Mais aussi celle où les syndicats sont les plus nombreux (des dizaines...) (??) et aussi disparates (!!) (en gros chacun prêche pour sa paroisse... et contredit allègrement ce que dit le syndicat d'en face qui bien sûr n'a rien compris à rien) (par exemple chez les libéraux on a trois gros syndicats... Et bien la moitié (la moitié!!) de leurs feuilles d'infos sont faites pour dire du mal des deux autres syndicats...) (pouic, pouic, pouic)

Rapports étranges à l'argent

Vouloir gagner de l'argent en étant infirmière est globalement mal vu. Ben si obligé, si tu veux gagner de l'argent c'est que les patients ne l'intéressent pas, évidemment (!) (tu crois que mère Théresa faisait grève pour ses primes ?). Et c'est pour ça que le libéral est mal vu par toutes les autres infirmières... ("Attends ces filles là on les connait, elles ne bossent que pour l'argent alors...").Donc ok pour se lever à pas d'heure, ok pour faire un boulot de chien, ok pour renoncer aux berlines mais se battre pour ne payer sa twingo que en 2 ans et pas en 7, attends tu rêves...

Note :Ce qu'il y a de formidable c'est qu'en plus je crois que nous sommes le seul métier où se côtoient quotidiennement des métiers connus pour être "bien payés" (les médecins) et "très mal" payés (les infirmières). Un peu comme si dans une entreprise les cadres sup travaillaient directement avec les manœuvres.... Mais là ça ne choque personne, c'est totalement normal...

Manque total de confiance en soi et complexe d'infériorité intellectuelle

L'infirmierus normalicus est persuadée qu'elle ne peut pas comprendre un nouveau texte de loi alors bon elle signe tout sans lire obligé... Après tout si on lui dit que c'est pour son bien c'est que ça doit l'être non?
Et c'est comme ça aussi que très peu vérifient leurs feuilles de paye ou leurs contrats d'embauche,evidemment, pourquoi il y aurait des erreurs d'abord?
(oui tiens pourquoi?)

Manque total de confiance en soi et complexe d'infériorité par rapport aux autres professions médicales...

Ben si, un médecin, un kiné, une sage femme tout le monde sait ce qu'il fait vraiment mais une infirmière, ça se définit comment au fond? MMMhh ? C'est une sous médecin? Super femme de ménage? Psychologue de cuisine ? Secrétaire ratée? Du coup quand on nous traite de médecin raté tout le monde baisse la tête et acquiesce... Alors que nous n'avons absolument pas le même travail!!!

Note : En plus ça m'énerve parce que la définition est simple: si tu considères le monde médical comme un château où chaque profession médicale est une pierre, dis toi que les infirmiers en sont le ciment. Nous sommes partout et nous faisons le liant entre toutes les autres professions et c'est ce qui rend d'ailleurs ce métier passionnant... Oui mais bon tu le définis comment le ciment toi ? Une bonne pierre tout le monde voit ce que c'est mais le ciment mmmh?...  Et ben le ciment c'est un peu de pierre de connaissance médicale (parce que oui oui on en a !) et un peu d'eau de toutes nos connaissances spécifiques sur la prise en charge au quotidien des besoins d'un patient (caca, dodo, pipi, manger etc...)... Et accessoirement sans ciment tout l'édifice s'écroule vite fait ;)))

...

...

Alors bon, là cher lecteur, normalement tu dois te dire que j'ai complétement cramé un plomb et que je disjoncte... et que c'est pas possible ce que je raconte...

Et pourtant la durée de vie professionnelle d'un infirmière reste de 7 à 8 ans pas plus... Alors qu'au fond je ne connais personne qui se plaigne des patients (et puis même si un type de patient t'agace tu changes de service) donc comment l'expliquer autrement?

Comment expliquer aussi qu'une profession qui est en sous effectif ( donc largement en position de force pour négocier) soit toujours incapable d'améliorer ses conditions de travail, pire les voit diminuer d'années en années?

Comment expliquer qu'on trouve normal qu'un infirmier libéral vienne chez toi faire un soin pour 5.45 € brut et que ça ne choque personne ?

Comment expliquer enfin qu'une infirmière à l'hôpital touche moins d'argent qu'un éboueur de la ville, qu'un ouvrier de chez continental?

Alors si tu vois une autre raison, explique-moi...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine