Magazine Cinéma

Jurassic Park 2: le monde perdu

Publié le 14 décembre 2010 par Olivier Walmacq

jurassic_park_2

Genre: fantastique, aventures
Année: 1997
Durée: 2H10

L'histoire: 4 ans après le fiasco de son Jurassic Park, le milliardaire John Hammond rapelle le docteur Ian Malcolm pour l'informer de son nouveau projet. Sur une île déserte, voisin du parc, vivent en liberté des centaines de dinosaures. D'abord réticent, Malcolm se laisse convaincre par le milliardaire, mais il ignore qu'une autre expédition qui n'a pas les mêmes buts, est également en route.

La critique de Eelsoliver:

Suite des aventures de "Jurassic Park". Et première bonne nouvelle, Steven Spielberg semble avoir gommé certaines erreurs gênantes du premier.
Dans cette suite, pas de pub ou de merchandesing comme c'était le cas dans le précédent. Ici, le scénario se concentre exclusivement sur les suites du désastre du Parc Jurassique.

Autre bonne nouvelle, "Jurassic Park 2: le monde perdu" ne souffre plus de certains moments un peu creux qui se faisaient sérieusement sentir dans le premier opus.
Du coup, cette suite est moins agaçante, moins tapageuse et en fin de compte, supérieure au premier volet. Seule petite déception, on ne retrouve pas les héros du précédent, à l'exception de Jeff Goldblum, toujours aussi à l'aise en scientifique un brin déjanté.

Pour autant, "Jurassic Park 2" n'évite pas certains effets ridicules. On citera notamment cette fameuse scène où une fillette, experte en gymnastique, nous donne un numéro d'acobatie dans lequel elle fout une branlée à un dinosaure!
Mais dans l'ensemble, ce numéro 2 se tient plutôt bien sans pour autant être très surprenant.

Note: 12/20

La critique de ClashDoherty :

En 1997, Steven Spielberg donne une suite à son Jurassic Park légendaire sorti quatre ans plus tôt. Et ce faisant, il nous offre assurément un de ses plus mauvais films avec Hook, Amistad, Le Terminal et, si on veut, Always (car ce dernier, sans être mauvais, est juste sans intérêt).
Jurassic Park II : Le Monde Perdu, adaptation d'un roman de Michael Crichton (Le Monde Perdu) qui est lui-même la suite de son roman ayant donné le premier film (je n'ai jamais voulu lire Le Monde Perdu de Crichton, à cause du fait que le personnage de Malcolm, qui meurt dans le roman Jurassic Park mais pas dans le film - de même que Hammond -, est le héros du deuxième film, et que je suppose donc que le deuxième roman et le deuxième film sont totalement différents ; oui, je sais, c'est compliqué).

Le film est interprété par Jeff Goldblum, Julianne Moore, Pete Posthlewaite, Arliss Howard, Vince Vaughn, Vanessa Lee Chester et Peter Stormare.
C'est un film qui démantibule tout ce que le premier volet a fait. Les personnages sont psychologiquement peu fouillés (entre les gentils scientifiques et les méchants chasseurs de dinosaures), l'action prend totalement le pas sur l'histoire, qui est on ne peut plus débile (Malcolm part chercher sa petite amie et ses collègues, sur une île de reproduction de dinosaures située à côté de l'île du parc, et sur laquelle se trouvent aussi des chasseurs de dinosaures peu scrupuleux ; et le tout sera de pouvoir quitter l'île vivants et entiers...). Et les scènes les plus grotesques abondent, comme ce final ridicule, indigne de Spielberg, qui montre, dans la plus pure tradition Godzilla/King Kong, un T-Rex évoluant en plein San Diego (Californie).

Avec Jurassic Park II : Le Monde Perdu, Spielberg rate vraiment le coche. Celles et ceux qui ont critiqué le premier volet pour être trop commercial n'ont qu'à bien se tenir, tant le film sent son Michael Bay de merde. Mis à part la réalisation efficace (Spielberg, évidemment) et les effets spéciaux du feu de Dieu, le film se vautre, est trop long, chiant, abrutissant, débile, et se pose vraiment là comme le navet d'action de Spielberg. Et un de ses plus gros navets, derrière Le Terminal et Hook, mais devant Amistad. Vraiment pourri ! 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine