Magazine Focus Emploi

Conséquences à affronter pour avancer (article 80)

Publié le 16 décembre 2010 par Snorounanne

Veuillez faire jouer l'audio au moment que je le signalerai et pour les nouveaux lecteurs, prenez le temps de lire le descriptif, merci

Tout le monde a droit au bonheur et... Au malheur, les inséparables!

En ce mardi 14 décembre 2010, mesdames et messieurs, je vous ferai une compilation des événements qui se sont passés pendant que Toronto m'avait éprise joyeusement vendredi, samedi, dimanche... Et le retour sur les ailes d'un avion vers Montréal, lundi hier.

Et je reviendrai pour la fin, avec Toronto et la joie d'avoir fait la connaissance de la demi-soeur de Genny. Prenez-vous un café, une tisane, un thé, un chocolat chaud, un quelconque breuvage de votre choix et assurez-vous de ne pas être dérangé par qui que ce soit ou quoi que ce soit. Il est facile de perdre le fil d'une lecture et de perdre l'émotion que vous y aviez mise. Donc, lisez ces chroniques dans des moments sans bruit, sans cri d'enfant, sans jappement ni miaulement.

J'ouvrirai ces dossiers avec l'émission en cours D'Humour. Je dis "j'ouvrirai" je ne fais qu'exécuter la commande du boss, Pierre Karl Péladeau, mesdames et messieurs.

 Les temps sont durs même pour les courriels... Vous êtes de bons lecteurs (merci)

Votre émission D'Humour est en progression.

snorounanne -  Mardi 14 décembre 2010. À 11 jours avant Noël. Qu'avez-vous décidé cette année, serez-vous l'hôte, l'hotesse? Ou allez-vous fêter Noël à l'extérieur? Comme on sait que les temps sont durs pour tout le monde, comme on sait que le beau-frère ou la belle-soeur vient de se faire mettre à la porte par le patron, quelques semaines avant les fêtes, comme on sait qu'un parent est décédé et comme on sait qu'on a pas beaucoup d'argent... Mesdames et messieurs! Malgré tout, on arrive à fêter quand même.

- Vous pouvez toujours si le coeur vous en dit, m'envoyer un commentaire à dhumour@gmail.com   J'y répondrai par plaisir et par intérêt.

- On en a des affaires, je vous dis, à lire, à discuter, ce matin. Et... Pendant ces quelques jours de vacances que j'ai eues à passer ce week-end dernier, j'ai visité par ci par là, Toronto. Bon puis... J'en parlerai pas. (Jetant un oeil sur la paperasse à lire)

- (m'adressant à une technicienne) C'est possible, maintenant? Oui? Parfait! On a en ligne, l'amie de tout le monde, Céline Dion, mesdames et messieurs. Toute une surprise, n'est-ce pas? Allô? Est-ce que ma toute belle amie et maman de doublon est à l'appareil?

 La ligne mord en plein dans l'orange! (La Floride)

snorounanne - Allô Céline, t'es en ligne? Nous sommes présentement en ondes.

Céline Dion - Allô ma torrieuse snorounne! Hé! J'suis si contente de te parler, caline... Je viens tout juste de me libérer de mes deux beaux p'tits anges. Plate qu'on puisse pas voir ça au téléphone, hein?

snorounanne - Ce serait bien de te demander comment va la maman, les touts petits, lui pis ton mari, non?

Céline Dion - Tu changeras ben jamais, toi. Lui, c'est René-Charles. Et je t'annonce qu'on va tous bien.

snorounanne - Oui? Heureuse de l'entendre dire. Vu que pendant la grossesse, tu étais sur le bord de tout lâchée, j'avais plutôt l'impression que tu avais tout abandonné.

Céline Dion - Ben oui, snorounne. J'ai laissé, les jumeaux à René, pour s'en occuper pis moi, tsé, une folle, j'suis allée faire de la planche à voile, du shopping, du jogging, pis du parachuting tant qu'à faire! (riant toutes les deux)

snorounanne - Ça ne te donne beaucoup moins de temps pour toi, ma grande avec ta paire.

Céline Dion - C'est écrasant. Je ne sais plus si on est le jour ou la nuit. J'allaite les deux et je dois aussi m'occuper de mon fils, René-Charles, de 9 ans et demi... C'est beaucoup.

snorounanne - Fais-le donc garder, celui-là.

Céline Dion - T'es pas fine...

snorounanne - Je blague.

Céline Dion - Je sais, snorounne.

snorounanne - Là tu veux me dire que t'es encore en pyjama et que t'as pas pris une douche? C'est ça? (reniflant du nez)

Céline Dion - Ben oui.

snorounanne - Tu te mets un peu de parfum, on va finir par oublier certaines odeurs que peuvent régurgiter les bébés, Céline. (riant)

Céline Dion - Hé... Tannante!

snorounanne - Est-ce que tu arrives à bien dormir?

Céline Dion - Excuse-moi? Je ne dors pas du tout! C'est fascinant comment on peut survivre sans sommeil. René-Charles est un peu malade ces jours-ci, il a de la fièvre. Je veux prendre soin de lui, mais en même temps, je dois allaiter les bébés à toutes les 2 h 30.

- Parfois, il ne me reste que 25 minutes pour moi. Est-ce que je prends ma douche? Est-ce que je mange ou est-ce que je dors? Je dois prendre ces décisions. C'est un grand défi. C'est très fatigant et c'est toujours rempli de surprises. Mais c'est fait avec amour.

snorounanne - Pis lui, comment y trouve ça, deux p'tits frères dans la maison?

Céline Dion - René-Charles? Il s'ajuste bien à la nouvelle situation familiale. Il fait des grimaces pour les faire rire et ils semblent le regarder. Ils commencent tout juste à voir les couleurs. Je crois que René-Charles a hâte de jouer avec eux. Ils ne discutent pas de baseball encore, mais ça viendra très rapidement.

snorounanne - On a une photo qu'un compatriote de Miami m'a fait parvenir par le courriel. Les gens à la maison, on regarde cela. Céline, tu quittes pas.

Sont-ils charmants, adorables, beaux?

snorounanne - Je vais faire l'état du pedigree aux gens qui ne seraient pas encore au courant. Des fois... On sait pas. Ceux-ci, Nelson et Eddie, sont nés par césarienne, le 23 octobre dernier, dans une clinique de Floride. Depuis son accouchement, la star québécoise n'a plus le temps à elle, pas même pour se doucher. Ben oui, elle nous a donnés les raisons convaincantes, mesdames et messieurs. Elle se lave pu pantoute...

Céline Dion - T'exagères...

snorounanne - Seuls les sceptiques seront confondus! Eh bien, le temps nous appelle à des pauses commerciales, ma belle Céline. Nous devons nous raccrocher. Au nom de tous les québécois et de toutes les québécoises, nous te souhaitons de vivre d'autres belles surprises et de passer en famille, d'heureuses fêtes.

Céline Dion - C'est très gentil, merci sincèrement. Et toi, ma snorounne. T'as pas de souhaits?

snorounanne - Oui! D'aimer et d'être aimée jusqu'à ce que mes ailes me r'poussent!

Céline Dion - Passe avec ta famille et ton amou... Joyeuses Fêtes, ma cocotte.

snorounanne - (clin d'oeil à la caméra) J'ai compris et les gens sont pas si stupides que ça. Au revoir, Céline! À la prochaine. (la ligne se fermait) On revient après ces commanditaires, mesdames et messieurs.

À l'instant de ces 3 minutes,  je prenais et buvais mon verre d'eau. Et, une pression nasale grinçait inévitablement ma concentration. Pas assez de temps pour quémander de l'aspirine, le régisseur montrait 3 doigts en l'air et puis... De retour en ondes!

snorounanne - Nous revoilà! Comme je vous disais presque au début de l'émission, il s'en est passé des affaires depuis le week-end. Et mon boss m'a bien avertie d'être sérieuse pour des affaires sérieuses. Pour ne citer que quelques-unes, mesdames et messieurs. Je débuterai par cette nouvelle-ci en lisant à voix haute:

- Un motoneigiste a coulé dans les eaux du lac des Commissaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

- Le corps du motoneigiste de 66 ans qui a coulé dans les eaux du lac des Commissaires, à Lac-Bouchette, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a été repêché vers 14 h par des plongeurs de la Sûreté du Québec, samedi dernier. Florent Gauthier, originaire de Lac-Bouchette, serait parti en motoneige, vendredi en après-midi pour mesurer l'épaisseur de la glace, mais comme elle était mince, elle aurait cédé sous le poids de la motoneige.

- Faisons un compte-rendu pour ceux et celles qui n'ont pas suivi ces dernières nouvelles, si vous le voulez bien. Nous allons vous retransmettre les images de ce samedi, avec notre reporter, Valérie Fortin.

Y a de la belle neige blanche derrière elle et une couche de glace hypocrite...

Valérie Fortin - Bon après-midi! Un bien triste sort qu'attendait les eaux peu glacées, de cet endroit, mesdames et messieurs. L'homme de 66 ans venait d'acquérir sa nouvelle motoneige et était enthousiaste de l'essayer. Chaque année, il allait mesurer l'épaisseur de la glace, mais elle a cédé, a dit Yves Michaud de la sûreté du Québec.

C'est pas le comédien que nous avions connu jadis.

Valérie Fortin - Il rappelle aux motoneigistes de faire de prudence, particulièrement cette année.

« Vu que les sentiers de motoneiges seront fermés, je demande une grande prudence avant de s'aventurer sur les lacs, ils sont des risques d'accident élevés », a-t-il souligné.

Valérie Fortin - Des témoins auraient aperçu l'homme qui tentait de sortir de l'eau, mais il n'aurait pas réussi et aurait disparu sous la glace vers 16 heures. La Sûreté du Québec a effectué des recherches afin de le retrouver. Des plongeurs ont d'ailleurs été dépêchés sur place dès samedi matin pour parvenir à le repérer.

C'est là pas loin...

C'est ici, pas loin...

- Selon des résidants rencontrés sur place, l'épaisseur de la glace était de seulement cinq centimètres, alors qu'elle doit être d'au moins 12 à 15 centimètres pour pouvoir soutenir le poids d'une motoneige.

«C'était un homme qui était très sécuritaire, a témoigné un de ses amis. On se pose des questions, on comprend mal pourquoi il était sur la glace à ce temps-ci de l'année. Normalement ce n'est jamais lui qui est le premier.»

Valérie Fortin - Ici Valérie Fortin pour TVA Nouvelles.

snorounanne - Voulez-vous bien me dire pourquoi un homme de 66 ans conscient de la nature et de la gravité de la couche peu épaisse de la glace s'était aventuré? Non mais... La neige tombe, ça fait pas si longtemps pis on dirait que... Que ce sera la dernière fois qu'on la verra, mesdames et messieurs. Pas le premier skidoo qui verse dans l'eau depuis le début de décembre.

- Va-t-il falloir interdire la motoneige sur les rivières et les lacs? Trop d'imprudence... À mon avis! Et... Je regarde ma feuille notée encore d'une autre tempête de neige qui faisait la joie ce dimanche dernier.

- La météo a fait des siennes dans l'est du pays, où l'on a eu droit à un cocktail de neige, pluie, verglas et forts vents, ce qui pertubait la circulation automobile.

Montréal... ça l'air + de la mouillasse que de la neige hein?

snorounanne - À Montréal, la neige qui est tombée en matinée, dimanche, a fait place à de la fine pluie en après-midi. La région n'a cependant pas été touchée par la pluie verglaçante, qui était anticipée en après-midi. L'avertissement de pluie verglaçante a d'ailleurs été levé. Mais a été cerné dans les basses-laurentides, je confirmerais.

- Au moins 5 centimètres de neige sont tombés sur la région montréalaise, dimanche, en avant-midi, rendant délicate la circulation automobile. On rapporte environ 80 sorties de route dans la région, mais aucun accident majeur.

- En Mauricie-Centre-du-Québec, la neige, qui est tombée en grande quantité en journée, a laissé la place à la pluie verglaçante en soirée. De 15 à 20 millimètres de pluie verglaçante étaient attendus au cours des prochaines heures.

- Les conditions routières allaient de passables à critiques, avec visibilité passable. La chaussée en très glissante en raison de la pluie verglaçante.

- Dans la région de Québec, une dizaine de centimètres de neige, accompagnée de forts vents, étaient tombés, dimanche, en après-midi. En soirée, la neige s'était transformée en pluie verglaçante.

- La circulation automobile était très difficile dans la région. Les routes étaient enneigées et la visibilité était réduite par endroits, notamment sur les grandes artères, comme l'autoroute 20 et l'autoroute 40. L'autoroute Dufferin-Montmorency était fermée entre Beauport et la Haute-Ville en raison de la visibilité nulle. La route 175 était fermée par endroits.

- Une trentaine de sorties de route étaient rapportées, mais sans accident majeur. Les conditions météorologiques ont forcé l'annulation d'une dizaine de vols à l'aéroport Jean-Lesage. Opération Nez rouge a dû annuler son service pour la soirée. Ah ben, lui, le gros bêta cornu, c'est comme, le bonhomme Carnaval... Je les piffe pas. Passons sans trop de commentaire sur eux.

- Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, de fortes accumulations de neige étaient attendues avant l'arrivée de la pluie verglaçante. Tout le nord du Québec était aux prises avec d'importantes chutes de neige, de même que le nord de l'Ontario.

- Dans la péninsule gaspésienne et dans les Maritimes, des températures légèrement plus chaudes apportaient de la pluie, mais de la neige était aussi prévue au centre et au nord du Nouveau-Brunswick.

- Des avertissements de vents violents et de pluie abondante ont été émis dimanche des secteurs du Nouveau-Brunswick, et pour la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard.

- Pour sa part, la région d'Ottawa, où tombait plus tôt de la neige, était aux prises avec de la pluie verglaçante.

- Puis, mesdames et messieurs, le toit du Metrodome s'effondait. Ces perturbations qui agitaient l'est du pays provenaient du Midwest américain, où une tempête de neige a laissé par endroits quelque 50 centimètres de neige.

- La neige a même causé l'effondrement du toit gonflable du Metrodome, à Minneapolis, où 43 centimètres de neige étaient tombés. Le match de footbal prévu dimanche, entre les Vikings du Minnesota et les Giants de New York, a été reporté, hier soir au Ford Field de Detroit. Que dire de notre saint toit gonflable du stade olympique? En tout cas...

- Comme si ce n'était pas suffisant, mesdames et messieurs, ce que le monde subit en conséquences de tempêtes... y a ces intempéries: Déluge et vents forts dans l'est du pays.

-  Les pluies torrentielles et les vents violents qui s'abattent sur l'est du Québec et les provinces Maritimes depuis plusieurs jours provoquent de nombreuses inondations au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

- Au Nouveau-Brunswick, les autorités de la municipalité de St. Stephen ont décrété l'état d'urgence en raison des inondations qui touchent la ville. Plus d'un mètre d'eau recouvrait la rue principale de la ville lundi soir.

- Des routes ont aussi été inondées à Fredericton où une quarantaine de personnes ont dû être évacuées. La situation est aussi critique à Saint-Jean où le fleuve Saint-Jean, déjà gonflé par les pluies, est soumis aux fluctuations des grandes marées déchaînées par les vents forts.

- Les vents forts ont aussi forcé les autorités à restreindre la circulation entre l'Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick sur le pont de la Confédération. Des avertissements de vents forts ont été émis pour l'ensemble des régions côtières.

- La pluie et les vents se sont aussi déchaînés en Nouvelle-Écosse où près de 75 000 foyers étaient privés d'électricité. Dans la région d'Halifax, les avertissements de pluie abondante étaient maintenus. Dans la région du Cap-Breton, on attendait des vents violents qui atteindraient près de 140 km/h au cours des prochaines heures, ce lundi. Donc hier, mesdames et messieurs.

- La mer très agitée sur les côtes et dans l'estuaire du Saint-Laurent perturbait aussi le transport maritime dans l'est du pays. La majorité des traversiers qui reliaient la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador étaient maintenus au quai jusqu'à nouvel ordre.

- Et puis, dans l'est du Québec, les autorités sont sur un pied d'alerte dans l'attente de fortes précipitations de pluie au cours des prochaines heures. Les météorologues prévoient jusqu'à 100 millimètres de pluie dans le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et la Côte-Nord au cours des 48 prochaines heures.

- Environnement Canada a émis un avertissement de vents forts pour les municipalités situées le long des côtes du Saint-Laurent. Des vents de 50 km/h à 70 km/h, avec des rafales pouvant aller jusqu'à 100 km/h, sont prévus.

- Les autorités surveilleront les crues, mais aussi le refoulement des cours d'eau sous l'effet notamment des grandes marées déchaînées par les vents forts. La région de Rivière-au-Renard, où la rivière du même nom a débordé la semaine dernière, est sous haute surveillance. Des équipes de la Sécurité civile ont été dépêchées dans différents secteurs vulnérables de la Gaspésie par mesure de précaution.

- Dans l'ouest et le nord du Québec, les chutes de neige des derniers jours rendent la circulation difficile sur les routes enneigées et glacées.

- Bien voilà pour notre magnifique climat hivernal et météorologique, mesdames et messieurs. Voyez que Mère nature est plus que confuse, est même enragée! Elle doit subir ses spm! Ne faites pas du gambling avec elle. Elle a pas l'air dans son assiette.

- D'autres nouvelles, cette fois-ci pour faire changement, cela s'est passé en France. À Besançon - La prise d'otages dans l'école maternelle a pris fin. Un jeune homme de 17 ans a séquestré une vingtaine d'enfants, hier matin. Il a été interpellé par les forces de l'ordre.

- Le jeune homme de 17 ans a retenu en otages jusqu'à une vingtaine d'enfants, ainsi qu'une institutrice, dans une école maternelle de Besançon, hier matin. Tous ont été libérés peu avant 13 heures. Ils sont "sains et saufs", a précisé le ministre de l'Éducation nationale Luc Chatel, qui s'est rendu sur les lieux.

- Selon les informations, le forcené, fragile psychologiquement, était jusqu'à l'année dernière scolarisé dans un collège proche. Il réclamait une arme à feu pour se suicider. Le groupe d'intervention de la police nationale de Strasbourg a pénétré dans l'école en fin de matinée, profitant d'une livraison de repas à destination des enfants. Ils ont ainsi pu interpeller le preneur d'otages sans violences.

Ils ont de belles voitures de police...

Pourquoi s'en prendre aux enfants...?

snorounanne - Autre nouvelle, du côté de Vancouver. L'apparente accalmie dans la guerre qui oppose les gangs de Vancouver a brutalement pris fin, tôt dimanche, alors qu'une fusillade a fait 10 blessés et affolé les résidants, réveillés par les coups de feu.

- Les enquêteurs ont sans tardé associé les échanges de coups de feu à l'activité des gangs. La police n'était cependant pas en mesure de préciser si d'innocentes personnes figuraient parmi les victimes. À l'instant que cela se déroulait, mesdames et messieurs, dimanche dernier.

- La police de Vancouver a indiqué que des coups de feu avaient été entendus vers 2h le long d'une artère passante traversant des secteurs résidentiels de la ville.

Terrible... ils n'ont pas eu de neige, eux...

- Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé les victimes, éparpillées sur une distance de plusieurs pâtés de maisons. Six hommes et trois femmes ont été hospitalisés, et deux de ces personnes se trouvaient dans un état jugé critique. Une 10e victime a refusé de recevoir des traitements.

- Au moins cinq personnes ont été placées en état d'arrestation, mais ce nombre pourrait changer, a indiqué l'agente Jana McGuinness. Les enquêteurs n'avaient pas encore eu l'occasion d'interroger les victimes, dimanche, a-t-elle ajouté. Même le maire de Vancouver a entendu les coups de feu.

«Comme bien des gens du voisinage, j'ai entendu deux coups de feu au moment où je me trouvais dans ma résidence tôt ce matin, a confirmé le maire Gregor Robertson dans un communiqué. Pour montrer que les maires sont plus à l'écoute des bang bang que les concitoyens, mesdames et messieurs.

«De tels incidents sont toujours très troublants. Je sais que les résidants du secteur sont tous très inquiets devant une démonstration aussi choquante de violence. Ces comportements éhontés sont intolérables.» a-t-il ajouté.

- L'agente, madame McGuinness a indiqué que jusqu'à présent, l'année 2010 avait été relativement tranquille en ce qui a trait à la violence associée aux gangs, en particulier comparativement à la guerre ayant fait rage dans la vallée du Bas-Fraser, l'an dernier. Pendant une période de quelques mois, au début de 2009, les fusillades étaient presque quotidiennes, alors que les gangs de la région se livraient bataille afin de s'assurer du contrôle du commerce de la drogue.

- Êtes-vous un peu tanné là, d'avoir lu, d'avoir écouté, ce toutes ces nouvelles? Oui? Non? En tout cas, moi je le suis... J'en ai mal au nez, mal à tête, mal au coeur. On décroche un peu avec les quelques commanditaires et on vous revient. À tout de suite!

Je finissais pour midi et j'avais déballé ma critique sur les déversements de 3 personnes anonymes au sujet de 3 courriels anonymes envoyés, mesdames et messieurs. Les gens n'ont que ce plaisir de mal faire, de mal penser, et de mal écrire!

Oui! Mal écrire. J'exclue ici les fautes d'orthographes, les accords de verbe. Les gens ne savent plus écrire, point final! Ils écrivent par sons, par abréviations, par sms, très populaire et c'est rapide. Alors, désolée, j'ai mis ces 3 courriels dans la corbeille. J'ai fait une montée de lait, 10 minutes avant la fin de l'émission. Le boss me mettra au pied du mur, il me sous paiera. Je m'en fiche.

Je ne suis pas un décodeur textuel, mesdames et messieurs. Le temps de rejoindre mon bureau personnel, une voix impertinente égratignait mes oreilles.

Evelyne Martin - Snorounanne d'Humour! Hé! Vous vous sauvez, ma foi?

snorounanne - Ah... Bonjour Evelyne.

Evelyne Martin - Je ferai ça court. Encore une fois, bravo pour le spectacle divertissant en vocabulaire. J'ai savouré ces dernières minutes. Vous m'impressionnez et...

snorounanne - (Ma tête jonglait ou voulait-elle me faire comprendre de la reposer) Merci.

Evelyne Martin - Vous m'intriguez.

snorounanne - (Mes yeux cherchaient à se séparer, mon intérieur cherchait à me pousser) Je ne vois pas en quoi, je... Je vous intriguerais.

Evelyne Martin - Vous êtes jolie, intelligente et drôle. Chez une femme, j'aime bien. (souriant) Bon midi et bon appétit. (marchant dans le petit corridor)

snorounanne - (Une force me poussait) Attendez! Evelyne, j'aurais... (rassemblant toutes mes idées) J'aurais quelque chose à vous demander.

Evelyne Martin - Dans ce corridor? Est-ce... Personnel?

snorounanne - (Perdant l'intérêt) Non. En fait... Ça peut attendre. Bon midi. (tournant la poignée de porte de mon bureau et y entrant)

Fondamentalement, j'étais rivée de la tête au pied sur des clous. Je me servais une tasse de café et secouais de la tête. Pourquoi? Oui pourquoi? Puis, petite crème, cuillère, bien mélangé. Je prenais mon fauteuil et des yeux, fixais l'écran de mon portable. Je savourais mon café. Et d'un élan, j'ouvrais mon courriel et entamais tout ce que j'avais laissé enfoui et...

Hésitant à appuyer sur la touche "envoyé" je buvais tout mon café sagement, en me questionnant. J'activais le bouton "envoyé" et le coeur me débattait. Me prenant la tête, je me disais: "Ça y est! Je viens de déclencher une avalanche".

Vous savez quoi? Là, juste là, j'aimerais vous raconter ce week-end dans cette ville torontoise chez Marcy, la demi-soeur de Genny. J'amorce donc.

Le départ était pour vendredi et tel que prévu, comme vous le savez, nous avons décollé de l'aéroport. Je me permettrai de sourire en vous faisant revivre, le lendemain de notre arrivée, chez sa soeur, Marcy.

Marcy Dubois - (Étions tous les 3 à table préparant le souper) Vous vous êtes connues comment? Pendant un accident sur la route? Non mais, je veux tout savoir.

Geneviève Dubois - (tranchant des légumes) Euh... Est-ce qu'on arrive à oublier une première rencontre? Comment on s'est connues, ma chérie?

Marcy Dubois - Ma soeur Genny a oublié?

snorounanne - Non. (ajustant l'appareil numérique) Elle fait exprès. Elle joue la comédie. Ça se voit. Regarde-lui le p'tit sourire en coin.

Marcy Dubois - Toi, snorounanne, tu t'en souviens?

Geneviève Dubois - Sa mémoire est phénoménale.

snorounanne - (me levant de table) Je vous prends en photo, les soeurs. Souriez!

 Marcy les yeux fermés, souriant, Genny les yeux ouverts, souriant

Marcy Dubois - Ah merde... J'avais les yeux ouverts ou fermés?

Geneviève Dubois - Qu'ils le soient ou pas, ça changerait quoi? Tu vois pas clair. (riant)

snorounanne - Vous étiez sublimes toutes les deux.

Marcy Dubois - Alors laquelle de vous deux se rappelle de cette première connaissance? Je veux savoir.

Geneviève Dubois - Tiens-tu aussi à savoir quand on la fait la première fois? (sourire moqueur)

snorounanne - (m'asseyant) On ne discute pas de l'intimité d'un couple. Faut respecter, alors... Tu te tais.

Geneviève Dubois - snorounanne avait, ce jour-là, à couvrir un drame où une mère en détresse tenait son petit garçon au bout de ses bras au-dessus d'un toit et menaçait de l'échapper.

snorounanne - Il y avait eu un accident sur l'autoroute, j'étais en taxi et le chauffeur n'a pu faire le cowboy. Alors, j'ai descendu de la voiture et couru,...

Geneviève Dubois - Comme une athlète en demandant de l'aide. Je me trouvais à faire la circulation.

snorounanne - Je lui ai suppliée de faire appel à une voiture de police, c'était mon intention d'y aller le plus rapidement possible.

Geneviève Dubois - Aucune voiture étant disponible, je lui ai proposée de monter avec moi.

snorounanne - Oui. Et j'ai monté et j'ai été séduite, je dois dire... Je dois te dire, Marcy... J'ai été séduite par la souplesse de ses mains sur le volant et sur le bras de vitesse. Wow... Je n'oublierai jamais ça.

Marcy Dubois - Vous êtes toutes les deux si romantiques! (riait) Votre histoire est époustouflante.

Geneviève Dubois - Ce qu'elle ne te dit pas, c'était qu'elle avait la chienne. Je la sentais tellement raide. Je suis pas certaine qu'elle n'ait pas fait dans ses petites culottes. (riait)

Marcy Dubois - Vous savez? Vous êtes belles à voir, à écouter. Et je suis heureuse de vous avoir toutes les deux pour tout le week-end. (donnant une accolade à Genny)

Geneviève Dubois - Moi aussi je suis heureuse de te revoir.

snorounanne - Et moi... Heureuse, contente et gaie de vous voir, les deux soeurs. (toutes les trois, on se faisait un gros câlin)

Marcy Dubois - Elle a du goût, ma soeur! Maintenant, on passe à la table! Genny, tu t'occupes des coupes et du vin et toi snorounanne... Tu t'asseois et laisse-toi gâter.

snorounanne - Ça me rappelle le bon vieux temps chez ma mère. Rester bien assise et ne pas bouger. (riant)

Et après cet excellent repas, Marcy nous invitait à la suivre au salon et s'éclater tout en dansant. Une bonne façon de bien digérer. Sur une chanson rappeuse d'un chanteur rappeur.

L'ivresse joyeuse de se libérer!

Puis le lendemain, dimanche, nous exploitions la ville. Pour ce faire, quelques prises photographiques.

De une...

De deux...

Un Centre Commercial génial

Et arrivait cette douce mélodie, un slow que Marcy nous avait fait jouer tout spécialement pour Genny et moi. Donc, inutile de décrire la scène. Une image vaudra toujours mille mots.

Mais avant que vous appuyiez sur le bouton jouer du lecteur. Vous aussi, vous avez droit à votre intimité et à laisser parader des images avec la personne qui vous rend merveilleux(euse). La mienne sera celle-ci:

Sur ce, bonne écoute sur la chanson qu'interprète Julie "Unforgettable" et sur youtube. Merci d'être là et de participer sans que je le sache et à votre rythme (clin d'oeil) à ces éditoriaux, ces chroniques semestrelles en lecture et en visualisation. Prochain rendez-vous? Je n'y manquerai pas. Soyez certain. À bientôt! Bisous!


Retour à La Une de Logo Paperblog