Magazine France

Quand l'Etat préfère les sociétés privées de sécurité à la police nationale

Publié le 27 décembre 2010 par Dominique Lemoine @lemoinedo
La loi sur la sécurité intérieure (Loppsi2) adoptée le mardi 21 décembre par l'Assemblé Nationale est un vaste fourre-tout regroupant pêle-mêle de nombreux domaines allant de la cybercriminalité aux permis à points en passant par la révision des peines planchers, la double peine en assise abrogée par Nicolas Sarkozy en 2003, le logement, le couvre-feu pour les mineurs, le renforcement de la vidéosurveillance rebaptisé  vidéoprotection et même la vente de vos données personnelles sans vous demander votre avis !
Mais ce n'est pas ce point que je voudrais dénoncer ce soir, c'est la privatisation de la sécurité nationale.
Une démocratie doit avoir confiance dans sa police et dans sa justice. Ces deux éléments sont mis à mal par le gouvernement et la privatisation de certaines missions actuellement confiées à la police nationale et à la gendarmerie constituent un vrai danger.
Par exemple, les policiers municipaux pourront bientôt avoir de nouvelles missions jusque-là conférées aux officiers de police judiciaire. Ainsi, ils pourront, dans certaines circonstances, procéder à des fouilles et effectuer des contrôles d'identité.
Mais plus grave encore, le statut des entreprises de sécurité privées devrait être renforcé et les missions qu'ils leurs seront confiées devraient s'accentuer. 
D'ici quelques années, les effectifs sécuritaires du privé (actuellement 170 000) devraient même dépasser ceux de la police nationale et de la gendarmerie réunies (220 000 actuellement).
La loi crée le Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS) qui deviendra l'autorité de régulation et de contrôle du secteur.
Quand l'Etat commence à confier autant de mission de sécurité au secteur privé, il y a de quoi s'inquiéter.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dominique Lemoine 164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte