Magazine Humeur

Pauvre France !

Publié le 22 décembre 2010 par Ep2c @jeanclp

cdn-Poitou.jpg

* * * * * *

Suite de ma note du 21 décembre : Enrichissez votre vocabulaire. 

Dans l’édition du 20 décembre de La Nouvelle République la journaliste Marion Valière Loudiyi revient sur la polémique qui entoure la nomination récente du directeur du Centre dramatique Poitou-Charentes (CDPC), Yves Beaunesne, qui prendra ses fonctions le 1 er janvier.

Elle donne assez longuement la parole à la directrice partante Claire Lasne Darcueil qui commente le départ de 6 salariés sur 7 de la structure.

Il ne m'appartient pas de comprendre pourquoi tant de personnes, au plus haut niveau du pouvoir, sont à présent désarmées et inquiètes devant leur propre choix. Il m'appartenait de protéger cette structure et de faire entendre la parole de ses salariés.

Je n’ai pas d’informations particulières sur ce dossier, mis à part le communiqué déjà cité ici, très bel exemple de rhétorique profil bas/langue de bois du Préfet de Région chargé de marquer à la culotte (si j’ose m’exprimer ainsi) la présidente de la Région Poitou Charente. Ce qui m’intrigue, c’est le peu de commentaires à l’intérieur de l’hexagone et par exemple, l’absence de réactions de la FNSEA du spectacle qu'on dit vivant. Mais ce qui m’intéresse aussi c’est le contraste entre une unilatérale décision de l’appareil d’Etat et une ambiance locale.

Arrivée il y a douze ans en Poitou-Charentes, débarquant de la Goutte d'Or et de la Seine Saint-Denis, j'ai été frappée par l'entente qui y régnait entre personnes d'opinions différentes, la liberté de parole, l'équilibre entre une vie citoyenne libre et une forme de paix.

La future ex-directrice décrit la configuration particulière du territoire sur lequel elle a œuvré pendant plus de dix ans :

« Je n'avais jamais vu - ce qui se produisait alors - des policiers accompagner des manifestations étudiantes, de loin, avec bienveillance. Je n'avais jamais vu un archevêque soutenir la construction d'une mosquée. Je n'avais jamais vu un maire rendre visite à des sans-papiers grévistes de la faim et les déclarer citoyens d'honneur, je n'avais jamais vu des logements sociaux installés dans des monuments classés. Je n'avais jamais vu des spectateurs quitter volontiers le centre-ville pour se rendre au théâtre. Je n'avais jamais vu ce talent, propre à cette ville et à cette région, à éviter la violence des rapports de force, à la rejeter comme si elle était ici incongrue, une invitée indésirable. »

J’attire l’attention sur le fait que cette configuration, marquée par le souci de l’humain et des droits culturels de chacun, n’est pas sans rappeler ce que disait de la ville d’Angers un article publié il y a peu et signalé ici sous le titre railleur et passablement désenchanté de Chacun sa Croix et le paradis pour tous ! Ce rapprochement symptomatique des lectures diagonales que propose La Cité des sens, je le livre aux spécialistes des politiques culturelles et autres sociologues de la domination culturelle (voir note ci-dessous).

« Que la perte d'un travail de 12 ans pour tous ceux qui furent les artisans, de la directrice aux bénévoles montant le chapiteau, de l'agriculteur à la présidente de Région, que cette perte serve au moins à nous alerter sur ce qui malgré nous, sans nous, peut ici et là, jour après jour, détruire l'héritage humaniste unique de cette ville et de cette région, héritage qui est aussi le nôtre, celui de chaque citoyen, et qu'il nous appartient de défendre. »

Contraste entre le peu de réactions du microcosme culturel franco-français de ce côté ci du Lac d’Evian  et le coup de gueule venu des rives du Lac Léman, cité également par La Nouvelle République.

'' Pauvre France ''

Sous le titre « Pauvre France », René Gonzalez, « homme libre », directeur du théâtre de Vidy, à Lausanne, a écrit au Centre dramatique Poitou-Charentes : « La France, désormais gérée à nombre d'égards comme une entreprise privée, voit s'effondrer des pans entiers de son histoire républicaine. Le cas, sans précédent de l'arrivée d'un triste liquidateur (une '' lotte pourrie '' disait-on en 1968...), à la tête du Centre dramatique Poitou-Charentes, et ce en plein accord avec le triste représentant à la solde d'un triste gouvernement, fait penser que notre '' république bananière '' a encore de beaux jours devant elle, si l'on n'y met pas enfin un terme. Honte à tous ceux qui se livrent d'une façon ou d'une autre, (même par leur silence), à ce dépeçage en règle, à ce déni de démocratie tristement inédit en matière artistique. Jusqu'où veut-on éradiquer la notion de théâtre service public ? Tout cela est déshonorant, doit être absolument, résolument combattu. [...] »

Note en forme de clin d’œil à mes collègues spécialistes des politiques culturelles et autres sociologues de la domination culturelle (où le lecteur comprend, après-coup, pourquoi l’auteur de ce blog parlait, ci-dessus, à propos de Poitiers et d’Angers des droits culturels de chacun ).

Le texte sur la Culture pour chacun de Jean-Pierre Vincent publié il y a quelques jours dans Le Monde a suscité deux commentaires qu’il serait fort peu judicieux de ne pas lire sur le blog L’Oizeau Rare de Jean-Gabriel Carasso. (pensez si je suis jaloux, les commentateurs sont rien moins que le Docteur K.B., cinglant autant qu'incisif et Jean-Claude W. l'homme qui n'a pas dépassé le premier acte d'une mauvaise pièce de boulevard montée par la FNSEA du spectacle qu'on dit vivant.

C’est dit. Par souci d'équilibre, je promets de chercher dans la crèche au moins un commentaire autorisé et néanmoins favorable à la note au Ministre sur la Culture pour chacun.

(Si j’écris ça, bien sûr, c’est que je l’ai déjà trouvé, car , comme le dit l'Eternel : tu ne me checherais pas... C'est encore le temps de l'Avent.… Patience ,donc !)

* * * * *

  

 

flêche
Consulter les fils d'actualités

 

Wikio

Pauvre France !

Seek-Blog   Blog Culture générale  


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ep2c 4571 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines