Magazine

Henri le balafré

Publié le 14 décembre 2010 par Zappeuse

Henri le balafréLe 27 novembre 1594, un jeune homme de 19 ans tente d’assassiner HENRI IV, manque son coup et ne peut que lui filer une belle estafilade sur la lèvre supérieure. Le quidam, peut-être aux ordres des Jésuites mais on n’en sait finalement pas grand-chose, se nomme Jean CHÂTEL, et sa vie s’arrête deux jours après les faits : rapidement jugé et condamné, il est écartelé pour avoir oser attenter à la personne du roi.
Cet épisode, que l’on peut aujourd’hui considéré comme anodin, est pourtant fondamental pour la recherche scientifique : c’est en partie grâce à cette cicatrice bien connue qu’une tête momifiée, étudiée depuis plus d’un an par l’équipe du légiste et paléopathologiste Philippe CHARLIER, vient d’être clairement identifiée comme étant celle du roi HENRI IV.
Aussi bizarre que cela puisse paraître, tête et corps du roi assassiné furent séparés lors des événements révolutionnaires de 1793, la dépouille royale ayant été violemment jetée dans une fosse commune après la profanation du cimetière royal par des Parisiens en colère, mais sans la tête, qui aurait circulé en Allemagne et en France, passant de mains de collectionneurs en mains de fétichistes. On retrouve sa trace sans la chercher vraiment lors d’une vente aux enchères qui a eu lieu à Drouot en 1919 : un photographe de Dinard achète alors la relique pour la somme ridicule de 3 francs, mais ne parvient jamais à prouver qu’il s’agit bien de la tête d’HENRI IV. Et puis plus rien. La tête disparaît, pour réapparaître il y a donc un peu plus d’un an et être étudiée comme il se doit.

—> Sources :



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zappeuse 1046 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte